Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/206

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

ces deux pierres. Celle du Béril est d’un vert de mer ; l’aigue-marine d’un vert tirant sur le bleu.

☞ On la distingue en orientale & en commune. L’orientale est dure, & n’a qu’une légère couleur céleste. La commune a les mêmes couleurs ; mais elle est tendre comme du crystal. On en tire des Indes & de Madagascar.

Aigues-mortes. C’est-à-dire, eaux-mortes. Aquæ mortuæ. Ville de France dans le bas Languedoc, environ à six lieues de Nimes. Quelques Auteurs croient que c’est un ouvrage de Marius, & les Fossæ Marianæ des Latins. D’autres prétendent qu’Aigues-mortes n’est pas une ville si ancienne. On l’appelle Aigues-mortes à cause des eaux croupissantes qu’il y avoit en cet endroit-là. C’étoit autrefois un port, & Nangis raconte que ce fut là qu’en 1269, S. Louis s’embarqua. Aujourd’hui elle est éloignée d’une grande demi-lieue ou près d’une lieue de la mer. Au reste, ceux-là se trompent, qui croient que c’est l’ouvrage de Marius appellé Fossæ Marianæ ; car les fosses de Marius étoient de l’autre côté du Rhône, dans la province de Vienne, au lieu qu’Aigues -mortes est dans la première Narbonnoise, à droite du Rhône. La longitude d’Aigues-mortes est 21°, 44’, 3". Sa latitude 43°, 53’, o". Acad. de Montp.

Aigue-perse. Aqua sparsa. C’est-à-dire, eau éparse. Petite ville d’Auvergne, capitale du duché de Montpensier. Elle est située sur une petite rivière nommée Luron.

Aigues-vives. Aquæ vivæ. Eaux vives. Bourg de Touraine, & Abbaye de Chanoines réguliers de Saint Augustin & de la Congrégation de Sainte Geneviève.

☞ AIGUER. Vieux v. a. Qui signifioit arroser. Aiguer un pré.

☞ AIGUÉ, ÉE. part. Arrosé. Rabelais dit vin aigué, pour dire, mêlé d’eau. Vinum aquâ mixtum, dilutum.

AIGUIÈRE, mieux que ÉGUIÈRE. s f. Vaisseau rond & quelquefois couvert, qui a une anse & un bec, propre à servir de l’eau sur la table : il faut que son corps soit cylindrique ; car sil est plus enflé en un endroit qu’en un autre, on l’appelle alors pot à l’eau, Aqualis, Urceus aquarius. Les aiguières d’argent doivent être marquées contre-marquées au corps, couvercle, & collet du pied. A l’égard des deux coquilles, de l’anse, du bec, du suage, ou doucine, du carré de pied, ils sont marqués seulement du poinçon du maître.

Aiguière à deux becs. C’est celle qui dans son ouverture a deux becs opposés & propres à verser l’eau. Aqualis utrinque rostratus. Le fruit du Geum a la figure d’une aiguière à deux becs.

AIGUIÉRÉE. s. f. Ce que contient une aiguière pleine, la quantité d’eau ou d’autre liqueur qui tient dans une aiguière, & qu’il faut pour la remplir. Urceus aquâ plenus.

AIGUILLADE. s. f. C’est une espèce de gaule, longue de neuf à dix pieds, dont se servent les Laboureurs & Voituriers dans quelques provinces, & avec laquelle ils piquent leurs bœufs, pour les faire marcher.

☞ AIGUILLE. s. f. Petite verge d’acier ou d’autre métal, déliée, polie, pointue par un bout, percée d’une ouverture par l’autre bout, pour y passer du fil, de la soie, &c. Servant à coudre, broder, faire de la tapisserie & autres ouvrages. Acus. Broderie faite à l’aiguille. Aiguille à coudre, aiguille à travailler en tapisserie. Le chas d’une aiguille. C’est le trou de l’aiguille, l’endroit où elle est percée pour faire passer le fil, la soie, la laine. La pointe d’une aiguille la plus déliée vue avec le microscope, ressemble à une cheville rompue par le bout, & ses côtés paroissent raboteux & pleins de cavités. Les Musulmans disent qu’Edris, c’est-à-dire, Enoch, est l’inventeur de l’aiguille.

On dit, qu’une fille ne sait pas faire un point d’aiguille ; pour dire, qu’elle est entièrement ignorante, ou fainéante.

Aiguille, se dit aussi de plusieurs instrumens pointus. Une aiguille de tête, est celle qui sert à coiffer les femmes, Acus, discerniculum. Aiguille à tricoter des bas. Aiguille d’Emballeur. Aiguille d’Oculiste, pour ôter les cataractes des yeux. Aiguille de Graveur, avec laquelle il dessine sur le vernis. Une aiguille d’Orfévre, pour enfiler des perles. Le fleau d’une balance a aussi une aiguille au milieu, qui marque la moindre inclination de la balance, & sert à faire remarquer la différente pésanteur des choses qui sont dans les deux bassins de la balance.

Aiguille à sétons.Voyez Séton.

Aiguille à mèche. Terme de Chandelier. On appelle ainsi dans la fabrique des chandelles moulées, une aiguille de fil de fer, longue d’un pied, qui a un petit crochet à un bout, & une espèce d’anneau à l’autre. Cette aiguille sert à passer la mèche dans le moule, en la tirant vers le haut par l’ouverture d’enbas.

Aiguille à enfiler. Les Chandeliers se servent de cette seconde aiguille pour enfiler avec des pennes les chandelles, & les mettre par livre. Cette aiguille n’est autre chose qu’une véritable aiguille de rembourrage, longue environ d’un pied. Les pennes dont on se sert à cet ouvrage, sont les bouts de fils qui restent de la chaîne des toiles, après que les Tisserans ont levé leur ouvrage de dessus leurs métiers.

Aiguille à relier. C’est une longue aiguille d’acier recourbée vers la pointe, qui a plus ou moins de longueur, suivant le format des livres. Elle sert aux Plieuses, & Couseuses, qui travaillent chez les Relieurs, à porter d’une nervure à l’autre, le fil qui traverse le milieu de chacune cahier, & qui l’arrête aux ficelles qui sont perpendiculairement placées sur le cousoir.

Aiguilles à Selliers. Ce sont des aiguilles à quatre angles, avec lesquelles les Selliers cousent leurs ouvrages. On les appelle aussi Carrelets, à cause de leur forme triangulaire. Les aiguilles à Selliers sont grosses, moyennes ou fines.

Aiguilles à empointer. Ce sont des espèces de carrelets beaucoup plus longs & plus forts que ceux des Selliers, dont les Marchands Drapiers, Merciers & Manufacturiers se servent pour arrêter avec de la menue ficelle, ou du gros fil, les plis des pièces d’étoffes ; ce qui s’appelle les empointer.

Aiguille à tête, ou à cheveux. C’est un morceau d’acier, de fer, ou de laiton poli, menu & long d’environ quatre pouces, ayant d’un côté une tête plate, trouée en longueur, & de l’autre une pointe peu piquante, qui sert aux femmes à séparer & passer leurs cheveux lorsqu’elles se coiffent.

Aiguille à réseau. Terme de Perruquier. On appelle ainsi un certain petit morceau d’acier ou de fer tendu par les deux bouts, dont on se sert à faire ces sortes de réseaux, sur lesquels les Perruquiers cousent les tresses de cheveux, dont ils forment les perruques.

Aiguille à emballer. Grosse aiguille de fer ou d’acier, longue de cinq à six pouces, ronde du côté de la tête, triangulaire & tranchante du côté de la pointe, qui est fort évidée.

Aiguille aimantée, en termes de Marine, est une petite verge de fer posée au milieu de la boussole, sur une pointe de cuivre sur laquelle elle se meut. Lorsqu’elle est frotée d’aimant, on la voit tourner une de ses extrémités vers le pole boréal de la terre, & l’autre extrémité vers le pole méridional. Acus Magnetica, Magnete perfricta. Nous dirons au mot aimant, que tout le jeu de l’aimant & des corps aimantés, vient des corpuscules magnétiques qui sont dans leurs pores. Ces corpuscules se tournent d’un côté vers le pole boréal de la terre ; & de l’autre, vers le pole méridional. Ils doivent donc tourner leurs aimans avec eux, & communiquer à leur axe une direction constante vers les deux poles de la terre, Voyez Aimant.

☞ De là l’aiguille aimantée sous l’équateur, se trouve parallèle à l’horizon, parce que l’axe des corpuscules magnétiques conserve la même direction que l’axe de la terre. Par la même raison l’aiguille aimantée doit être sous les poles, perpendiculaire à l’horizon, parce que le mouvement de la matière magnétique se fait là d’une manière perpendiculaire à la superficie de la terre. Mais dans les autres endroits de la superficie de la terre, l’aiguille est diversement inclinée selon la ligne que décrit la matière magnétique. Dans les pays septentrionaux,