Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/573

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

étoile, n’en de plus facile que de connoître son ascension droite. Car tous les cercles de déclinaison coupent l’équateur en quelque point. L’arc de l’équateur intercepté entre le cercle de déclinaison d’une étoile quelconque, & le point où l’équateur concourt avec l’écliptique, qui est le premier degré du signe du bélier, marque l’ascension droite de cette étoile. Supposons, par exemple, que le cercle de déclinaison de l’étoile B coupe l’équateur vis-à-vis le premier degré du signe du cancer, l’étoile B aura 90 degrés d’ascension droite, parce que l’arc de l’équateur compris entre le cercle de déclinaison de l’étoile B, & le point où l’équateur concourt avec l’écliptique, sera précisément un quart de cercle.

☞ Ainsi les étoiles qui se trouvent au premier degré du signe du bélier, & toutes celles dont le cercle de déclinaison qui passe par le point où l’équateur concourt avec l’écliptique, n’ont point d’ascension droite.

Ascension, se dit proverbialement en ces phrases : à l’ascension, blanche nappe & gras mouton ; pour dire, qu’en ce temps-là on quitte le veau pour manger du mouton. On dit aussi d’une chose qui est toujours en même état, qu’elle ne va, ni ne vient, qu’elle est comme l’Ascension, qui n’avance ni ne recule.

L’île de l’AscenJion, ou Acemçaon, est une ile de l’Océan éthiopien, au midi de la Guinée, sous le dixième degré de longitude, & le huitième quelques minutes de latitude. Les Portugais la nommèrent ainsi, parce qu’ils la découvrirent le jour de l’Ascension. Maty. Ils en ont encore une autre de même nom dans l’Amérique méridionale, près du Brésil.

Ascension, petite ville de l’Amérique méridionale, dans l’île Marguerite, près de la côte de la nouvelle Andalousie.

ASCENSIONEL, ELLE. adj. En termes d’Astronomie, on a nommé différences ascensionelles, les différences des ascensions droites & obliques.

ASCÉRADE. Bourg de Livonie, en Suède. Ascerada. Il est sur la Dwine, entre Riga & le bourg de Kakenhaus.

ASCÈTE. S. de t. g. Asceta, Ascetes. Ce nom qui est grec, & qui signifie proprement celui, ou celle qui s’exerce, a été appliqué en particulier, & dès les premiers temps de l’Eglise, à ceux qui s’occupent aux exercices de la vertu dans une vie retirée, & sur-tout à ceux de l’oraison & de la mortification. Ensuite on l’a donné en général aux Moines, sur-tout à ceux qui vivoient en solitude. On l’a dit aussi des Religieuses. Ce mot peut avoir tous ces sens en notre langue ; mais il est un peu usité. Origène marque les différens états des Chrétiens, les uns attachés uniquement au service de Dieu, dégagés des affaires temporelles & combattans pour les foibles par les prières, les jeûnes, &c. C’étoit les Ascètes, dont peu de temps après vinrent les Moines. Fleury.

Ce mot vient du grec ἀσκηταὶ, qui est formé d’ἀσκέω, exercer, j’exerce.

ASCÉTÈRE. Asceterium. Ce mot, qui dans son origine veut dire un lieu d’exercices, se prend pour Monastère, parce que les Monastères sont les lieux où l’on s’exerce dans la pratique de la vertu.

ASCÉTIQUE. adj. Asceticus. Qui concerne les ascétes. Ce mot a servi de titre à plusieurs livres d’exercices spirituels & méditations pour la vie religieuse, comme les Ascétiques, ou Traités spirituels de S. Basile le Grand, Archevêque de Césarée, en Cappadoce. Le Père Don Luc d’Achéri a fait une bibliothèque Ascétique. On appelle la vie ascétique, la pratique & l’usage de l’oraison & de la mortification, ou la vie passée dans ces exercices. C’est un terme de spiritualité & de Théologie mystique.

Ce mot vient du grec ἀσκεῖν, se exercere, d’où vient ἄσκησις, parce que l’ame s’exerce & s’occupe dans la méditation des grandeurs de Dieu.

Ascétique, se dit aussi des personnes qui s’exercent dans la vie ascétique, comme les Solitaires.

Tel que l’Hermite Paul, ou l’Ascétique Antoine,
J’étois dans un désert affreux,
Le disputant au plus austère Moine,
Fût-il Camaldule, ou Chartreux,

l’Ab. Genest.

ASCHAFFENBOURG. Ville de Franconie, en Allemagne. Aschafenburgum. Elle est dans l’électorat de Mayence, sur le Mein.

☞ ASCHARIOUNS, ou ASCHARIENS, distiples d’Aschari, célèbre Docteur parmi les Musulmans. Dieu étant, disent-ils, un agent général & universel, il est aussi véritablement le créateur & l’auteur de toutes les actions des hommes ; mais les hommes étant libres, ils ne laissent pas d’acquérir un mérite on un démérite, selon qu’ils se portent volontairement vers les choses qui leur sont commandées ou défendues par la loi. Ils passent, dit d’Herbelot pour très-orthodoxes : ils soutiennent la prédestination absolue & gratuite, & la prédéterminatiun physique, & sont parmi les Mululmans ce que sont les Thomistes les plus rigoureux parmi les Chrétiens.

ASCHAW. Village de la haute Autriche, en Allemagne. Il est au confluent de l’Ascha & du Danube. Quelques Géographes prennent Aschaw pour l’ancienne Joviacum du Norique, que d’autres soutiennent être Stamberg, & d’autres Franckennark, villages de la haute Autriche.

☞ ASCHBARAT. Ville d’Asie, dans le Turquestan, au-delà de Sihon ou Jasartes, à trente journées de chemin de Samarcand.

☞ ASCHBOUKKAN. Ville d’Asie, dans la province de Korafan, à 100 degrés de long. & à 36 degrés, 45’de lat. sept.

ASCHENEZ. s. m. Ce nom est pris dans l’Ecriture pour les peuples d’Arménie, & de Médie par quelques Auteurs. D’autres le prennent pour un peuple du Nord. Les Rabbins appellent les Allemands Aschénez. D’autres veulent que ce soit l’Asie mineure, & ils y placent l’Ascanie, qui est une partie de la Phrygie & de la Mysie. Onkelos, dans ss Paraphrase chaldaïque sur la Genèse, entend par ce mot la Caramanie, autre grande contrée de l’Asie mineure, si l’on en croit Grotius ; & selon lui, c’est ce qui a donné occasion à l’erreur des Rabbins, qui ont pris ce nom pour la Germanie. Il est certain que l’endroit où Jérémie en parle, G. LI. v. 27, ne peut s’entendre ni de la Germanie, comme font les Rabbins, ni de la Gothie. Car soit que le Prophète parle là de l’armée que Darius opposa à Alexandre, ou de celle des Babyloniens contre les Médes, ces Princes ne tirèrent point de troupes ni de la Germanie ni de la Gothie, qui n’étoient point sous leur puissance. Pour Onkelos, je ne sais où Grotius a pris qu’il interprète ce mot Caramanie. Car certainement Aschenez ne se trouve dans tout le Pentateuque qu’une seule fois, Gen. X, 3, & là, comme par-tout ailleurs, Onkelos ne met purement que le mot hébreu Aschenez. Tout ce que l’on peut inférer de ceci, c’est qu’Aschenez étoit un peuple de l’empire d’Assyrie.

ASCHERLEBEN. Ville de la haute Saxe. Aschaleba. Elle est du cercle de haute Saxe, & située sur la Weppre, près d’un lac auquel elle donne son nom, dans la principauté d’Anhalt, à cinq lieues à l’ouest de Bembourg.

ASCHIA. s. f. Ombre. Aschia. Poisson qui se trouve dans les fleuves rapides peu profonds & pleins de cailloux ; il passe pour un excellent manger. Ce qu’on en emploie en Médecine est la graisse, qui, dit-on, emporte les taches & les taies des yeux ; fondue au soleil & mêlée avec du miel, elle efface les taches de rousseur, & les marques que la petite vérole a laissées. Dict. de James. Voyez Ombre.

ASCHOLIES. s. m. & pt. Terme de Mythologie, Voyez Ascolies.

☞ ASCHTIKAN. Ville d’Asie, dans la Tartarie, au-delà de l’Oxus, à seize lieues de Samarcand, & à dix de Kuschania.

ASCI. Plante des îles de l’Amérique. Elle vient ordinairement de la hauteur de 5 ou 6 palmes, quelquefois de la hauteur d’un homme, quand elle est dans un bon fonds. Elle jette beaucoup de branches. Sa fleur, qui est blanche & petite, ne sent rien. Son truit est de diffé-