Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/255

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

dicamens. Les parrains ne sont obligés aux alimens envers leurs filleuls que par une loi de bienséance, & de charité.

ALIMENTAIRE. adj. m. & f. Terme de Pratique. Ce qui est destiné pour les alimens. Alimentarius. Pension alimentaire. Pensio alimentaria. Provision alimentaire.

Conduit alimentaire. Terme d’Anatomie. Quelques auteurs appellent ainsi cette partie du corps par où la nourriture passe depuis qu’elle est entrée dans la bouche, jusqu’à sa sortie par l’anus. Il comprend le gosier, l’estomac, les intestins. Il s’entend aussi quelquefois du canal thorachique. Voyez ce mot.

Loi alimentaire chez les Romains, lex alimentaria, étoit une loi qui obligeoit les enfans de fournir les alimens à leurs peres & meres, ou à les entretenir. C’est moins un devoir naturel de fournir les alimens à un pere tombé dans l’indigence, qu’un crime de les lui refuser.

On a aussi donné ce nom à de jeunes garçons, & de jeunes filles, que la libéralité de quelques Empereurs Romains faisoit élever dans des lieux publics, à peu-près semblables à nos hôpitaux. Trajan est le premier qui ait fait élever de ces enfans alimentaires ; Alimentaii. Adrien l’imita. Antonin Pie fit de même pour de jeunes filles, à la sollicitation de Faustine. Nous trouvons sur des médailles de cette Impératrice, Puellæ Faustinæ. Marc Antonin & Lucius Vèrus firent la même chose. Alexandre Sévère le fit aussi en faveur de Mammée ; & les filles qu’il fit ainsi élever s’appelerent Mammeanæ, Mamméenes. Voyez Capitolin dans Marc Antonin, L. VII. & dans Sévère, & les notes de Saumaise.

ALIMENTATION. s. f. Terme de Coutume, qui désigne un droit dû par les Communautés du Bailliage d’Hagueneau au Lieutenant pour le Roi dans ce Bailliage, quand il va a la chasse. Ce droit qui consistoit autrefois dans l’obligation de défrayer ses équipages de chasses, a été converti en une redevance annuelle.

ALIMENTER. v. a. Nourrir, fournir les choses nécessaires à la vie. Alere, Nutrire. Il faut qu’un bon Magistrat donne ordre qu’il y ait toujours de quoi alimenter tous les habitans de sa ville ; de quoi alimenter les pauvres. Le mot alimenter ne peut passer que dans le Barreau. En sa place on dit nourrir.

ALIMENTÉ, ÉE. part. Alitus, Nutritus.

ALIMENTEUX, EUSE. adj. Terme de Médecine, qui sert d’aliment, qui nourrit. Alibilis. Les Médecins distinguent des remèdes alimenteux, & des alimens médicamenteux. Les quatre humeurs ont toutes deux parties, l’une alimenteuse, & l’autre excrémenteuse. Il y a des chairs qui ont un suc fort alimenteux, ou nutritif.

ALIMESTAR-BASSI. s. m. Terme de Relation. Maître des tentes & pavillons du Grand Seigneur. Tentoriorum magister. Lorsque le Grand Seigneur fait la campagne par lui-même, l’Alimestar-Bassi a soin de faire dresser ses tentes en lieu commode, & ordinairement le plus élevé de tout le camp, afin qu’elles soient mieux vûes de toute l’armée, & que le Prince puisse remarquer avec plus de facilité ce qui s y passe. A. D. S. M.

ALIMIBIG, ALIMIBÉCONG. C’est un lac de la Nouvelle France, dans l’Amérique septentrionale. Alimibigus, Alimibicongus lacus. Il est dans le pays des Kilistinous, ou Kitistinous, au nord du lac supérieur.

ALIMUS. s. m. Arbisseau qui est d’un beau vert, & dont la fleur ressemble à celle du muguet.

☞ ALINCOURT. Village de Picardie entre Amiens & Abbeville, remarquable par une épitaphe énigmatique que voici.

Ci gît le fils, ci gît la mere,
Ci gît la fille avec le pere,
Ci gît la sœur, ci gît le frere,
Ci gît la femme & le mari,
Et n’y a que trois corps ici.

☞ C’est en abrégé l’odieuse avanture d’une mere, qui ayant eu un commerce incestueux avec son propre fils, en eut une fille qu’elle lui donna ensuite en mariage. On dit qu’elle donna lieu à toutes ces horreurs sans connoître son fils. Ce qu’il y a de certain, c’est qu’elle n’en révéla l’horrible mystère qu’à la mort. Voyez Pigan. de la Force. Descrip. de la F.

À LINEA. Mots latins que l’on dit en notre langue, quelquefois comme une façon de parler adverbiale, quelquefois comme un substantif masculin. Ils signifient à la ligne. C’est dans un écrit, dans un livre le commencement d’un nouvel article, qui ne continue pas la dernière ligne de l’article précédent, mais en commence une nouvelle. Ainsi ci-dessous au mot Aliquote, une partie aliquante, &c. Ces mots s’emploient, &c. sont deux à linea. Les à linea communément rentrent un peu dans la ligne, ou sortent dans la marge, comme dans ce Dictionnaire. Quand on dicte à quelqu’un, on dit, à linea, c’est-a dire, quittez la ligne où vous en êtes, & commencez-en une autre au dessous. Mettez ici un à linea, ou mettez ceci à linea. Ce mot ne prend pas d’s au pluriel.

ALINER. v. a. Borel dit que ce mot dans Vigenère veut dire, équiper, aliner des vaisseaux, c’est équiper des vaisseaux. Adornare.

ALINGER. v. a. Donner, fournir du linge à quelqu’un. S’alinger, acheter de la toile, faire faire du linge pour son usage. Une personne bien alingée, qui a de beau linge, qui est bien en linge.

☞ Ce mot paroît inusité ; & j’ignore sur quelle autorité on veut le faire passer.

ALINGES. Fort du Chablais, en Savoie. Alingiæ, Arx Alingiarum ou Alingiana. Le Fort d’Alinges est sur une colline près de la rivière de Drance, & près de Thouon.

ALINUBI. Voyez Alimibig.

ALIOA, ALIOLA. Île de l’Océan Ethiopien. Aliodora. Elle est sur la côte orientale d’Afrique, entre Madagascar & les terres du Zanguebar. Aliola est du nombre des îles nommées les Comorres. Elle est fort petite.

☞ ALIPTE. s. m. Terme d’histoire ancienne. Alipta, ou Aliptes, æ. On donnoit ce nom à des Officiers de Palestre, chargés de frotter les athlètes, sur-tout les Lecteurs, qui se rendoient pour cela, avant que la lice fût ouverte, dans un lieu ou appartement des Thermes nommé Alipterion, en latin, alipterium, unctuarium. On l’appeloit encore Æleothesium. Voy. le mot suivant.

ALIPTIQUE. s. f. C’étoit une partie de l’ancienne Médecine : elle enseignoit la manière de frotter & d’oindre les corps, pour conserver la santé, procurer de nouvelles forces, & entretenir la beauté du teint. Aliptice, d’ἀλείφω, ungo.

ALIQUANTE. adj. f. Terme de Géométrie & d’Arithmétique. Une partie aliquante. Voyez le mot suivant Aliquote.

ALIQUOTE. adj. f. Terme de Géométrie & d’Arithmétique, qui se dit des parties qui sont contenues, plusieurs fois dans un nombre, ou dans une autre quantité, ou qui mesurent leur tout exactement. 2 est une partie aliquote de 8. Il y est compris quatre fois. 16 est un nombre composé de quatre parties aliquotes, dont chacune est 4 ; ou de deux parties aliquotes, dont chacune est 8. Les nombres de 7, de 11, de 19, & autres semblables n’ont point de parties aliquotes, car ils ne se peuvent diviser en parties égales.

☞ Une partie aliquante est celle qui répétée un certain de nombre de fois, ne fait pas le tout complet, mais donne un nombre plus grand ou plus petit que celui dont elle est partie aliquante. Ainsi, 5 est une partie aliquante de 12, parce que, prise un certain nombre de fois, elle fait un nombre plus grand ou plus petit que 12.

☞ Ces mots s’emploient quelquefois substantivement. 4 est aliquote de 8.

Ces mots viennent d’aliquotus, & d’aliquantus.

ALIRE. s. m. Nom d’homme. Illidius. Illidius, que nous appelons communément Allyre, ou plutôt Alire, vint au monde vers le commencement du règne de Constantin le Grand. Bail.

ALIS, ALISE. adj. Vieux mot. Uni.