Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/332

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

Je pars plus amoureux que je ne fus jamais.

Racin
.

Siéroit-il bien à mes écrits,
D’ennuyer les races futures
Des ridicules aventures
D’un amoureux en cheveux gris. Malherbe.


Je hais ces vains Auteurs, qui fous de sens rassis,
S’érigent, pour rimer, en amoureux transis.

On dit, en termes de comédie, faire les rôles d’amoureux, c’est-à-dire, faire les rôles d’amans.

On dit aussi Amoureux parmi les Marins, pour dire, Ami. Travaillons, mes amoureux, dit un Capitaine, en commandant la manœuvre aux matelots ; c’est à-dire, mes amis.

Amoureux. Signifie aussi qui marque de l’amour, qui inspire de l’amour, ou tend à en inspirer. Amatorius. Regards amoureux. Désirs amoureux. Vers, & billets tendres & amoureux. Faveurs amoureuses.

Secrets amoureux. Transports amoureux. Les amans s’occupent de mille riens amoureux, pour eux seuls importans. Fonten. On dit poëtiquement, l’empire amoureux. Les lois de l’amour considéré comme divinité fabuleuse, & l’étendue de cette domination.

Cet adjectif signifie aussi ardent pour les plaisirs de l’amour. Il est d’un tempérament amoureux, d’une complexion amoureuse.

Les Médecins appellent les deux muscles obliques de l’œil, amoureux, circulaires & rotateurs, parce que leur mouvement marque de la tendresse ou de la passion.

Amoureux se dit aussi pour signifier, Qui a une grande passion pour quelque chose. Etre amoureux de la gloire. Il est amoureux de la peinture. Acad. Fr.

☞ En termes de peinture, pinceau amoureux, dont la touche est moelleuse, douce, légère & délicate.

Amoureux, est quelquefois employé substantivement, mais parmi le peuple seulement, où l’on dit mon amoureux pour mon amant. ☞ Les Vocabulistes se contentent de nous dire que ces deux mots sont synonymes, sans avertir que l’un est pour les honnêtes gens, & l’autre pour le bas peuple. Le Dict. de l’Acad. n’avoit pas fait la remarque.

On dit proverbialement d’un homme qui aime en tous lieux, qu’il est amoureux de toutes les femmes qu’il voit, que c’est l’amoureux des onze mille Vierges ; & de celui qui n’aime point du tout, qu’il est amoureux comme un chardon.

AMOUS. Voyez AMMON.

☞ AMOUYE. Ville, la même qu’Amol-Gihon. Voyez ce mot.

AMP.

☞ AMPARLIER & AVANT-PARLIER, s. m. vieux mots qui signifioient Avocat, dérivés tous deux de parlier qui signifioit la même chose. On disoit aussi amparlerie, s. f. ministère d’Avocat.

AMPASTELER. v. a. Terme de teinture. Donner aux laines & aux draps le bleu de pastel. Voy. Gueder.

AMPÂTRE. s. m. & f. Nom de peuple. Ampater ou Ampatrus. Les Ampâtres habitent sur la côte méridionale de l’ance aux Galions, & celle de Caremboule, dans l’île de Madagascar. Le pays qu’ils habitent porte le même nom.

☞ AMPAZA. Pays maritime d’Afrique, voisin de ceux de Sian & de Chelier. Le Roi d’Ampaza est Mahométan & tributaire des Portugais. Ce pays est dans la basse Ethiopie ou Zanguebar, entre la ligne & le Royaume de Melinde.

☞ AMPELITE. s. f. Espèce de terre noire comme le Gayet, pleine de bitume, quoiqu’elle n’en ait point l’odeur, & qu’étant mise au feu elle ne jette aucune flamme. Cette terre se lève par écailles, & se met aisément en poudre. Quelquefois on la nomme terre à vignes, parce que les anciens en frottoient les vignes pour faire mourir les vers. Elle se dissout & se fond dans l’huile. Elle sert à teindre les sourcils & les cheveux & à les noircir. Ampelitis.

Cette terre peut être considérée comme une pierre noire bitumineuse dont les Peintres font un grand usage. On la nomme pierre Ampelite ou Pharmacite. Celle qui vient d’Alençon n’est pas si douce ni si bonne que celle que l’on tire de Rome & de Portugal. On croit que cette pierre réduite en poudre, & appliquée sur le ventre, fait mourir les vers.

AMPEZO. Bourg du Tirol, en Allemagne. Ampitium. Il est aux confins du Frioul.

AMPHIAM. s. m. Nom que les Turcs donnent au suc de pavot, qu’on nomme ordinairement Opium.

☞ AMPHIARÉES. s. f. pl ou adj. pris substantivement. Amphiareæ. On donnoit ce nom à une fête que les habitans d’Orope célébroient à l’honneur d’Amphiarée, qui avoit un Temple sur le chemin d’Athènes à Orope. Ceux qui consultoient ce Dieu, lui immoloient un mouton, sur la peau duquel ils s’endormoient, & ils recevoient en songe la réponse de l’oracle. Cet Amphiarée étoit fils d’Apollon & d’Hypermenestre. Il fut honoré comme un Dieu après sa mort.

AMPHIARTROSE ou AMPHIARTHROSE. Terme d’Anatomie. C’est une espèce d’articulation neutre ou douteuse, que l’on distingue de la Diartrose, parce qu’elle n’a pas un mouvement manifeste ; & de la Synartrose, parce qu’elle n’en est pas absolument privée. Telle est l’articulation des côtes avec les vertèbres, & celle des os de carpe & du tarse entre eux, laquelle, tenant de l’une par sa mobilité, & de l’autre par sa connexion, est appelée Amphiartrose, & par quelques-uns Diartrose synartrodiale. Dionis. Ce mot vient d’ἄμφω, deux, & ἄρθρωσις, articulation, comme si l’amphiartrose tenoit des deux autres espèces d’articulations.

AMPHIBIE. adj. de t. g. Animal qui vit tantôt dans l’eau, tantôt sur la terre. Amphibius. Les crocodiles, les castors, les loutres, les grenouilles, les tortues, le veau marin, sont des animaux amphibies. Ancipites bestiæ. On a étendu ce mot à des hommes qui vivent long-temps sous l’eau. On trouve divers exemples de ces hommes amphibies. Il n’y en a point de plus surprenant que celui d’un Sicilien, que l’on appeloit le poisson Colas. Dès sa jeunesse il s’étoit tellement accoutumé à vivre dans l’eau, que son tempérament étoit tout changé, vivant plutôt à la manière des poissons, qu’à la manière des hommes. Kirker. Les Paravas qui font la pêche des perles sont en quelque sorte amphibies. Voyez au mot Plongeur.

☞ Ce mot est aussi substantif. C’est un Amphibie. Amphibium.

On dit figurément d’un homme qui se mêle de différentes professions opposées l’une à l’autre, que c’est un amphibie.

Ce mot vient du grec, où il signifie, Vie en deux manières, ou en deux endroits : ἀμφὶ, Circùm, βίος, vita.

AMPHIBLESTROÏDE. s. f. Tunica Retina, ou Retiformis. C’est une tunique de l’œil, qui est molle, blanche & glaireuse. Elle s’appelle par les Grecs ἀμφιϐληςτροειδὴς χιτών, Tunique amphiblestroïde, parce que si on la jette dans l’eau, elle ressemble à un filet. Ce mot est composé d’ἀμφίϐληςτρον, qui vient d’ἀμφὶ, Circùm, & de βάλλω, jacio ; & signifie une espèce de filet à jetter dans l’eau pour prendre du poisson ; & de εἶδος, forme. On appelle ainsi cette tunique de l’œil, parce qu’elle est tissue en forme de filet, ou de réseau. On l’appelle ordinairement Rétine. Elle sort du centre du nerf optique, & est composée de la substance médullaire de ce nerf ; & s’étendant sur l’humeur cristaline, elle va aussi loin que le ligament ciliaire ou les ligamens des paupières. Parce que cette membrane est blanche & d’une substance moelleuse, il semble qu’elle parte de la substance moelleuse & fibreuse du nerf optique, ensorte qu’elle ne soit rien autre chose qu’une extension des fibres de ce nerf, lequel s’assemble là en un corps rond, & semblable à un filet ou réseau dans sa configuration. Cette tunique semble être le principal organe de la vûe : elle reçoit les espèces visibles dans le fond de l’œil, de la même manière qu’une feuille de papier blanc reçoit dans une chambre bien fermée