Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/428

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

Ce mot ne feroit pas un bel effet dans un discours poli. Il doit s’écrire avec un seul p, venant du latin apertè, qui signifie la même chose. Mais Marot l’écrit avec deux p.

APERTISE. s. f. Ce mot est en usage en basse-Normandie, où l’on dit, pour se mocquer d’un conseil ridicule, ou d’une imagination sotte : voilà une belle apertise. D’adperitia, fait de peritus. Ménage. Il étoit françois du temps de Louis XI, lorsqu’on publia les cent Nouvelles nouvelles, dans la dernière desquelles se voit l’exemple suivant : les peres & les meres prenoient grand plaisir à voir leurs enfans jouer & faire souplesses & apertises..... Les vieux Dictionnaires expliquent apertises par agilité.

☞ APÉTALE. adj. de t. g. Terme de Botanique, qui se dit des fleurs qui sont sans pétales. Apetalus. Voy. aux mots Fleur & Pétale.

APETISSEMENT. s. m. Diminution. Diminutio, imminutio. L’apetissement qui paroît dans les objets éloignés, est une espèce de phénomène. Perr. Ce mot se trouve dans une déclaration de François I, du 27 Décembre 1541, pour signifier quelque espèce de tribut. Car il dit que ses prédécesseurs ont affranchi les Secrétaires du Roi, de toutes entrées, issues, barrages, choquets, apetissemens, & autres subsides, tributs, & impositions quelconques. Tessereau.

APETISSER. v. a. Rendre plus petit. Minuere, imminuere. ☞ Apetisser un manteau ; c’est le rendre plus court, rapetisser vaudroit mieux. Apetisser un tas de blé ; mauvaise façon de parler des Vocabulistes, c’est le diminuer.

Apetisser, est aussi neutre. Les jours apetissent, deviennent plus courts. Decrescunt dies.

☞ Il est aussi réciproque. Cette étoffe s’apetisse à l’eau.

APETISSÉ, ÉE. part. Minutus, imminutus.

APÉTOU. s. m. & f. Peuple de l’Amérique méridionale. Apetuba. Les Apétous sont dans le Brésil, près du gouvernement de Porto Séguro.

A-PEU-PRÈS. adv. Presque tout. Penè, fermè totum. Je vous rapporte à-peu-près la substance de la harangue. Vaug.

A-peu-près. adv. Presque. Ferè, penè, fermè. Me voilà à-peu-près aussi incertain que j’étois.

☞ APEX. s. m. Bonnet à l’usage des Flamines & des Saliens. Pour qu’il tînt bien sur leur tête, ils l’attachoient sous leur menton avec deux cordons.

APH.

☞ APHACE. Aphaca, lieu dans la Palestine, entre Byblos & Heliopolis, où il y avoit un temple de Vénus Aphacitides, en l’honneur de laquelle tous ceux qui y alloient, s’abandonnoient à toutes sortes de lascivetés, parce que Vénus y avoit embrassé Adonis. Cette infâme superstition vient peut-être de ce que le mot aphaca dans la langue Syriaque, & conséquemment dans celle des Phéniciens, signifie embrassement.

APHACITE. adj. f. Surnom de Vénus. Voyez l’article précédent. Près du temple de cette Déesse, étoit un lac semblable à une citerne. Ceux qui venoient consulter l’oracle de Vénus Aphacite, jettoient dans le lac leurs présens ; il n’importoit de quelle espèce ils fussent : s’ils étoient agréables à la Déesse, ils alloient au fond, si elle les rejettoit, ils surnageoient, fût-ce de l’or ou de l’argent.

APHARA. Ville de la Tribu de Benjamin, dans la Terre-Sainte. Aphara. Adrichomius la place près d’Almath, vers le nord.

APHEA. s. f. Terme de Mythologie. Divinité adorée par Eginètes & par les Crétois. Pindate a fait une Ode en l’honneur de cette Déesse, qui avoit un temple dans l’île de Créte. C’est la même que Diane.

APHEC. Ville de la Trihu d’Aser, dans la Galilée, province de la Terre-Sainte. Aphec.

Aphec, est aussi le nom d’une ville de la Tribu d’Issachar. Aphec. Sous les Chananéens, elle étoit capitale d’un royaume. Elle se nomme aussi Apheca, fém.

APHECA, est encore le nom d’une ville de la Tribu de Juda. Apheca. On dit qu’elle se nommoit aussi Aseca.

APHÉLIE. s. m. Terme d’Astronomie. ☞ C’est le point de l’orbite d’une planète où elle se trouve dans sa plus grande distance du soleil, le point diamétralement opposé au périhélie. Aphelium summa absis.

☞ Les astres qui tournent autour du soleil, ne sont pas toujours également éloignés de lui. Ils sont dans leur aphélie, lorsqu’ils sont dans leur plus grande distance ; ils sont dans leur périhélie, lorsqu’ils sont dans leur plus petite distance du soleil ; & ils sont dans leur distance moyenne, lorsqu’ils sont aussi éloignés de leur aphélie, que de leur périhélie.

☞ M. Halloi a donné une méthode géométrique pour trouver les aphélies des planètes.

☞ Suivant les observations, la plus grande distance de la terre au soleil est de 20976 rayons terrestres.

☞ Sa plus petite distance de 20275 .

☞ Et sa distance moyenne de 20626.

☞ Un rayon terrestre contient environ 1433 lieues.

Aphélie, est aussi adj. de t. g. La terre est aphélie, lorsqu’elle est dans le point de son orbite le plus éloigné du soleil. Mars aphélie.

Ce mot vient de ἀπʹ, & de ἕλιος, soleil.

APHÉRÈSE. s. f. Aphæresis, abscissio. Terme de Grammaire. Retranchement, figure par laquelle on retranche quelque chose au commencement d’un mot : comme conia, pour ciconia ; temnere, pour contemnere. L’on a dit au commencement du mot ; car si le retranchement se faisoit au milieu, ou à la fin, ce ne seroit plus une aphérèse, mais une syncope, ou une apocope.

APHÉSIENS. s. m. pl. ou adj. pris substantivement. Terme de Mythologie. Surnom qu’on donnoit quelquefois à Castor & Pollux, qu’on croyoit présider aux barrières, d’où l’on partoit dans les jeux publics. D’ἀφήμι, emitto.

APHÈTE. Terme d’Astrologie. Aphète est la planète qui donne la vie.

☞ APHIOM CARASAR. Ville de la Natolie, dans la province de Germian, près de la rivière du Mindre ; on croit que c’est l’ancienne Hiérapolis, près du Méandre.

APHONIE. s. f. Terme de Médecine. Extinction de voix qui arrive aux malades par le vice des organes destinés à cette fonction. Ce mot est grec, ἀφωνία, composé d’α privatif, & de φωνή, voix. Col de Villars.

APHORISME. s. m. Maxime, ou règle générale, principe d’une science, proposition qui renferme en peu de mots une maxime générale. Aphorismus. Il ne se dit guère qu’en Médecine & en Jurisprudence. Les aphorismes d’Hippocrate. Des aphorismes politiques. Des aphorismes de Droit.

Aphorisme, se dit quelquefois figurément de ce qu’on regarde comme un principe certain. Je tiens cela pour un aphorisme.

Ce mot vient du grec ἀφορισμὸς, qui signifie la même chose, d’ἀφορίζω, separo, feligo, je sépare, je choisis ; c’est-à-dire, Sentences choisies, séparées.

APHORISTIQUE. adj. m. & f. Terme de Médecine, Aphoristicus, a, um. Qui appartient à l’Aphorisme, qui a la forme d’aphorisme. On auroit été au-devant de ces abus, si l’on avoit retenu en Médecine la manière d’écrire d’Hippocrate, dont le style aphoristique, simple & concis, n’a rien de superflu. Journ. des S.

APHOSIATIN. Port de la Romélie, dans la Turquie d’Europe. Ephæsiorum portus. Il est sur la côte de la Mer-Noire, à quelques lieues au nord de Constantinople.

☞ APHRACTE. s. m. Aphractus. Nom Grec que les Anciens donnoient à une espèce de barque ou de brigantin, sans pont, & sans tillac.

APHRODISÉE. Voyez Apodosia.

APHRODISIADE. s. f. Aphrodisias. Nom d’un temple de Vénus, d’une île qui paroît avoir été la même que l’Aphrodisie de la mer persique, & de plusieurs