Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, II.djvu/623

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

sonne avec le beurre, le lait, le sel, & de quelque façon qu’on l’apprête, elle donne peu de nourriture. Ses semences sont du nombre des semences froides majeures, & leur moëlle est fort douce. Cette plante, quoi qu’étrangère, est devenue très-commune dans nos jardins, & même il n’y a pas de plante potagère dont la semence lève plus aisément. On en a vu lever qui étoit vieille de plus de dix à douze ans. Citrouille aoûtée, est celle qu’on cueille après le mois d’Août. Dans les Indes, on frotte les chevaux de fleurs de citrouilles, pour les empêcher d’être incommodés des mouches.

On appelle figurément & bassement une femme dont la taille est grosse & mal faite, une grosse citrouille.

La plante que les Botanistes ont appelée citrouille, en latin, anguria citrullus dicta, diffère de la précédente ; 1°. par ses feuilles qui sont plus petites & découpées fort profondément ; 2°. par les fruits qui sont moins gros, ordinairement ronds, d’un vert-foncé, taché de quelques marques blanchâtres : 3°. par la chair de ses fruits, qui est le plus souvent rougeâtres ; 4°. par ses semences, qui sont plus petites & rougeâtres, ou noirâtres. Ce fruit est fort rafraîchissant, & ses semences sont du nombre des semences froides. On peut ajouter que cette citrouille dans l’usage ordinaire, est connue sous le nom de Melon d’eau ou Pastèque. On cultive en plusieurs jardins de Provence, & dans plusieurs endroits de l’Espagne & de l’Italie, le Pastèque ; & il y donne des fruits gros au plus comme la tête d’un enfant. Il est rempli d’un suc aqueux, agréable, doux & rafraîchissant. Dans les pays du nord, il ne profite pas, & il n’y a pas la même douceur. Les jardins d’Egypte sont remplis de plusieurs Pastèques qui varient beaucoup, & diffèrent les uns des autres ; c’est dommage qu’elles ne puissent pas réussir en France. Bélon fait mention de quelques-unes dont les fruits sont extrêmement gros. M. Lippi y en a aussi observé plusieurs espéces fort particulières. Le Brésil, le Malabar & presque toutes les Indes sont remplies de quantité de plantes qui sont de la famille des cucurbitacées ; il y a même certaines de ces plantes qu’on pourroit rapporter au genre de citrouille. On pourroit aussi, par la culture, leur faire perdre ce goût sauvage qu’elles ont, & nous les rendre familières & utiles dans les jardins potagers.

CITTA. s. f. Mot Italient, abrégé de Civita. Il signifie ville, cité, & nous le conservons en françois dans quelques noms de lieux d’Italie. Civitas. Ainsi nous disons, Città Vecchia, c’est-à-dire, ville vieille, qui étoit la capitale de l’Île de Malte, avant que le Grand Maître de la Valette y eut fait bâtir la ville de Malthe. Città di sole, ou ville du soleil, est dans l’Apennin entre Césène & Forli. Città di castello, ville épiscopale de l’Etat de l’Eglise, sur le Tibre, capitale d’un Comté qui porte le même nom, & qui a la Toscane au couchant, le Pérusin au midi, au levant & au nord le Duché d’Urbin. Il y a trois Città Nova, l’une dans la Marche d’Ancône, qui a titre de Duché ; l’autre dans la Marche Trévisane, qui étoit autrefois un Evêché, & qui n’est plus qu’un bourg. La troisième est sur la côte d’Istrie, & dépend des Vénitiens depuis 1270 qu’elle se donna à eux.

CIV.

CIVADE. s. f. Poisson d’étang de mer, couvert d’une croûte, & grand comme le doigt. La civade a le corps moucheté & plusieurs petits piés. Sa chair est douce, & rouge lorsqu’elle est cuite. Rond.

Ce mot signifie aussi en Provence l’avoine que l’on donne aux chevaux. Il vient de l’Espagnol, cevada, ☞ ou simplement de cival que l’on dit dans ce pays pour cheval. Civada, grain pour le cival.

CIVADIÈRE, s. f. terme de Marine. C’est la voile du mât de beaupré qui est sur la proue. Acclive ad proram mari velum. Elle a deux grands trous, afin que l’eau se puisse écouler, quand il arrive qu’elle touche la mer, car elle est fort inclinée. La civadière sert plus à soûtenir le navire, & à le dresser vers le haut, qu’à le pousser en avant.

CIUDAD. Nom purement Espagnol, mais que nous disons en notre langue dans le nom de quelques lieux d’Espagne, ou des Indes, qui dépendent des Espagnols. Il signifie cité, & s’est formé du Latin civitas. Il y a en Espagne, Ciudad Real, civits Regia, Ville de la nouvelle Castille. Ciudad Rodrigo, Rodericopolis, Ville épiscopale du Royaume de Léon sur la rivière d’Agnada, qui est l’ancienne Mirobriga, ou qui a été bâtie de ses ruines en 1200, par Ferdinand II, Roi de Léon. Ciudas de la palmas, en Latin civitas Palmarum, est un nom qu’on donne à la ville capitale de la grande Canarie. Ciudad de Iglesias, en Latin Ecclesiarum civitas, est dans la Sardaigne au midi. Ciudad de los Royes, en Latin, Regum civitas, est une ville d’Amérique sur la grand rivière de Guatapory. Ciudad del Rey Phelippe, c’est-à-dire, Civitas Regis Philippi, ville de la terre Magellanique, bâtie en 1585, & ainsi nommée à l’honneur de Philippe II. Elle a été depuis abandonnée.

☞ CIVE. s. f. Cœpula ou cepula. Petite plante potagère qu’on met dans les ragoûts & dans les fournitures de salade. Sa racine est un assemblage de petites bulbes, à peu-près comme dans l’échalotte. On en compte trois espèces, la cive de Portugal, la grosse cive d’Angleterre, & la petite cive, autrement appelée civette. Elles s’emploient toutes trois aux mêmes usages, & ne diffèrent, que par la la largeur de leurs feuilles. Les fleurs en sont purpurines, faites en petit paquet, où se forme une petite graine.

☞ CIVEDA. Petite Ville, sur l’Oglio, à dix lieues de Bresse, de la dépendance des Vénitiens.

☞ CIVELLE. s. f. Petit poisson, fort commun dans la Loire, depuis Angers jusqu’à la mer. Quelques-uns croient que c’est du frai d’Anguilles, & non une espèce particulière.

☞ CIVENCHEN. Ville considérable de la Chine, dans la Province de Fokien, elle a six autres Villes dans sa dépendance.

CIVERAGE, s. m. terme de coutumes. Civeragium. C’est un droit dû en quelques endroits aux Seigneurs, & payable en avoine ☞ par les Tenanciers des terres dont il leur a fait la concession. Quelques Auteurs écrivent cinerage.

CIVES. s. f. pl. Ce sont de petites pièces de verre taillées en rond dont on faisoit autrefois les vitres. On en voit encore en Allemagne. Circulares vitra particula.

☞ CIVET. s. m. C’est ainsi qu’on appelle, en termes de cuisine, un ragoût fait de chair de liévre avec du bouillon, du vin, de l’oignon & des assaisonnemens convenables. Mettre un Liévre en civet. Faite un Civet de liévre.

CIVETTE. s. f. Petit animal quadrupède dont on tire un parfum de même nom. Feles odorata, zibetta. Elle est de la taille d’un chat, ou d’une grosse fouine. Elle a d’ordinaire vingt pouces de long, & sa queue dix. son poil, qui est court sur la tête & aux pattes, est fort long sur le reste du corps, ayant quatre pouces & demi sur le dos. Il est dur & rude, & entremêlé d’un autre plus court & plus doux, frisé comme de la laine, qui est gris-brun. Le grand poil est de trois couleurs, faisant des taches & des bandes, les unes noires, les autres blanches, & les autres roussâtres ; mais le noir est la couleur dominante sur le corps. Le nez, le ventre, le dessous de sa gorge, sont noirs, aussi bien que ses piés qui sont courts, qui aboutissent en cinq doigts & un ergot, & qui ont des ongles noirs, non crochus & peu pointus. Ses oreilles sont plus petites & moins pointues que celles d’un chat, noires par dehors, bordées de blanc, & blanches par dedans. Sa queue est noire par dessus, & mêlée d’un peu de blanc par dessous.