Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/49

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

populanie trois inscriptions antiques qui font mention de lui. Scaliger les rapporte dans son L. i. sur Ausone, C. 9. & Gruter. p. 37.

La première est,

DEO
ABELLIO-
NI
MINUCIA
JUSTA
V.S.L.M.

Les autres n’apprennent rien davantage de ce Dieu. Bouche en son Histoire de Provence, T. i. p. 61. croit que c’étoit un Dieu qui étoit adoré en quelque lieu anciennement nommé Abellio. Vossius, de Idolol. L. ii. C. 17. croit que c’est le Soleil ; qu’il a été ainsi nommé du nom Bélus ; que les habitans de Pamphilie & ceux de Créte appeloient ainsi le Soleil, comme le dit Hésychius ; que les anciens Romains nommoient aussi le soleil Apello, au lieu d’Apollo ; que ce nom pouvoit s’être formé du mot Ἀβέλιος, qu’ils avoient pris de l’Île de Créte ; que c’est ainsi que pour hemo, on a dit homo, & pour bonus, benus, d’où est resté benè. Quoiqu’il en soit, le nom Apollo ne s’est pas fait de l’Ἀβέλιος des Crétois, mais de l’Ἀπόλλων des Grecs.

ABELMAÏM. Ville de la Terre-Sainte. Abelmaïm. Adrichomius la distingue d’Abela, ou Abel-Maacha, & prétend que c’étoit une ville différente. Le P. Lubin, au contraire, soutient qu’en comparant le IIIe livre des Rois, chap. XV, §. 2, & le IIe. des Paral. chap. XVI, §. 4, on trouve que c’est la même. L’un & l’autre la placent dans la Tribu de Nephthali, contrée de la Galilée supérieure.

Ce mot signifie Abel des eaux, ou les eaux d’Abel, מים, en Hébreu, aquæ.

ABELMELUCH. s. m. Espèce de ricin ou de palme de Christ. Cet arbre croît aux environs de la Mecque. Ses semences sont regardées comme un purgatif violent. Dict. de Med.

ABEL-MEHULA, ABELMEULA, ABELMAULA. Ville de la Terre-Sainte. Abelmehula. Elle étoit dans la demi-Tribu de Manassé, qui étoit au-delà ou à l’orient du Jourdain, Abel-mehula étoit la patrie du Prophète Elisée.

ABEL-MOSC. s. m. Qu’on nomme en François, Ambrette, ou Graine de musc. C’est la semence d’une plante qui croît en Egypte, & dans les Îles Antilles, qui a des feuilles verdâtres & veloutées, assez semblables à celles de la Guimauve ; ce qui lui a fait donner par nos nouveaux Botanistes le nom de Guimauve veloutée des Indes. Althæa Indica villosa. Cette graine n’est guère plus grosse que la tête d’une très-grosse épingle, de la forme d’un petit rognon, grisâtre & comme chagrinée par-dessus, & d’une odeur qui tient tout ensemble de l’ambre & du musc. On s’en sert principalement dans la composition de quelques parfums. Les Parfumeurs Italiens s’en servent beaucoup. En France les Religieuses & les Patenôtriers en font des chapelets. On lit dans Blancard, que cette plante Egyptienne a l’odeur du musc, & que les Arabes la mêlent avec leur café, pour la lui communiquer.

ABEN-EZER. Nom de lieu dans la Terre-Sainte, situé entre Masphat & Sen. C’est là que les Israëlites furent défaits par les Philistins, & que l’Arche d’Alliance fut prise. Ce mot qui est Hébreu signifie, la pierre du secours ; venant de אבן, aben, pierre, & עזר, ezer secours. L’armée campa près de la pierre du secours. Sacy. Israël campa près d’Eben-heser. Trad. de Gen. et les Desmar. Il ne faut point heser par un h mais eser. Il est mieux. C’est en Hébreu un ain.

ABENOW. Abnoba. Montagne de Souabe, en Allemagne, dans la principauté de Furstemberg ; elle communique son nom à la longue chaîne de montagnes qui s’étendent entre le Rhin & le Nékre, depuis les villes forestières jusqu’à celle de Phorsheim. Maty.

ABENSPERG. Abusina, Aventicum, Abensperga. Ville de Bavière, près du confluent de la rivière d’Abeust & du Danube, à quelques lieues au-dessus de Ratisbonne.

ABENST. Petite rivière de Bavière, qui se décharge dans le Danube, près de la ville d’Abensperg. Ampla.

ABÉONE. s. f. Abeona. Déesse du Paganisme, à laquelle les Romains se recommandoient quand ils se mettoient en chemin pour s’en aller. S. Aug. De Civ. L. iv. C. 22. Ce mot est formé du verbe Abeo, je m’en vais.

ABERAVON. Bourg du Comté de Glamorgham, en Angleterre. Il est à l’occident de Cardiffe, proche de l’embouchure de la rivière d’Avon. Aberavonium. Ce mot peut être une preuve que la langue Celtique, que parloient les anciens habitans de l’Albion ou de l’Île Britannique, puisqu’ils étoient descendans des Celtes, venoit de l’Hébreu. Car dans l’une & l’autre de ces langues, Abéravon signifie, Passage de l’Avon, ou au-delà de l’Avon. Il en est de même des autres où le mot Ab entre.

ABERCE. s. m. Nom d’homme. Avircius. S. Aberce, ou Avirce Marcel, Evêque d’Héraple en Phrygie, a été célébre parmi les Grecs, vers l’an 230. Baill.

☞ ABERCOBAB. Ville de Perse, dans la Province d’Aragian, entre les pays de Fars & d’Ahovaz, bâtie par Kaicobab, premier Roi de Perse, d’où elle a pris son nom.

ABERCONWEY, ou CONWEY. Bourg d’Angleterre. Abercovonium. Il est dans la principauté de Galles, & dans le Comté de Carnarvan, à l’embouchure du Conwey.

☞ ABERCOUH ou ABERCOUEH, Ville de l’Iraque Persienne, à vingt parasangues, ou quatre-vingt mille pas d’Ispahan. Elle commande une campagne la plus fertile & la plus riche de toute la Perse.

ABERDÔNE ou ABERDÉEN, Ville d’Écosse. Il y a Old-Aberdône, la vieille Aberdône, vetus Aberdona ; & Now-Aberdône, la nouvelle Aberdône. La vieille est dans le Comté de Marr, à l’embouchure du Don. Aberdône a une Université. On la prend pour la Devana, ou Denana des Anciens.

La nouvelle Aberdône, Aberdona nova, est aussi dans le Comté de Marr, à l’embouchure de la Dée, environ à une lieue de la vieille Aberdône. Elle a une Université, comme la première. C’est un bon port qui lui attire beaucoup de commerce.

ABERDORE. Aberdura. Il y a deux villes en Ecosse de ce nom. La première qu’on nomme Aberdour, est une petite ville ou bourg du Comté de Buquam, sur la côte, & plus au nord de la vieille Aberdône.

La seconde Aberdour, est dans le Comté de Fife, sur le golfe d’Edimbourg, au nord-ouest de cette capitale.

ABERFRAW, ou ABERFAW. Bourg de la principauté de Galles, en Angleterre. Aberfraria, Gadiva. Il est sur la côte occidentale de l’île d’Anglesey. Il étoit autrefois la ville capitale de l’île, & le lieu de la résidence des Rois de la Vénédotie, qu’on appeloit encore rois d’Aberfraw.

ABERGEVENI, ou ABERGENY. Bourg de la province de Galles, en Angleterre. Abergevenium, Abergenium. Il est dans le comté de Montmouth, sur la rivière d’Usque, entre Brecknock & Caërlion. Il étoit autrefois habité par les Silures, & s’appeloit Gobanium, d’où Gebeni s’est formé.

ABERHAVRE. Embouchure de rivière ; c’est de-là que vient le mot Havre, du mot Hébreu habar, selon Bochart. Ostia fluvii. Ce mot n’est plus en usage.

ABERISTIWITH. Bourg d’Angleterre, dans la principauté de Galles. Aberflivium. Il est dans le comté de Cardigan, à l’embouchure de la rivière d’Invith.

ABERNÉTHY, ou ABUBORN. Ville d’Ecosse. Abernæthum, Abernæthæa, Abrinea. Elle est dans le comté de Straterne, sur la rivière du Tay, un peu au-dessous du confluent de l’Erne. Abernéthy est fort ancien. C’étoit autrefois la capitale du royaume des Pictes. Il a eu un archevêché que le roi Canut fit transférer à saint André.