Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/184

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

AGITO, qu’on nomme aussi GITO. s. m. Petit poids donc on se sert dans le royaume de Pégu. Deux agiti font un demi-bisa, & la bisa pèse cent teccalis, c’est-à-dire, deux livres cinq onces poids fort, ou trois livres neuf onces poids léger de Venise.

AGL.

AGLA. Ville du royaume de Fez, en Afrique. Agla. Elle est dans le sud de la province d’Hasbat, sur la rivière de Guarga, entre Fez & Arzile.

AGLAÉ, AGLAÏA ou AGLAÏS. s. f. C’est le nom de la première des trois Grâces : les deux autres sont Euphrosyne & Thalie. Ce mot signifie Joie. Elle préside aux yeux, qu’elle rend vifs & brillans. Autrefois on la représentoit tenant un bouton de rose.

☞ AGLATIA. s. m. Fruit dont les Egyptiens faisoient la récolte en Février, & qui dans les caractères symboliques dont il se servoient pour marquer leurs mois, servoit pour indiquer celui de sa récolte. On n’en sait pas davantage. Encyc.

AGLATONICE. s. f. Aglatonice. Nom de femme. Elle étoit fille d’Hégémon, & savante dans l’Astrologie ; & parce qu’elle prédisoit les éclipses, elle faisoit accroire au peuple qu’elle faisoit descendre la lune du ciel, ce qui lui attira des affaires très-fâcheuses ; cela donna lieu au proverbe que l’on dit de ceux qui s’attirent des malheurs par leur vanité & leur ostentation : τὴν σελήνην ϰατασπᾷ, il attire la lune.

AGLAOPHÈME. s. f. Une des Sirènes. Voyez ce mot.

AGLAURE. s. f. Terme de Mythologie. Fille de Cécrops. Elle avoit une sœur nommée Hersé, & une autre nommée Pandrose. Mercure devint amoureux de Hersé ; Aglaure lui promit de le servir dans ses amours, moyennant une récompense, & lui tint parole. Pallas indignée de cette lâcheté, rendit Aglaure si jalouse de sa sœur Hersé, qu’elle mit tout en usage depuis pour la brouiller avec Mercure. Voilà ce qu’en dit Ovide, Lib. 2, de Metamorph. Fab. 12. Mais Pausanias dit au contraire que Pallas donna en garde aux trois sœurs un panier où étoit le petit Erichthon, en leur défendant de l’ouvrir ; que Pandrose obéit, mais qu’Hersé & Aglaure ne purent retenir leur curiosité, & qu’elles n’eurent pas plutôt vu cet enfant, qu’elles devinrent furieuses, & se précipiterent du haut d’une tour. Apollodore ajoute qu’Aglaure eut une fille du Dieu Mars, nommée Alcippe, & ne nomme pas la mere Aglaure, mais Agraule.

AGLIBOLE. s. m. Aglibolus. C’étoit un Dieu des Palmyriens dans la Syrie, comme il paroît par une inscription trouvée à Palmyre, & rapportée dans Gruter, pag. 81. ΑΓΛΙΒΩΛΩ ΚΑΙ ΜΑΛΑΧΒΗΛΩ ΘΕΟΙΣ. C’est-à-dire, à Aglibole, & à Malachbelus, Dieux du pays. Vossius croit que ce nom est formé de ces trois mots Arabes. אג על בל, ag al bal c’est-à-dire, mot, à mot, pone super corde, appliquez-vous, faites attention : nom qu’on aura donné à ce Dieu, pour marquer que Dieu voit tout, qu’il fait attention à tout ; ou bien qu’il faut penser continuellement à Dieu. Ce sont-là les Conjectures de Vossius. Voici celles de Selden dans son livre de Diis Syriis Syntagm. II. c. 1 Il prétend que Aglibolus, s’est fait d’Aglibalus, & celui-ci d’Agalibalus, qui vient originairement d’Aghol-Baal, c’est-à-dire, עגול בעל, qui signifie Dominus rotundus, ou circularis, ou volubilis, le Seigneur rond, ainsi que disent dans Ciceron, Liv.II, de la nat. des Dieux, ceux qui croient que Dieu est le globe du monde ; que cette étymologie convient à ce que rapporte Hérodien, que la figure de ce Dieu étoit une grosse pierre ronde par en bas, & qui se terminoit en pointe. Un autre Auteur veut que Agal Baal signifie le Dieu de l’univers, parce que l’univers est rond : il dit que c’est ainsi que les Hébreux & les Phéniciens ont appelé Dieu, Baal Schamain, ou Balsemin, le Seigneur du ciel. Un Savant a dérivé ce nom du Grec αἴγλη lumière, éclat, splendeur, & βαλλω, je jette, comme si Aglibolus vouloit dire, le Dieu jette splendeur. Mais outre que cette étymologie ne s’accorde guère avec la manière dont Aglibolus est écrit dans l’inscription que j’ai citée, il n’est pas croyable que le nom d’un Dieu Palmyrien ait été Grec. Il doit être syrien, & le nom de l’autre Dieu qu’on lui joint dans l’inscription, Malachbelus, en est la démonstration. Saumaise dans ses notes sur l’Aurélien de Vopiscus, n°. 35, dit qu’avec l’inscription dont j’ai parlé, on a les figures de ces deux Dieux, tous deux de forme virile, ayant les cheveux frisés, & que l’un a sur l’épaule une figure de la lune, des cothurnes aux pieds, & un javelot en main ; & que pour lui, il ne doute point que Malachbelus ne soit le soleil, & Aglibelus la lune ; qu’il n’est point rare dans l’antiquité de faire la lune un Dieu, & non pas une Déesse. Selden, au contraire, croit que Aglibelus est le soleil ; que la grosse pierre qui représentoit ce Dieu, est le symbole de cet astre, parce qu’il est rond, & que le feu se termine toujours en pointe. Enfin on ajoute que Aglibolus est toujours nommé le premier, & qu’ainsi il paroît que c’est le soleil. Au reste, ajoute encore Selden, comme on a fait de Aghol-Baal, Aglibolus, on en a fait aussi Alagabale, & Héliogahale ; c’est du nom de ce Dieu, que l’Empereur Elagabale, qui étoit d’Emesse en Syrie, avoit pris le sien.

AGLIE. Château de Piémont. Aglia. Il est dans le Canavois : il a titre de Marquisat, & donne le nom à une des plus anciennes & des plus illustres maisons de Piémont.

AGLIO. La Cara d’Aglio. Nom des ruines de l’ancienne ville d’Algidum. Elles sont dans la Campagne de Rome, près de Frescati, sur la montagne d’Aglio, & proche du bois qu’on nomme la Selva d’Aglio.

☞ AGLUTINANT. Il vaut mieux écrire AGGLUTINANT. adj. pris substantivement en Médecine. Les Agglutinans sont la plûpart d’une nature visqueuse, & prennent facilement une consistance gommeuse. D’où leur vient leur nom, formé d’ad & gluten, glu. Ce sont des remèdes fortifians, dont l’effet est de réparer promptement les pertes, en empâtant les fluides, & en s’attachant aux solides du corps. Encyc.

☞ Parmi les Agglutinans, il y en a qu’on applique extérieurement, comme la plupart des baumes & même plusieurs plantes, d’autres dont l’usage est intérieur & extérieur.

AGLUTINATION. s. f. L’action de se coller, de se consolider. ☞ Action de réunir les parties d’un corps séparées par une plaie, une coupure ou d’autre façon, du verbe Aglutinare, coller, lier, consolider. Les parties des dents étant une fois divisées, ne se réunissent jamais ; soit parce que les vaisseaux qui s’y distribuent, ne sont pas disposés de manière à fournir un suc suffisant & capable d’aglutination ; soit parce que leur propre substance est trop serrée & compacte, pour lui donner passage, ou que d’ailleurs le mouvement, l’air & les matières qui les touchent, sont autant d’obstacles qui concourent encore à s’opposer à la réunion de leurs parties divisées. Chirurgien Dentiste.

☞ AGLUTINER. v. a. Terme usité en Médecine pour exprimer l’action de réunir, de consolider les parties du corps divisées par quelque accident. Aglutinare. Voyez Aglutination.

AGLUTINÉ. part. C’est-à-dire, collé ensemble. Trait. de Litolog. & de Conchyliolog.

AGLUTINEMENT. s. m. & AGLUTINER. v. a. sont dans Cotgrave.

AGM.

☞ AGMAT ou AGMET. Province d’Afrique, faisant partie de l’ancienne Mauritanie. Elle comprend une partie des collines & des vallées du Mont Atlas.

☞ AGMAT ou AGMET. Ville capitale de la Province du même nom, au Royaume de Maroc, sur la pente d’une des montagnes du Mont Atlas. 9 degrés, 29’long. 20 degrés, 30’lat.

☞ Il y a aussi une rivière du même nom.

AGN.

AGNACAT. s. m. Dans une contrée de l’Amérique, au-delà de la terre de Labrador, vers l’isthme de Da-

rien,