Page:Devaux - Les Fellatores, mœurs de la décadence, 1888.djvu/107

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Alice trembla et se voila la face de ses mains.

Maintenant Bob allait par le jardin, jetant aux échos les éclats de son rire sinistre, sans voir ; traversant les plates-bandes, écrasant les fleurs, bousculant les rosiers.

Il tomba, le pied retenu dans le laiton d’entourage d’un yucca, et son rire avec lui.

Alice eut peur. Elle voulut crier. Mais Bob, revenait, s’époussetant. La figure remise, il reprit son fauteuil avec beaucoup de calme et dit :

— Vous m’excuserez, c’est plus fort que moi. Continuez, ce que vous me dites est très drôle.

Alice ne comprit pas pourquoi c’était si drôle d’être la petite femme d’Arthur, elle ne voyait là rien que de très naturel. Cependant, en rapprochant l’hilarité fâcheuse de ce monsieur et les propos plus que libres du peintre, le jour de l’algarade à la Grenouillère, Alice s’inquiéta. Sa curiosité de femme s’éveillait, elle voulait savoir,