Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/446

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

APPAREILLEUSE. s. f. Se dit en mauvaise part, d’une femme qui forme & conduit des intrigues & des commerces d’amour, & qui prépare les plaisirs des autres. Mulier amatoriorum commerciorum artifex, Lena.

APPAREMMENT. adv. Selon les apparences, vraisemblablement. In speciem. Nous aurons apparemment une bonne récolte cette année.

APPARENCE. s. f. La surface extérieure des choses, ce qui d’abord frappe les yeux. Species. Les Stoïciens tenoient que les qualités des corps qui frappent nos sens, n’étoient que des apparences. Bayl. Si vous jugez sur les apparences à la Cour, vous serez souvent trompé ; ce qui paroît n’est presque jamais la vérité. P. De Cl. Le monde récompense plus souvent les apparences du mérite que le mérite même. S. Evr. L’erreur ne vient que du consentement précipité de la volonté, qui se repose avec négligence dans l’apparence de la vérité. Malh. Les hommes semblent être convenus entre eux de se contenter des apparences. La Bruy.

Apparence se dit aussi de ce qui est opposé à la réalité, qui est faux, feint & simulé. Similitudo, species. Les hypocrites trompent sous de belles apparences de piété, de dévotion. Les couleurs sont de simples réflexions de lumière qui n’ont aucune réalité ; ce sont de simples apparences.

La vérité ne fait pas tant de bien dans le monde, que ses apparences y font de mal. Rochef.

Un bigot orgueilleux
Couvre tous ses défauts d’une sainte apparence.

Boil.


Les Grands pour la plupart sont masques de Théâtre,
Leur apparence impose au vulgaire idolâtre.

La Font.

Apparence, extérieur, dehors. L’extérieur est ce qui se voit. Il fait partie de la chose. Le dehors est ce qui nous environne ; il n’est pas proprement de la chose, mais il en approche le plus. L’apparence est l’effet que la vûe de la chose produit, ou l’idée qu’on s’en forme par cette vûe. Les murs sont l’extérieur d’un château. Les avenues, les cours, en sont les dehors. La grandeur, la situation, le plan d’architecture en font l’apparence.

☞ Dans le sens figuré, extérieur se dit plus souvent de l’air & de la phisionomie des personnes ; dehors, des manières & de la dépense ; apparence, des actions & de la conduite. Syn. Fr.

☞ L’extérieur prévenant n’est pas toujours accompagné du vrai mérite. Les dehors brillans ne sont pas des preuves certaines d’une fortune opulente. Les pratiques de dévotion sont des apparences qui ne décident rien sur la vertu.

Apparence. Reste, marque, vestige, trace de quelque chose. Indicium, vestigium. Ils n’ont plus aucune apparence de liberté. Il ne reste à cette femme aucune apparence de beauté.

Apparence signifie aussi conjecture, vraisemblance. Conjectura, verisimilitudo. Le temps est fort couvert, il y a grande apparence de pluie. ☞ Cela n’a nulle apparence, est sans apparence, est hors d’apparence : je n’y vois point d’apparence.

Apparence, en termes de Palais, se dit encore des preuves & des conjectures qui favorisent, ou qui chargent l’accusé ; mais en ce sens il n’est en usage qu’au pluriel. Allegata & probata. Toutes les apparences sont contre cet accusé.

En Astronomie on appelle apparences, ou autrement phénomène, tout ce qu’on a découvert par les observations anciennes & nouvelles des mouvemens du ciel & des astres. Phænomena. On reçoit le système de Copernic, parce que c’est le plus propre pour expliquer facilement toutes les apparences célestes, tous les phénomènes : celui de Ptolémée ne suffit pas pour sauver toutes les apparences. En Optique on appelle apparence simple, & directe, la vûe d’un objet en ligne directe, sans réflexion, ni réfraction.

Apparence en Perspective, représentation ou projection d’une figure, d’un corps ou d’un autre objet, sur le plan du tableau. Encyc.

☞ On dit aussi en termes de Manége, belle apparence, en parlant d’un cheval qui, quoiqu’il paroisse très-beau, n’a cependant pas beaucoup de vigueur.

On dit qu’il faut sauver les apparences ; pour dire, qu’il ne faut point donner de scandale, & qu’il faut du moins cacher son vice, & conserver une réputation d’homme de bien. Suis in speciem fungi officiis, satisfacere suis in speciem officiis, simulatione probitatis existimationi consulere.

☞ APPARENT, tout ce qui est visible, tout ce qui est sensible à l’œil, ou intelligible à l’esprit. Voyez Apparence.

☞ On le dit à peu-près dans le même sens de ce qui est certain, évident, dont on ne peut douter. Clarus, evidens, manifestus. On dit qu’il est riche en argent ; mais de bien apparent on ne lui en connoît peint. Il n’a aucun droit apparent sur lequel on puisse asseoir un hypothèque. Acad. Fr.

Apparent se dit encore de ce qui paroît, & n’est pas tel qu’il paroît être, ce qui est d’une façon & paroît de l’autre. Simulatus. Dans ce sens vrai & apparent sont opposés. Les plaisirs ne sont pas de vrais biens, mais seulement des biens apparens. Cet homme n’a qu’une vertu apparente, fausse.

Mais ce discours n’est pas pour le peuple ignorant
Que le faste éblouit d’un bonheur apparent.

Boil.

Apparent se dit aussi parmi les Bourgeois d’une ville, de ceux qui sont les plus riches, qui sont distingués des autres par leurs emplois ou par leur mérite. Civitatis Principes, Primarii in civitate viri, Primores. On a choisi les plus apparens de la ville pour faire une députation au Roi. Il n’y avoit de conviés que les plus apparens de la famille.

☞ En Astronomie & en Optique le mot apparent est souvent employé. Conjonction apparente, horison apparent, grandeur apparente, distance apparente, lieu apparent.

☞ On dit conjonction apparente de deux planètes, lorsque la ligne droite qu’on suppose tirée par les centres des deux planètes, ne passe point par le centre de la terre, mais par l’œil du spectateur : distinguée de la conjonction vraie, où le centre de la terre est dans une même ligne droite avec les centres des deux planètes.

Horison apparent ou sensible. Il sépare la partie visible ou supérieure du ciel d’avec la partie inférieure de la terre qui nous est invisible, à cause de la rondeur de la terre ; il détermine le lever & le coucher apparent du soleil, de la lune, des étoiles. Voyez Horison.

☞ La grandeur apparente d’un objet est mesurée par l’angle optique sous lequel il est vû ; & l’angle optique est formé par les deux rayons qui partent des extrémités d’un objet & qui se rencontrent au centre de la prunelle.

☞ Plus un objet est éloigné, & plus aussi l’angle optique, sous lequel il paroît, est petit.

☞ Dans les distances considérables la grandeur apparente est en raison inverse de sa distance à l’œil, c’est-à-dire, si un objet est éloigné de mon œil tantôt d’une, & tantôt de deux lieues, la grandeur apparente de cet objet éloigné d’une lieue, l’emportera autant sur la grandeur apparente du même objet éloigné de deux lieues, que deux lieues l’emportent sur une, ou, ce qui revient au même, la grandeur apparente de cet objet éloigné d’une lieue de mon œil sera double de la grandeur apparente du même objet éloigné de mon œil de deux lieues, parce qu’il est vû sous un angle optique double de celui sous lequel il est vû lorsqu’il est à deux lieues de mon œil.

☞ Les objets paroissent d’autant plus éloignés, qu’ils