Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/315

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

que je recouvrerai la santé de mon ame. Mad. de la Vall.

Vous sembloit-il croyable,
Qu’un cœur toujours nourri d’amertume & de pleurs,
Dût connoître l’amour, & ses folles douceurs ?

Racine
.

Amertume, se prend quelquefois dans une signification synonyme avec aigreur, dureté. On dit des reproches amers, une réprimande amere, & mettre de l’amertume dans une réprimande, dans une remontrance. Ce mariage lui inspiré toute l’amertume d’une marâtre. Patr.

☞ AMESSEMENT. s. m. Vieux mot dont on se servoit pour signifier l’action d’entendre la Messe. On auroit dû le conserver ou lui en substituer un autre. Nous ne saurions assez répéter que nous devons craindre d’appauvrir la langue.

AMESUREMENT. s. m. Terme de Coutume. Estimation faite par la Justice, ou par le Juge. Il signifioit aussi mesure, modération.

AMESURER. v. a. Terme de Coutume. Estimer, réduire à mesure légitime, proportionner. En si poi de temps bien devroit estre li outrage amesuré par le Souverain. Beaumanoir. Voyez cet Auteur & Pierre des Fontaines. On dit aussi, amesurer son sujet ; pour dire, exiger de son sujet l’estimation & le dédommagement du meffet par lui commis, avec l’amende encourue. Voyez Beaumanoir.

AMET. Voyez Amé.

AMÉTÉ, ÉE. adj. & participe du verbe améter, abonner. Terme de Coutume. Il veut dire abonné. Un fief amété. Ce mot vient de meta, mot latin, qui signifie borne. On a dit d’abord aborné, d’où s’est fait abonné, qui dans son origine signifie une chose à quoi l’on a mis ou donné des bornes, & de même amété.

AMÉTHYSTE. s. f. Quelques-uns disent amathyste ; mais améthyste est beaucoup plus usité ; Ménage n’en convient pas. Pierre précieuse qui est la plus belle après l’émeraude. Amethistus. Quand elle est taillée en cadran à huit pans, elle a la couleur satinée. Quand sa table est ronde, & en cabochon, elle est veloutée. Il y en a de trois sortes. Les Orientales, qui sont les plus dures, les plus rares & les plus estimées, sont de couleur colombine ; celles de Carthagène, de couleur de pensée ; celles d’Allemagne, violettes ; & on les nomme quelquefois Rubis violets, quand leur table est en cabochon. Il y en a aussi d’Orientales qui ont la couleur de pourpre ; d’autres blanches, & semblables au diamant. Les Indiens les mélent ensemble dans leurs ouvrages. Elles ont une grande vivacité & une grande dureté, & reçoivent un poli admirable. On trouve de belles améthystes dans les Pyrénées du côté de la plaine de Vic, & dans les montagnes d’Auvergne. Plutarque dit que son nom vient de ce que sa couleur ressemble au vin trempé d’eau, & non pas à cause qu’elle empêche de s’enivrer, comme plusieurs ont crû fort légérement, qui en pendoient pour cela au cou des buveurs. Ceux qui croient que cette pierre précieuse empêche de s’enivrer, font venir ce mot de l’α privatif, & de μεθύσκω, inebrio.

AMEUBLEMENT. s. m. Quelques-uns disent mal emmeublement. Assortiment de meubles dont on garnit une chambre. Supellex. On le dit particulièrement d’un lit & des siéges, & même de la simple étoffe dont on les garnit. Il a acheté un bel ameublement.

AMEUBLER. v. a. Mettre dans une chambre tous les meubles qu’il faut pour la parer. Supellectile domum instruere. Ce mot n’est plus usité ; on dit en sa place meubler.

AMEUBLÉ, ÉE. part.

AMEUBLIR. v. a. Terme de Palais. Convertir en nature de bien meuble. Rendre meuble ce qui est proprement un immeuble. In supellectilem convertere, supellectili addicere. On stipule dans les contrats de mariage, que de la dot qu’apporte une fille, soit en argent ou en héritages, il en sera ameubli une certaine somme pour entrer dans la communauté, & que le reste demeurera propre à elle, & aux siens. Il a vendu tous ses héritages pour les ameublir, & en disposer plus facilement.

Ameublir, en termes d’Agriculture, donner à une terre de fréquens labours, au point qu’elle devienne comme de la poudre. Terram vertere, invertere. Par ce moyen les arbres profitent de tous les arrosemens du Ciel, qui dissolvent les sels de la terre, en provoquant la fermentation, & font pousser aux végétaux de beaux jets & de longues racines. Il se dit aussi de la terre qui est dans les caisses d’orangers, ou dans des pots de fleurs, lorsqu’elle est endurcie vers la superficie, & qu’on y fait de petits labours pour l’amollir, & pour donner entrée à l’eau qu’on y verse, afin qu’elle pénétre jusqu’aux racines.

Ce verbe en ce sens vient de mobilis, mobile, qui se remue aisément, ou comme on disoit autrefois meuble ; & signifie, rendre mobile. Les Jardiniers disent encore une terre meuble, une terre douce & meuble, pour mobile.

AMEUBLI, IE. part.

AMEUBLISSEMENT. s. m. Qui signifie l’action d’ameublir, & ce qui a été converti en meuble. Quod in ratione supellectilis computatur. Supellecticaria, orum. ☞ C’est une fiction de droit par laquelle une portion de la dot d’une femme, qui est immeuble de sa nature, & réputée meuble ou effet mobilier, en vertu d’une stipulation expresse faite au contrat de mariage, à l’effet de le faire entrer en communauté. C’est ordinairement le tiers de la dot qui est ameubli. Si l’épouse est majeure, elle peut ameublir tous ses biens. L’ameublissement ne se peut faire que par contrat de mariage. Quand une mineure se marie, il est nécessaire que son tuteur & ses parens consentent à l’ameublissement, si on en fait par le contrat de mariage, & que leur avis soit homologué en Justice. Voyez Bacquet, des Droits de Justice, & Brodeau sur Louet. Si la femme renonce à la communauté, elle reprend ses ameublissemens : autrement ils demeurent confondus dans la communauté.

AMEUTEMENT. s. m. Action d’ameuter. Assemblage de chiens dans une meute. Pomey. Canum caterva.

AMEUTER. v. a. Assembler les chiens courans pour courir la bête. Canes aggregare. On ameute les jeunes chiens avec les vieux, qui sont déjà exercés, pour dresser.

Ameuter, se dit figurément des personnes qu’on assemble pour faire du bruit ou du mal à quelqu’un. Excitare, stimulare, incendere aliquem in alium. Il a été rechercher tous les ennemis, tous les créanciers de cet homme, & il les a tous ameutés contre lui, il les a excités à le poursuivre. Il y a dans les séditions des boutefeux, des gens qui ameutent le peuple, qui l’excitent à faire du bruit.

Ameuter. Mettre l’union & la concorde dans un corps. Conciliare, consociare. S’attacher à bien ameuter son régiment, à y établir l’union, & à détruire les cabales. Bombelles. Le premier soin des Lieutenans-Colonels doit être de bien ameuter leurs régimens. Id. C’est-à dire, les réunir, y mettre l’union & la concorde. On s’explique de sa peine avec des amis, on en fait part à des parens, on ameute toute une famille. Bourdal. Exh. II. p. 339.

Ameuter, dans sa propre signification, veut dire, attrouper & animer plusieurs personnes pour les faire agir de concert, & se prend en bonne ou mauvaise part, suivant les circonstances.

Ameuter. M. de Bombelles, dans ses Mém. sur le service de l’Infanterie, se sert souvent de ce verbe pour signifier, mettre des soldats dans une même chambrée, afin qu’il se forme entre eux l’union & l’amitié si désirables dans les troupes.

Ameuter, est aussi récip. Il signifie, s’assembler. Convenire. Ils se sont ameutés ensemble.

AMEUTÉ, ÉE. part. Des chiens qui ne sont pas encore bien ameutés. Des gens ameutés.

AMEXICORE. s. m. & f. Peuple de l’Amérique méridionale. Amexicorus, a. Les Amexicores sont vers le gouvernement de Rio Janéiro, au Brésil.