Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/316

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion
AMF.

AMFIAM. s. m. Plante des Indes, Voyez Banque. C’est la même chose.

☞ AMFIGOURI. s. m. Phrase, discours, ou poëme burlesque, dont les mots ne présentent que des idées sans ordre, & n’ont aucun sens déterminé. Acad. Fr. Il est du discours familier.

☞ AMHAR ou AMHARA. Royaume d’Afrique, dans l’Abissinie, sous l’obédiance du grand Negus, étendu du levant au couchant dans le milieu de cet empire.

AMFORA. Ruisseau du Frioul, dans l’Etat de Venise. Amfora. Il se jette dans le golfe de Venise, près d’Aquilée.

AMI.

AMI, IE. adj. subst. Celui ou celle avec qui on est lié d’une amitié réciproque. Amicus, familiaris ; Amica. On dispute encore si être ami de quelqu’un c’est l’aimer, ou en être aimé, ou l’un & l’autre tout ensemble. La pluralité des suffrages va pourtant à soutenir, qu’il est nécessaire que l’amitié soit réciproque, pour prendre, ou pour donner la qualité d’ami. Il n’y a point de plus douce consolation dans les adversités, que de les épancher dans le sein d’un ami fidèle. S. Evr. Ces faux & lâches amis, dont la politique donne à des ennemis qu’ils craignent, des égards qu’il dérobent à leurs amis, ne méritent pas d’en porter le nom. Cet homme a trop d’amis pour en avoir. S. Evr. L’ami du genre humain n’est point du tout mon fait. Mol. A peine pourroit-on imaginer une véritable amitié entre Alexandre & César : ils seroient rivaux plutôt qu’amis. Il est plus honteux de se défier de ses amis, que d’en être trompés. Rochef. Je veux un ami qui sache me corriger avec prudence, & qui n’ait pas une molle complaisance pour mes défauts. S. Evr. Il n’y a rien de plus rare que les véritables amis. Socrate s’étant bâti une maison fort petite : comment vous faites-vous une maison si étroite, lui dit quelqu’un ? Plût aux Dieux, répondit-il, que je pusse la remplir de vrais amis. Jamais la fortune n’a élevé un homme si haut, qu’il n’eût besoin d’un ami. Seneq. de Benef. Liv. VI. ch. 29. De Roch. Voilà un coup d’ami, un tour d’ami. Traiter en ami ; c’est traiter sans cérémonie, vivre familièrement ensemble. Montagne parle d’un Juge qui rencontrant des questions douteuses & problématiques, mettoit à la marge de son livre, question pour l’ami ; parce qu’alors on peut faire grâce à son ami, sans blesser la Justice. Dans l’égalité des raisons l’amitié détermine l’esprit.


Mais sachez d’un ami discerner le flatteur. Boil.


Un sage ami toujours rigoureux, inflexible,
Sur vos fautes jamais ne vous laisse paisible. Id.


☞ Point d’homme sur la terre qui n’ait des défauts ; la quantité ou la qualité en font la différence. Prenons les yeux d’Argus pour connoître les défauts de l’ami que nous voulons faire, afin de juger plus sainement si nous aurons la force d’y résister ; mais la liaison étant contractée, devenons aveugles. Rendons de bons offices à notre ami avec assez de délicatesse pour ne pas blesser en lui l’amour propre qui règne toujours chez les plus délicats.

Socrate étoit sans doute digne d’avoir des amis, & il en avoit ; cependant aucun d’eux ne s’apperçut qu’il étoit sans manteau pendant l’hiver, & aucun ne fit réflexion qu’il n’étoit pas riche. Ce sage Philosophe ne s’en plaignoit point, & la tendresse leur épargna jusqu’au chagrin d’entendre qu’on leur demandât ce qu’ils avoient négligé de lui donner : il se contenta seulement de leur dire, j’aurois acheté un manteau, si j’avois eu de l’argent. De Sacy.

Ami, se dit encore de ceux qui ont les mêmes intérêts, ou qui ont contracté des alliances qui les unissent. Peuples amis, maisons amies.

On dit, ami de table, ami de bouteille, ami de débauche ; pour dire, un ami avec qui on n’a d’autre liaison que celle qui est fondée sur le plaisir de la table, de la débauche. Et on appelle, ami de Cour, un homme qui n’a que de faux-semblans d’amitié, dont l’amitié n’a rien de solide. Ami de la faveur, ami de la fortune, un homme qui ne rend des soins, qui ne s’attache qu’à ceux qui sont en faveur, en fortune. Ami jusqu’aux autels, disposé à tout faire, excepté ce que la religion défend.

C’est quelquefois un terme de familiarité ou de hauteur. Un Supérieur dit, mon ami, allez faire cela.

On le dit encore des animaux, pour marquer leur affection pour l’homme, & des choses inanimées pour marquer la sympathie. Le chien est ami de l’homme. Le fer est ami de l’aimant ; la vigne de l’ormeau. Le vin est ami du cœur.

On dit proverbialement, les bons comptes font les bons amis. Entre amis tous biens sont communs. Amicorum omnia communia. Quitte à quitte & bons amis. Ami au prêter, ennemi au rendre. On connoît les amis au besoin. On dit aussi dans l’école, ami de Socrate, ami de Platon ; mais encore plus ami de la vérité.

On dit proverbialement, il n’y a de si bons amis qui ne se quittent. Pour un ami endormi, l’autre veille ; que les amis doivent se rendre service.

Ami, est quelquefois un terme de galanterie. Amator, Amasius. C’est son ami ; pour dire, son amant.

Ami, Amitié, se dit des couleurs qui sympathisent entre elles, & dont les tons ou les nuances produisent un bel effet. Cette union, cette sympathie s’appelle amitié. Le blanc & l’incarnat sont des couleurs amies. Dict. de Peint. & d’Arch. On entend encore par couleurs amies, celles qui étant mêlées ne se détruisent point.

Amie. s. f. S’est dit autrefois pour signifier une maitresse, une personne avec qui on est en commerce de galanterie. On dit proverbialement, jamais honteux n’eut belle amie ; pour dire, qu’en amour il faut être entreprenant.

☞ AMIA. s. m. Nom d’un poisson dont Pline & Aëtius font mention, & dont ils ne nous apprennent rien de particulier, sinon que la chair est indigeste, & qu’il croit très-promptement.

AMIABLE. adj. de tout genre. Doux, gracieux. Humanus, benignus. C’est un homme fort amiable, des paroles amiables. On appelle un amiable compositeur, celui qui accommode un procès en ami, & qui ne juge pas avec la rigueur d’un arbitre, en retranchant un peu du droit de chacune des parties, ce que ne peut pas faire l’arbitre qui remplit la fonction de Juge.

☞ On appelle nombres amiables, deux nombres, dont l’un est égal à la somme des parties aliquotes de l’autre, & réciproquement, comme 284 & 220. Acad. Franç.

A l’amiable. adv. Par douceur, sans procès. Amicè, placidè. Cette vente, ce décret, ont été faits à l’amiable pour éviter les frais.

Amiable. s. m. Terme de Fleuriste, tulipe qui a du blanc de lait, du rouge, du brun velouté.

AMIABLEMENT. adv. C’est la même chose qu’à l’amiable. D’une manière honnête, douce, par voie de conciliation. Le meilleur est de terminer ce procès à l’amiable, ou amiablement.

AMIANTE. s. m. ou f. autrement Asbeste. Amiantus lapis. Pierre qui se sépare presque toute en des filamens assez fins, cassans, néanmoins un peu souples, soyeux & d’une couleur gris argenté, à peu-près comme le talc de Venise ; elle est presque insipide au goût, & ne se dissout point dans l’eau ; exposée au feu elle ne s’y consume, ni ne s’y calcine point, si ce n’est au miroir ardent, où elle se réduit en petites boulettes de verre, à mesure que ses filamens se séparent ; mais le feu ordinaire ne fait que la blanchir. Ces filamens sont de différentes longueurs ; les plus longs n’ont guère plus de huit à dix pouces, & quelquefois ils sont si courts qu’ils se réduisent en bourre. Cette sorte de pierre se trouve renfermée en d’autres pierres très-brunes, tantôt brunes ou noirâtres, & semblables à la craie noire de Briançon, tantôt blanchâtres & cristalines. On en tire des îles de l’Archipel, de plusieurs endroits des Pyrénées :