Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/84

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

qui vont jusqu’à l’ame. Voit. Accablement d’esprit.

On le dit aussi d’une surcharge d’affaires. Il est dans un si grand accablement d’affaires, qu’il n’a pas le temps de respirer.

Accablement de pouls. Terme de Médecine. Déréglement de pouls, lorsque l’accès commence, ou redouble. Venæ inordinatæ. Doc.

☞ ACCABLER. v. a. Dans le sens propre. Faire succomber sous le faix, sous un poids capable d’abattre, d’écraser. Opprimere. Ils furent tous accablés sous les ruines de cette maison. Ce mur est tombé, & a accablé tous ceux qui étoient auprès.

On le dit par exagération, comme synonyme de surcharger. Il porte un fardeau dont il est accablé.

On dit à peu-près dans le même sens, mais qui tient du figuré, être accablé par le nombre, par la multitude. Obrui numero. Leur multitude pouvoit accabler notre valeur. Sarras.

Accabler, se dit dans un sens figuré, d’une surcharge d’affaires, de dettes, d’impôts, de malheurs, d’infirmités, & généralement de tout ce qui met l’esprit dans un état de contention, de chagrin, de douleur, & que l’on considère comme un poids difficile à porter. Obruere curis, negotiis, doloribus, &c. Accablé de vieillesse, de chagrin, de dettes, de misère. Le travail, les visites, les importuns l’accablent. Il y eut à Rome bien des gens accablés sous les ruines de la république. L’Empire Romain courant à sa ruine, entraîna avec lui les belles-lettres, qui se trouverent accablées sous le poids de sa chûte. Bail. Ici il présente l’idée de ruine, de destruction. Si un ouvrage est trop chargé de pensées, leur nombre accable, & lasse l’esprit. Nicol.

A vaincre tant de fois, les Etats s’affoiblissent,
Et la gloire du Trône accable les sujets. Corn.

On dit accabler quelqu’un de reproches, d’injures, lui faire de grands reproches, lui dire beaucoup d’injures. Il est même employé en bonne part, comme synonyme de combler. Accabler quelqu’un de présens, de bienfaits. Cumulare muneribus, beneficiis. Ne vous venoit-il jamais aucun scrupule sur tous les éloges dont on vous accabloit ? Font. On est souvent trahi par ceux que l’on accable de biens. Je croirois pourtant que dans cette dernière acception le mot accabler dénote un excès. Accabler quelqu’un de louanges, c’est le louer plus qu’il ne le mérite, en sorte que cela suppose un défaut de discernement, ou un peu de flatterie dans celui qui loue. C’est ainsi qu’on dit d’un homme excessivement civil & poli, qu’il accable tout le monde de ses complimens.

Accabler, se dit aussi avec le pronom personnel. Il y a des gens qui s’accablent de travail, d’affaires. Ces deux personnes s’accablent de politesses, de complimens.

☞ ACCABLÉ, ÉE. part. Oppressus, obrutus. Il a les significations du verbe au propre & au figuré.

☞ ACCAGNARDER. v. a. (Il vaudroit mieux écrire Acagnarder.) Accoutumer quelqu’un à une vie obscure, fainéante ou libertine. Ignaviæ, inertiæ aliquem tradere. La mauvaise compagnie l’a accagnardé. Ce mot ne peut être employé que dans le style très-familier & populaire.

S’accagnarder, mener une vie fainéante, soit en s’attachant au jeu, au vin, aux femmes ; soit en gardant la maison. Ignaviæ tradere se. Un tel s’accagnarde auprès de sa femme.

Il s’accagnarde au cabaret
Entre le blanc & le clairet.
Je m’accagnarde dans Paris,
Parmi les amours & les ris. Boisr.

Nicod dérive ce mot de cagnard, qui est un lieu à l’abri du vent, ou exposé au soleil, où les gueux s’assemblent pour fainéanter, qu’on appelle pour cela cagnardins, & cagnardiers.

ACCAGNARDÉ, ÉE. part.

ACCAÏN. Ville de la Terre Sainte. Accaïn. Elle étoit dans la Tribu de Juda, vers le désert de Thérué, près du lieu où la Laure de saint Sabas fut bâtie dans la suite. Jos. XV. 57.

ACCAPAREMENT. s. m. Achat de Marchandises, défendu par les Ordonnances. Emptio vetita. Monopole sur les denrées ou marchandises. Voyez le mot suivant.

ACCAPARER. v. a. Amasser, faire de grands amas de quelque chose, les mettre en réserve. Colligere, coacervare. N. célébre partisan, accaparoit des blés dans un temps de disette. Ch. De Rior. Ce mot se prend presque toujours en mauvaise part, & signifie ordinairement, enlever des foires & des marchés, toute une certaine sorte de marchandise, pour la vendre plus cher en la rendant plus rare, & se faisant seul le maître de la vente.

ACCARA. Royaume d’Afrique. Accara. Il est dans la Guinée sur la côte d’Or. Voyez La Croix, Relat. d’Afrique. La Capitale de ce royaume porte le même nom, aussi-bien qu’une autre petite ville de Guinée. C’est la grande Accara & la petite Accara.

ACCAREMENT, ou ACAREMENT. s. m. & ACCARIATION. s. f. Confrontation. Voyez Accarer & Confrontation.

ACCARER. v. a. Terme de Palais, usité dans quelques-unes de nos provinces méridionales les plus voisines d’Espagne. Confronter les témoins & les criminels. Testes cum reo componere. Ce mot vient de cara, qui en Espagnol signifie la tête ou le visage de l’homme. Ainsi accarer les accusés, c’est les mettre tête à tête. Il envoya prier la Reine de ne faire mourir ce malheureux, qu’il ne fût premièrement accaré à lui. Brant.

ACCARON. Accaron. Ville de la Palestine, & l’une des cinq Satrapies ou gouvernemens des Philistins, où ils garderent quelque temps l’Arche d’Alliance, après l’avoir prise. Ce n’est aujourd’hui qu’un village. Postel prétend que c’est le Portus Jamnetorum, ioμνετῶν, de Ptolomée. On y adoroit l’Idole de Béelzébuth, qui est appelé le Dieu d’Accaron au 4e Liv. des Rois, C. i. v. 6. Elle est à 3 lieues de la mer, & à 3 de Jaffa. Ceux de Geth envoyerent l’Arche de Dieu à Accaron. Saci.

Je ne sais dans quel Pline l’Auteur d’un de nos Dictionnaires a pris que Accaron, Achoron, & Acharon, sont les Dieux des mouches, selon Pline, L. x. C. 28. Ce Chap. n’a que trois lignes que voici : Invocant & Ægyptii Ibes suas contra serpentium adventum : & Elei Mylagron Deum, Muscarum multitudine pestilentiam afferente, quæ protinùs intereunt quâ litatum est illi die. Il est vrai que quelques Mss. au lieu de Mylagron, ont mis Myiacoren ; mais c’est manifestement une faute.

ACCASTILLAGE. s. m. Terme de Marine, qui se dit en parlant des châteaux qui sont sur l’avant & sur l’arrière d’un vaisseau.

☞ ACCASTILLER. v. a. Terme de Marine. Etablir un château sur l’avant & sur l’arrière d’un vaisseau.

On appelle un vaisseau accastillé, quand il est accompagné de ces deux châteaux.

ACCÉDER. v. n. Terme de négociation & de droit public. entrer dans un traité fait par des Puissances étrangères, signer ce traité, se joindre aux Puissances contractantes. Accedere ad fœdus aliquod, illi subscribere. Une des conditions de ce traité, est que les Puissances qui voudroient accéder dans six mois, y seront reçues. Il fut stipulé que la guerre contre les Suédois ne se feroit point en Poméranie, ni dans aucune des provinces de l’Allemagne ; & que les ennemis de Charles XII pourroient l’attaquer par-tout ailleurs. Le Roi de Pologne & le Czar accéderent eux-mêmes à ce traité. Voltaire.

On dit aussi, en termes de pratique, accéder à un acte, à un contrat de vente : consentir à un acte, le signer en se joignant aux autres personnes qui y ont intérêt.

ACCÉLÉRATEUR. s. m. Terme d’Anatomie, qui se dit de quelques muscles. Qui accélere. Accelerator. L’urètre est resserrée par les deux muscles accélérateurs, dont une partie naît du sphincter de l’anus, &