Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/251

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

saprouva fort la méthode de Viette, & inventa un chemin plus court par le moyen de certains caractères qui marquoient les sommes, les différences, les rectangles, les carrés, les cubes & leurs sommes, leurs différences, &c. Harriot, autre Anglois, contemporain de Oughtred, mais qui mourut avant lui, laissa entre plusieurs autres ouvrages, une analyse, ou algèbre, que Warner imprima en 1631. M. Harris prétend que c’est de ce Harriot que M. Descartes a pris tout ce qu’il a mis dans sa Géométrie, & qu’on ne peut comparer ces deux ouvrages sans en être convaincu ; car il est impossible, dit-il, que l’un de ces deux auteurs n’ait pas copié l’autre. Or, l’ouvrage de Descartes ne parut en françois qu’en 1637, & en latin en 1649, au lieu que celui d’Harriot fut imprimé après sa mort dès 1631. Quoiqu’il en soit, on prétend que la méthode de Descartes est autant au-dessus de celle de Viette, que celle-ci est au-dessus des autres. Wallis, & quelques autres, ont aussi contesté à Descartes l’honneur de cette découverte, & l’ont attribuée à Harriot, mais M. Hudde & M. Prestet, en ont restitué la gloire à Descartes.

Comme la multiplication des lettres dont on a parlé ci-dessus, exprime la multiplication des dimensions, & que le nombre en pourroit être si grand, qu’il seroit incommode de les compter, on écrit seulement la racine, & l’on ajoute à droite l’exposant de la puissance, c’est à-dire, le nombre des lettres dont la puissance qu’on veut exprimer est composé . Le dernier veut dire un a, multiplié quatre fois par soi-même ; & ainsi des autres à proportion.

Les principales notes de l’algèbre sont telles :

+ Signifie plus : ainsi 9 + 3, veut dire, 9 plus 3.

− Signifie moins : ainsi 14 − 2, veut dire, 14 moins 2.

= Est la note de l’égalité : ainsi 9 + 3 = 14 − 2, veut dire, neuf plus trois, est égal à quatorze moins deux.

☞ Les menus signes sont employés avec les lettres de l’alphabet.

b + c signifie la quantité c ajoutée à la quantité b.

b − c, la quantité c retranchée de la quantité b.

b = c, la quantité c égale à la quantité b.

☞ Le signe ± signifie plus ou moins, b ± c, la quantité b plus ou moins la quantité c.

> Signifie plus grand. < Signifie plus petit, b > c. La quantité b plus grande que la quantité c. b < c. La quantité b plus petite que la quantité c.

☞ Le signe ∞ signifie infini ∞b la quantité b infinie.

∷ Ces quatre points entre deux termes devant, & deux termes après, marquent que les quatre termes sont en proportion géométrique : ainsi, 6, 2, ∷ 12, 4, veut dire, comme 6 est à deux, ainsi douze est à quatre.

∺ Est la note d’une proportion continue : ainsi, ∺ 3, 9, 27, veut dire, que trois est autant de fois dans 9, que neuf dans 27.

: Ces deux points au milieu marquent la proportion arithmétique entre ces nombres : ainsi 7, 3 : 13, 9, veut dire, 7 surpasse 3, comme 13 surpasse 9. D’autres au lieu de ces deux point en mettent trois disposés de cette manière ∵

÷ Cette note marque la proportion arithmétique continue : ainsi, ÷ 3, 7, 11, veut dire, 3 est surpassé de 7 autant que 7 par 11.

Deux lettres ensemble marquent une multiplication de deux nombres : ainsi bd est le produit de deux nombres, comme 2 & 4, dont le premier s’appelle b, & l’autre d.

√ Signifie racine : ainsi, , c’est-à-dire, la racine de 4, qui est 2 ; lequel multiplié par lui-même fait 4.

On dit figurément, quand quelqu’un n’entend rien à quelque chose qu’il lit, ou qu’il écoute, que c’est de l’algèbre pour lui.

ALGÉBRIQUE. adj. m. & f. Qui appartient à l’algèbre. Les notes ou les caractères algébriques, sont ceux dont on a fait mention ci-dessus. Calcul algébrique. Opérations algébriques.

ALGÉBRISER. v. a. & n. Mot nouveau qu’on emploie dans la conversation, pour signifier : s’appliquer à l’algèbre, en parler, ou en remplir ses écrits. Il y a eu un temps que les Journalistes de Trévoux algébrisoient trop leurs Mémoires, ou dans leurs Mémoires. Ils se sont corrigés depuis quelques années, & le public leur en sait gré.

ALGÉBRISTE. s. m. Homme qui fait, ou qui enseigne l’algèbre, qui résout tous les problèmes d’algèbre. Algebræ peritus. Les savans algébristes modernes ont été Viette, Descartes, le P. Malebranche, &c.

Outre les Auteurs algébristes dont nous avons parlé, en voici encore quelques-uns. Labyrinthus Algebræ per Joan. Jac. Perguson. 1667, in-4°. Kerseys Algebra, 2 vol. in-fol. Lond. 1683. Bakers Géométrical Kei of Equations, Lond. 1681. Analysis Geometrica Auctore Hug. De Omerico Sanlucarense, Cadix 1698. Jeacks Arismetiks, Lond. 1696. Branskers Algebrarby. De Pell. Lond. 1668. Bartholini Dioristice, Hafniæ 1663. Traité de l’Algèbre de Monconis. De Billys Diophantus redivivus, Lugd. 1670. Wells Arithmeticæ numerosæ & speciosæ. Elementa, Oxon. 1698. Oughtredi Clavis Mathematica denuo lineata, Oxon. 1667. Harris Algebra, Lond. 1705 & Arithmetica Universalis de Newton, Cambridge 1707. L’Analyse démontrée, 2 vol. in-4°. à Paris. Il y a encore des Traités d’Algèbre de Moor, de Parsons, de Stumius, de Balaam, de Wads, de Hays, de Niuwentyt, &c.

ALGEDO. Terme de Médecine. C’est le nom d’un accident qui arrive quelquefois dans la gonorrhée virulente, & dont Cockburn a donné la description. Cet accident consiste dans la suppression de l’écoulement commencé.

ALGENIR. Terme d’Astronomie. C’est le nom d’une étoile fixe de la seconde grandeur, qui est au pied droit de Persée. Sa longitude est 51 d. 27’. Sa latitude 22 d. Son ascension droite 44 d. 15’. Harr.

ALGER. Ville de Barbarie en Afrique. Algeria, Algerium, Algaria. Alger est le Resneurum des Anciens, & non pas Julia Cæsarea, que Juba fit bâtir à l’honneur de César. Alger est un port de Mer sur la Méditerranée, & une retraite de pirates. Voyez la description dans Marmol, Liv. V. C. 41. Le royaume d’Alger prend son nom de la capitale, & est divisé en cinq provinces. La province d’Alger, l’une des quatre qui composent le royaume de Trémézen, est celle qui se nommoit autrefois Césarée. Marm. Voyez cet Auteur, T. II, pag. 398, ou Liv. V, C. 39.

ALGÉRI, ALGHERI, ALGUER. Ville de Sardaigne. Algara, Algaria, Algarium. Elle est sur la côte occidentale de l’île, entre Sassari & Bosa. Selon bien des Auteurs, c’est l’ancienne Corax. On croit aussi que son port, qui est fort bon, est le Caracodes portus des anciens. On le nomme aujourd’hui le port de Coude. L’Evêque d’Algéri est suffragant de Sassari.

ALGÉRIEN, ENNE. s. m. & adj. Algerianus. Qui est d’Alger. Les Algériens, ou les pirates Algériens, n’ont osé attaquer les vaisseaux françois, depuis que le Roi a fait bombarder Alger.

ALGEROTH. s. m. Mercurius vitæ. Mercure de vie. Préparation d’antimoine & de Mercure sublimé, ainsi nommé d’Algérothos, Médecin de Vérone. Ce n’est autre chose qu’une préparation du beurre d’antimoine sous la forme d’une poudre, par le moyen de l’eau chaude. Cette poudre est violemment émétique.

ALGÉZIRE. Ville d’Andalousie, province d’Espagne. Algezira. Elle est sur un petit golfe du détroit de Gibraltar, un peu à l’occident de la ville de ce nom. On prend Algézire pour l’ancienne Carteia.

ALGIAR. Ville de la principauté de la Mecque, dans l’Arabie Heureuse. Zaaramum, Zahramum. Elle est sur la côte de la mer-rouge, à l’embouchure de la rivière de Laakie.

ALGIBAROCA. Voyez Aljubarote.

ALGOL, ou Tête de Méduse. Terme d’Astronomie. C’est une étoile fixe de la troisième grandeur, qui est dans la constellation de Persée, & dont la longitude est 51 d. 27’, la latitude 22 d. 22’, & la déclinaison 39 d. 39’.