Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, II.djvu/635

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Classe signifie aussi le temps que les écoliers sont assemblés pour prendre la leçon. Au commencement de la Classe. À la fin de la Classe.

On appelle les basses Classes, celles où l’on commence ses études. Les hautes Classes, celles de Philosophie, Théologie, &c.

On appelle l’ouverture des Classes, le temps où les écoliers rentrent en Classe après les vacances.

On dit ouvrir une Classe, lorsqu’un Professeur commence à faire des leçons dans un lieu où l’on n’en faisoit pas encore.

☞ On appelle aussi Classe en Suisse l’assemblée des Ministres de tous les Bailliages. Je fus près d’un an sans être inquiété, mais à la première Classe qui se tint, on ne manqua pas, &c. Saurin. Je me vis tout d’un coup à couvert de toutes les recherches de ma Classe, & je ne songeai plus qu’à vivre tranquillement. Id.

Classe, en termes de Marine, est un ordre qu’on a mis sur tous les ports pour les service des vaisseaux du Roi, par lequel les Canoniers, les Pilotes, & tous les Matelots, ayant été enrôlés, ont été distribués dans trois, quatre, ou cinq division, qui ont été appelées Classes, pour servir alternativement dans les armemens de mer, suivant un Edit de l’an 1637. Classis.

☞ En parlant des Grands-d’Espagne, on dit les Grands de la première, de la seconde Classe. Voyez Grands-d’Espagne.

☞ En termes d’Eglise, on appelle fêtes de la première Classe, les fêtes les plus solennelles, comme Noël, Pâques, &c. Les fêtes de la seconde Classe, sont celles du second ordre, &c.

☞ CLASSER. v. a. Former une classe, une liste, un catalogue, il parut en 1756 un ouvrage sous ce titre Recherches sur le pouls par rapport aux crises. Le but de l’Auteur est de classer assez distinctement les différentes modifications du pouls, pour établir sur ces différences les signes propres à chaque évacuation critique.

CLASSIQUE, adj. m. & f. qui ne se dit guères que des Auteurs qu’on lit dans les classes, dans les écoles, ou qui ont grande autorité. Classicus. S. Thomas, le Maître des Sentences, sont des Auteurs classiques qu’on cite dans les écoles de Théologie. Aristote en Philosophie, Cicéron & Virgile dans les Humanités, sont des Auteurs classiques. Aulugele dans ses Nuits Attiques met au rang des Auteurs classiques, ou choisis, Cicéron, César, Saluste, Virgile, Horace, &c. Ce nom appartient particulièrement aux Auteurs qui ont vêcu sur la fin de la République, & du temps d’Auguste où regnoit la bonne latinité, qui a commencé à se corrompre du temps des Antonins.

☞ Le mot classicus n’a pas la même signification qu’en françois. Classica corona. Couronne navale qu’on donnoit à celui qui s’étoit distingué dans un combat naval. Classici dans Quint-Curce, les Matelots. Classici cives, les citoyens de la première classe, suivant la division de Servius, qui devoient avoir au moins 1250 livres de revenu, Centum & viginti quinque millia æris, ampliusve, censi erant testes classici, témoins irréprochables, pris de quelque Classe de citoyens. Ceux qui n’étoient d'aucunes Classes, n’étoint point citoyens Romains. Il y avoit cinq Classes de citoyens à Rome. Ainsi par autores classici. on ne devroit pas entendre, suivant la remarque d’Aulugele, les Auteurs classiques, qu’on lit & qu’on explique dans les Classes, mais des Auteurs choisis, du premier ordre. Aussi on partagea autrefois les bon Auteurs de l’antiquité en differentes classes, suivant leur genre, & l’on appela classique un Auteur ancien, du premier ordre dans son genre. Cependant par un usage établi depuis long temps, on entend par Auteur classique, celui qu’on explique dans les classes.

CLATIR. v. n. Terme de Venerie, qui se dit quand le chien poursuivant la perdrix, ou le lièvre, redouble son cri, & semble avertir que le gibier n’est pas éloigné. Clamitare. Ce mot a la même étymologie que claquer.

☞ CLATRA, s. m. terme de Mythologie. Nom d’une ancienne Divinité des Romains. Victor met dans le sixième quartier de Rome un temple dédié à Apollon & à Clatra. Dans une table de bronze dont il est parlé dans le première dissertation du 1e vol. des Mem. de l’Acad. de Cortone, on voit deux figures d’Apollon & de Diane, & on lit en haut Apollini & Clatræ, ce qui feroit soupçonner que Clatra est Diane. Quelques-uns la prennent pour la Déesse des grilles & des ferrures.

☞ CLAVAGE, s. m. vieux mot. Droit que payoient ceux qui entroient en prison. Il vient de clausus, claudere.

CLAVAIRE. Clavarius. Voyez CLAVARIUM.

Clavaire. s. m. Gardien des titres de la Chambre des Comptes. Pomey, Tachard. Tabularii ad rationum regiarum curam pertinentis custos. Quelque fois le mot de Clavaire veut dire Juge, Officier ; quelques autres fois c’est la même chose que Trésorier de France.

Clavaire, Clavarius, Claverius, Sacrista, est aussi celui qui avoit autrefois la garde des clefs d’une ville. Ce nom a aussi été donné à des Receveurs particuliers, & il est souvent employé en ce sens dans les vieux titres, où il se trouve quelquefois joint à celui de Châtelain, de Cellérier, ou de quelqu’autre administrateur des revenus d’une terre. Les fonctions des uns & des autres étoient à peu près semblables. Valbonnet. Mem. pour l’Hist. du Dauph. Dis. V, c. 10. Le Clavaire de Gap. Id.

☞ CLAVARIA. s. f. Genre de plante charnue, qui n’a point de rameaux, & qui ressemble à une massue.

☞ CLAVARIUM. Fonds destiné chez les Romains pour fournir aux soldats les clous dont leurs chaussure étoit garnie. On donnoit aussi ce nom au don en argent que les Empereurs leur faisoient distribuer pour cela : les Officiers qui en étoient les distributeurs, se nommoient aussi Clavarii. Tel étoit le pere de Suétone. Voyez Brodequin.

CLAUDE, s. m. nom d’homme. Claudius. L’Empereur Claude &toit fils de Drusus, second fils de Livie, femme d’Auguste. Claude le Gothique est un autre Empereur du IIIe siècle, que l’on distingue du premier par le surnom de Gothique. Quand on parle des Romains, il n’y a que ces deux Empereurs que l’on nomme Claude. Pour tous les autres, on retient le nom latin Claudius. S. Claude, Archevêque de Besançon, étoit de Salins. Il nâquit en 484 fut fait Evêque de Besançon en 516, Abbé de S. Oyen en 526, & mourut en 581, âgé de 97 ans. Cette Abbaye, & le mont Jou sur lequel elle est située, a pris le nom de ce Saint, dont le corps s’y conserve entier, ainsi que le vérifia encore il y a quelques années M. de S. Georges, dernier Archevêque de Lyon, après l’avoir visité. Voyez les Bollandistes au sixième Juin.

Claude, s. f. est aussi un nom propre de femme. Claudia. Claude de France, fille de Louis XII & d’Anne de Bretagne, épousa François, Duc d’Angoulême, qui fut François I, & qui la fit Reine de France. Claude de France, Duchesse de Lorraine, fut le septième des enfans d’Henri & de Catherine de Médicis. Quand on parle des anciennes Romaines qui ont porté ce nom, il faut dire Claudia,& non pas Claude.

On dit proverbialement, c’est un Claude ; c’est-à-dire, un sot, un imbécille, telle qu’étoit l’Empereur de ce nom. Jamais dit M. Godeau, il n’ eut un homme plus stupide. Sa propre mere voulant exagérer la sotise de quelqu’un, distoit librement qu’il étoit aussi sot que son fils. Ses affranchis furent tout-puissans auprès de lui. Messaline sa femme, dont l’impudicité a rendu le nom célèbre, fut si impudente, & eut tant de confiance en sa stupidité, que de son vivant elle en épousa un autre. Enfin il se résolut à la faire mourir, quelques jours après il la demanda, comme si elle eût été vivante. Hist. de l’Egl. Sénèque, pour se venger de ce qu’il l’avoit