Page:Deulin - Les Contes de ma mère l'Oye avant Perrault.djvu/226

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


que je serais enchanté de sortir de ce marais d’afflictions, de ce bourbier de peines, n’était que je vous laisse dans une misère grande comme l’église Santa-Chiara, au carrefour de Mélite, sans une maille, nets comme une cuvette de barbier, faibles comme un ruisseau à sa source, secs comme un noyau de prune. Tout votre avoir ne remplirait pas, hélas ! la patte d’une mouche, et vous pourriez faire cent milles à la course qu’il ne tomberait pas un liard de vos poches.

Mon malheureux sort m’a réduit à aller voir la queue du triple chien des enfers[1], je n’ai plus même l’existence : tel tu me vois, tel tu me dépeins[2]. Vous le savez, j’ai passé ma vie à faire des coches à la taille des fournisseurs et je me suis toujours couché sans chandelle ; je veux pourtant à ma mort vous laisser quelque marque de mon amour.

Toi donc, Horatiello, qui es mon aîné, prends ce crible qui est pendu au mur : avec cela tu gagneras ton pain ; toi, le cadet, prends le chat[3], et souvenez-vous de votre père.

À ces mots, il éclata en larmes et, peu après, il dit :

  1. Dove li tre cane cacano.
  2. 2. Dicton.
  3. Le texte dit la chatte, mais en patois napolitain le chat est du féminin ; le chien, au contraire, est toujours du masculin.