Page:Devaux - Les Fellatores, mœurs de la décadence, 1888.djvu/108

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


elle saurait. Et ils restaient tous deux assis, livrés à leurs pensées secrètes.

Les pensées du Russe avaient un caractère plus joyeux.

Ainsi Luttérani, malgré sa prodigalité, n’était pas seul à avoir Clapotis. Bob se délectait dans cette certitude. Il entrevoyait des intrigues sans nombre qu’il conduirait pour leur susciter des ennuis, pour amener leur rupture, pour reprendre Clapotis.

Le Russe s’apercevant que la jeune fille rêvait de son côté crut devoir reprendre l’entretien.

— Arthur vient-il souvent vous voir ?

— Très rarement, il travaille.

Le rire de tout à l’heure jaillit du gosier de Bob, mais ce ne fut qu’une fusée. Son esprit malsain lui communiqua aussitôt l’intention de poser une question à la jeune fille sur le genre de travail d’Arthur. Il ne le fit pas. Alice s’était levée et parlait.