Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/252

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

ALGOMEÏSA. s. f. Étoile de la première grandeur. Hygin & quelques autres la nomment ainsi. C’est la même que Procyon. Voyez ce mot, & Canicule ; chien céleste, &c.

ALGONQUIN, ou ALGONKIN, INE. s. m. & f. & adj. Nom de peuple. Les Algonquins habitent dans la nouvelle France, le long des bords du fleuve S. Laurent, jusqu’au grand lac des Hurons. Un sauvage algonquin, un village algonquin, une algonquine, la langue algonquine. Le Pere le Comte écrit, alkonkin. Si à trois cens lieues de Quebec nous trouvions des Mathématiciens Iroquois, ou de savans alkonkins, &c. mais on croit que c’est une faute, & qu’il faut dire par un g algonkin, ou algonquin.

ALGORITHME. s. m. Est un mot arabe, dont plusieurs Auteurs se sont servis, & sur-tout les Espagnols, pour signifier la science des nombres. Algorithmus. C’est l’art de bien & facilement supputer. L’Algorithme comprend les six règles de l’Arithmétique vulgaire : on l’appelle autrement Logistique nombreuse. Voyez Clavius, L. i. Algebræ, c. 1. ☞ Quelques-uns ont aussi employé ce mot pour signifier la pratique de l’algèbre selon la force du mot, c’est l’art de supputer avec justesse & facilité.

ALGOUEY. s. m. Fleuve de la Chine. Sa bouche orientale est à 105°, 58′ 3″ de longitude, & à 43°, 30′, 0″ de latitude nord. P. Gaubil. Sa bouche occidentale est à 105° 13′ 3″ de longitude, & 43°, 20′ 0″ de latitude nord. Id.

ALGOW. Contrée de Souabe, en Allemagne. Algea, Algovia. Elle a le lac de Constance au couchant, le Lech au levant, le Danube au nord, & le Tirol au midi. Ce pays se nommoit autrefois Almangovia, Alemannia, l’Allemagne propre ; & c’est de-là qu’est venu à l’ancienne Germanie le nom de l’Allemagne. C’étoit le pays des peuples qui furent appelés Allemands.

ALGUAZIL. s. f. (prononcez ALGOUASIL.) Accensus, Satelles. Sergent, Huissier, Exempt, Officier de Justice qui exécute les ordres d’un Magistrat. On a mis les Alguazils aux trousses de ces banqueroutiers pour s’en saisir. Ce mot est arabe, & il signifie dans cette langue l’Officier qui arrête & punit les coupables. Les Arabes l’ont donné aux Espagnols, & d’Espagne il a passé en France, il y a déjà quelque temps. L’Alguazil Démoniaque, est le titre d’une espèce d’ancien Roman, traduit je crois de l’espagnol. Il y a dans Fez quatre Alguazils qui vont ordinairement par la ville jour & nuit. Ablanc. trad. de Marmol. Covarruvias rapporte plusieurs étymologies de ce mot. La première est, qu’Alguazil est une corruption d’al, article, & gauzir, qui signifie Ministre de Justice. La seconde est ; que ce mot vient de vesilun, vasala, conduire, parce que les Alguazils arrêtent & conduisent en prison les malfaiteurs. Diego Urréa, auteur de ce sentiment, remarque que les mots espagnols qui commencent par gua, viennent des mots arabes qui commencent par le ouaou, ou ו hébreu & arabe, que les Maures d’Espagne prononcent gua, desorte que pour Al-Vasil, ils disent Alguazil. On peut ajouter que c’est ainsi que de Willelnus, on a fait Guillelmus, & que l’on dit Ulphylas, ou Gulphilas, &c. Pour Covarruvias, il croit qu’on peut tirer ce nom du verbe hébreux gazal, qui signifie, prendre ; les Alguazils prennent les coupables. On appelle les araignées qui prennent les mouches dans leurs filets, des Alguazils de mouches. Nébrixa traduit Alguazil par Officialis Præfecti, vel Executor. Les loix du Roi Alfonse nous apprennent surement ce que c’étoit que les Alguazils dans les commencemens : c’est dans la seconde partie, T. 9, Liv. 20 où on lit ces paroles : Alguazil Naman en Arabigo, a quel que ha deprendre, & de justicar los omes en la corte del Rey, por su mandado, o de los Jueses que judgan les pleytos. Voyez le Répertoire de Michel du Moulin. Les Espagnols disent proverbialement, Cada que tiene su Alguazil, Chacun a son Alguazil ; pour dire, chacun a sa peine. Quisque suos patimur manes.

☞ ALGUCHET. Voyez Alguechet.

ALGUE. s. f. Alga. Plante qui croît au fond des eaux, & dont les feuilles ressemblent à celles du chiendent. Il y en a quelques espèces qui ont leurs feuilles aussi déliées que les cheveux. Il n’a pas été possible jusqu’ici d’observer leurs fleurs ni leurs fruits ; peut être que dans la suite on découvrira les unes & les autres parties. L’Algue la plus commune trace comme le chiendent ; ses feuilles sont très-longues, & n’ont qu’environ deux à trois lignes de largeur. Celle-ci est si abondante dans la Méditerranée, que les laboureurs la vont ramasser aux bords de la mer pour fumer leurs terres. On fait la même chose en Ecosse. Les Vitriers & les Parfumeurs s’en servent aussi pour emballer leurs verres & leurs bouteilles. Les anciens Botanistes donnoient ce nom indifféremment à presque toutes les plantes maritimes que nous rangeons aujourd’hui sous le genre de Fucus. L’Algue a divers noms sur les différentes côtes de France. On l’appelle en Normandie Varech, en Bretagne Goësmond, en Poitou Sar.

ALGUECHET, ou ALGUCHET. s. m. Petit pays d’Afrique Alguechetum, Alguchetum. Il est dans les déserts de Barca, vers les confins de l’Egypte & de la Nubie, & néanmoins fertile, parce qu’il est bien pourvu d’eau. On croit communément que c’est l’Oasis magna des Anciens. Zimler est pourtant d’un sentiment différent, & prend le désert de Gademez dans le Biledulgérid pour l’Oasis magna.

☞ ALGUEL. Ville d’Afrique, dans la province de Hea, au Royaume de Maroc. Elle a été bâtie par les Africains de la tribu de Muçamoda, sur une haute montagne de difficile accès.

ALH.

ALHAGI. s. m. C’est l’Agul, Ahmagi des Arabes. Cette plante croît à la hauteur d’une coudée & plus ; elle est fort branchue, hérissée, d’un nombre prodigieux d’épines extrêmement pointues, foibles & pliantes ; sur ces épines naissent différentes fleurs de couleur de pourpre. Lorsque ces fleurs tombent, elles font place à de petites gousses longues, rouges, ressemblantes à celles du genêt piquant, pleines de semence de la même couleur que la gousse. ☞ Ses feuilles & ses branches se couvrent dans les grandes chaleurs d’une liqueur onctueuse que la fraîcheur de la nuit condense & réduit en forme de grains, auxquels on donne le nom de manne d’Alhagi. Planta spinosa mannam resipiens.

☞ ALHAGI. Autre plante à fleur papilionacée, dont le pistil devient une silique composée de plusieurs parties articulées ensemble, dont chacune renferme une semence faite en forme de rein.

ALHAJOT. s. m. Terme d’Astronomie. Etoile de la première grandeur, qui est dans l’épaule gauche du Chartier. D’autres la nomment le Bouc ou la Chèvre du nom de la constellation : mais Hygin la nomme Alhajot.

ALHAMA. Petite ville d’Andalousie, en Espagne. Alhama. Elle est aux confins de l’Estramadure & de la Castille, au nord de Cordoue. Quelques Géographes placent l’ancienne Phornacis à Alhama, & d’autres à Hornachos, bourg de l’Estramadure d’Espagne, sur la rivière d’Elmonte, au-dessous de Truxillo.

Les bains d’Alhama sont des eaux minérales fort célébres dans l’évêché de Calatajud, en Arragon, sur le Xalon, au-dessus de Calatajud. Aquæ Filbilitanæ.

ALHAMBRA. Village de la nouvelle Castille, en Espagne. Alhambra ; anciennement Flavium Laminitanum. Il est dans le quartier de Campo Montiel, près de la rivière de Roïdera.

ALHANDAL. Terme de Pharmacie arabe. On s’en sert pour signifier des trochisques composés de coloquinte, & de gomme tragacanth. Ils sont purgatifs, & on s’en sert en bien des occasions. M. Lemery dans ses Secrets, parle d’un trochisque alhandal. La coloquinte s’appelle en arabe Handel & Handhal. Voyez Coloquinte.

☞ ALHIDADE. Voyez ALIDADE.

☞ ALIAIRE. s. f. Espèce de Julienne, qui a l’odeur & le goût de l’ail. Voyez Alliaire.