Page:Dictionnaire de la langue française du seizième siècle-Huguet-Tome1.djvu/35

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
ixx
PRÉFACE
***

Jusqu'ici, j'ai parlé seulement de ce qui n'existe plus. Ce sera naturellement le prin- cipal élément de ce dictionnaire. Mais si beaucoup de mots ont été éliminés, un grand nombre aussi ont subi des changements de sens qui doivent être enregistrés. De nou- veaux besoins sont nés depuis le xvie siècle. Une partie des mots surabondants sont res- tés, les uns pour exprimer des idées nouvelles, les autres pour marquer distinctement des nuances qui, auparavant, étaient confondues dans une commune expression. Chaque siècle a travaillé à mettre en oeuvre et à bien ordonner tous les matériaux, anciens ou nouveaux. Ce travail, auquel s'emploie toute la nation, dure encore et durera toujours, car jamais une langue vivante n'est immobile et définitivement fixée. Le désir d'être bien compris, cl'employcr des mots qui correspondent exactement aux choses, qui expriment la pensée sans possibilité d'équivoque, est une force toujours active, qui fait que tous, ignorants et lettrés, remanient sans cesse le vocabulaire, le modifient, le renou- vellent, le précisent, toujours à la poursuite d'une perfection qui ne peut pas être attei nte

Souvent, un même mot se présentant sous deux formes différentes, nous avons gardé les deux formes et nous nous en sommes servis pour marquer une distinction utile. Le x.viie siècle disait encore s'asseoir sur une chaire de paille, et. le prédicateur monte en chaise. Fantasque et fantastique s'employaient l'un pour l'autre au xvie siècle nous ne pourrions plus dire aujourd'hui qu'un réait est jantasque, ou qu'un homme est fantaetique. Les doublets loyal et Le gal étaient absolument équivalents, ainsi que loyauté et, legalité. Nous en sommes venus maintenant non seulement à les distinguer, mais parfois même à les opposer l'un à l'autre. Nager a signifié naviguer, et quand il a rem- placé le vieux verbe nciuer, son doublet savant s'est trouvé là pour prendre sa place. On a employé autrefois confidenee dans le sens de confiance avoir confidence au médecin, aux remèdes. La distinction que nous avons établie entre les deux mots correspond bien à une distinction de deux idées. Dans venimeux et vénéneux les éléments sont exacte- ment les mêmes. Vénéneux n'apparaît qu'au xvie siècle jusque-là venimeux s'est dit des végétaux aussi bien que des animaux et conserve longtemps encore sa signification générale. Attaquer, venu d1talie, trouve en face de lui le mot français attacher pendant un certain temps on continue à_ dire attacher pour attaquer, et attache pour attaque, puis on &habitue à donner aux nouveaux vernis le sens qui leur était particulier (lès leur entrée dans notre langue. Cap, mot d'emprunt, est le même mot que chet. Aussi pen- dant longtemps on a continué à appeler chef un promontoire, et inversement cap dans le sens de tête se trouve encore dans l'expression de pied en cap. Cueillette a eu autrefois, entre autres sens, celui de collecte, et l'on a dit la cueillette des impôts, des aumônes. Il serait facile d'allonger cette liste, qui pourrait comprendre beaucoup de nos doublets, tous ceux qui étaient encore confondus au xvie siècle et qu'on a distingués seulement après cette époque.

***

Pendant longtemps, on a vu confondus dans un mérne sens des mots qui avaient un radical commun.

Jet est le substantif verbal de feter, et jeton est un dérivé du même radical. Autre- fois jet a désigné un jeton pour compter : Je ne sçay conter ny gel, ny à plume. Mon-