Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/194

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

nœuds, de chacun desquels sortent quatre ou cinq feuilles étroites, crénelées, pointues, vertes & inégales. Le sommet de sa tige est chargé d’un épi long d’un pouce & plus, uni & couvert de fleurs d’un bleu violet, composées de cinq feuilles rondes. Cette fleur ressemble à la violette, & approche de son odeur. Sa racine est droite, d’une grosseur médiocre, & se divise en plusieurs autres branches garnies de filamens.

☞ AGUAS (los) OMAGUAS, AMAGAZITES & AMANAGUZ. Peuples de l’Amérique méridionale, dans une province la plus fertile & la plus spacieuse de toutes celles que les Espagnols découvrirent dans les pays qui sont sur les bords du fleuve des Amazones.

☞ AGUATULIO, ou GUATULIO. Ville & port de la nouvelle Espagne, sur la côte du Diocèse de Guaxaca, du côté du sud.

AGUAXIMA. Terme de Botanique. C’est une plante qui se trouve au Brésil, & dans les îles de l’Amérique méridionale. Voyez Queue de lézard. C’en est une espèce.

AGUEBAUD. s. m. Nom d’homme. Agobardus. C’est un Évêque de Lyon du IXe siècle, dont le vrai nom est Agobard.

☞ AGUER. Cap d’Afrique, sur le rivage occidental du fleuve Sus, avec une ville de même nom.

☞ AGUER. Ville d’Afrique au royaume de Maroc, dans la province de Sus au Cap d’Aguer.

AGUERRIR. v. a. Rendre propre à la guerre, apprendre l’art de la guerre, accoutumer aux fatigues, aux fonctions de la guerre. Bellicis laboribus aliquem exercere, erudire, assuefacere. Un bon Général sait aguerrir ses troupes dans une seule campagne. Ce capitaine a fait plusieurs campagnes, il est bien aguerri. Ces soldats sont bien aguerris, ils résistent aux fatigues de la guerre, & ne craignent point d’aller au feu.

☞ Au figuré il signifie exercer quelqu’un à quelque chose, l’accoutumer à une chose qui paroît pénible dans le commencement. Exercere, erudire. On aguerrit quelqu’un à la dispute. Cet homme n’est pas fait à la plaisanterie, il faut l’y aguerrir, ou simplement, il faut l’aguerrir.

Aguerrir, s’emploie aussi avec le pronom personnel tant au propre qu’au figuré. Au propre c’est devenir plus propre au métier de la guerre. Exercitum bello fieri. Nos soldats s’aguerrissent tous les jours. Ces troupes se sont aguerries dans peu de temps. Au figuré, c’est s’accoutumer à quelque chose qui paroît difficile dans le commencement. Exerceri, erudiri. C’est un jeune homme qui n’est pas fait au grand monde ; mais il s’aguerrira, il s’y aguerrira avec le temps. On a de la peine à s’accoutumer à la raillerie, mais il faut s’y aguerrir.

AGUERRI, IE. part. Exercitus. C’étoient tous vieux soldats bien aguerris. Vespasien avoit trois légions bien aguerries.

Je crains peu Corhulon, les Romains, la Syrie :
Contre ces noms fameux mon âme est aguerrie.

AGUET. s. m. Ce mot vieillit, & ne trouve bien sa place que dans le style comique, & familier. On ne le dit qu’au pluriel. Etre aux aguets, se tenir aux aguets ; pour dire, épier, observer le temps & l’occasion, soit pour surprendre quelqu’un, soit pour éviter d’être surpris. In insidiis, in speculis esse. Les Sergens ont été dès le matin aux aguets pour prendre ce prisonnier. Il y a long-temps que ce courtisan est aux aguets pour obtenir du Roi quelque don avantageux. Le Diable est aux aguets pour faire succomber un saint homme à la tentation. On dit de même mettre aux aguets. On amis des gens aux aguets pour se saisir du voleur. On dit proverbialement, qu’un homme a tiré ses chausses d’aguet ; pour dire, qu’il a trouvé une occasion favorable de s’enfuir, Aguet signifie attentif dans Cl. Marot.

AGUIGNAN. Une des îles Mariannes. Aguignanum. C’est la troisième en venant du midi. Sa latitude est de 14° 13’. Elle a trois lieues de tour : son nouveau nom est S. Ange. P. Moralès. Jés.

☞ AGUILA, ou AGLE. Ville d’Afrique, dans la province de Habat, au royaume de Fez.

AGUILLANNEUF. s. m. Vieux mot qu’on crioit autrefois le premier jour de Janvier, en signe de réjouissance. Ce mot vient d’une ancienne superstition des Druides. Les Prêtres alloient, au mois de Décembre, qu’on appeloit sacré, cueillir le gui du chêne. Cela se faisoit avec beaucoup de solennité. Les devins marchoient les premiers, chantant des hymnes, en l’honneur de leurs divinités. Ensuite venoit un héraut, le caducée en main ; après lui suivoient trois Druides de front, portant les choses nécessaires pour le sacrifice. Enfin, paroissoit le chef, ou le Prince des Druides, accompagné de tout le peuple. Le chef des Druides montoit sur le chêne, & coupoit le gui avec une faucille d’or. Les autres Druides le recevoient, & au premier jour de l’an on le distribuoit au peuple, comme une chose sainte, après l’avoir beni, & consacré, en criant, Au gui, l’an neuf, pour annoncer une année nouvelle. On fait encore ce cri en Picardie, où on ajoute, Plantez, plantez, pour souhaiter une année abondante & fertile. De-là est venu le nom d’un fauxbourg de Lyon, qu’on nomme encore à présent la Guillotière. En Bourgogne, à Dreux, & autres lieux, les enfans crient, Aguilanneuf, pour demander leurs étrennes.

On donna depuis le nom de Aguilanneuf à une quête qui se faisoit le premier jour de l’an, dans quelques Diocèses pour les cierges de l’église. Elle se faisoit par des jeunes gens de l’un & de l’autre sexe. Les Synodes ont aboli cette quête, à cause de la licence & du scandale dont elle étoit accompagnée. Voyez là-dessus les remarques de M. Mosant de Brieux.

AGUILLES. s. f. pl. Toiles de coton qui se fabriquent à Alep.

☞ AGUILETTE, & AGUILLON. Vieux mots qu’on disoit autrefois pour aiguillette & aiguillon.

AGUIMPER. v. a. Mettre une guimpe. Ce verbe est du style familier. Voyez Guimper.

 
Tant ne songeoient au service divin,
Qu’à soi montrer es parloirs, aguimpées,
Bien blanchement, comme droites poupées.

La Font.

AGUIMPÉ, ÉE. part. Voyez Guimper.

AGUITRAN. s. m. autrement, Poix molle. Voyez Poix.

AGUL, de Jean Bauhin. s. m. C’est un petit arbrisseau épineux, qui croît en Arabie & en Perse. Ses feuilles ressemblent à la Centinode, & sont de couleur rougeâtre ; il leur succède des gousses rouges. On trouve le matin sur ses feuilles de la manne grosse comme des grains de coriandre, qui se dissipe au soleil : ses feuilles sont purgatives.

☞ AGURANDE. Ville de France, dans le Berri, à quatre lieues de la Chatre, sur les confins de la Marche.

AGUTIGUEPA. s. f. Plante du Brésil, dont la racine est ronde à sa partie supérieure, d’un rouge foncé, & bonne à manger. De cette racine s’élève une tige droite, longue depuis trois pieds jusqu’à cinq, de la grosseur du doigt, portant sans ordre sur des pédicules qui ont souvent six travers de doigt de longueur, des feuilles longues depuis un pied jusqu’à deux, larges de quatre travers de doigt, pointues, d’un très-beau vert, luisantes, &c. Du sommet de la tige s’élève une fleur semblable au lys, de couleur de feu, composée de trois ou quatre feuilles, &c. Dict. de James.

☞ AGUTI TREVA, ou AGOUTI TREVA. Plante des îles Mariannes. Sa feuille est semblable à celle de l’oranger, mais plus mince ; sa fleur est couverte d’une espèce de rosée ; son fruit est gros, couvert d’une écorce rougeâtre, & contient des semences semblables à celles de la grenade, transparentes, douces & agréables au goût.

☞ AGWANA. Royaume d’Afrique, sur la côte d’or. Il a au levant Fantin & Sanquai, au midi Aquemboe & Abonoé, & au couchant le grand Acara.

AGUYÉE, ou AGUIATE. s. m. Agyeus, Agyates.