Page:Dictionnaire de la langue française du seizième siècle-Huguet-Tome1.djvu/41

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
xxvii
PRÉFACE


— La vigueur de ce corps ne sauroyt consister A peine un jour, si faim vient à te molester. AU I UN É Création, eh. 6.

Delaisser s’employait pour laisser, denoncer pour annoncer : Les jardins et vergers que Caesar delaissa par testament au peuple Romain. AMTOT, Fortune des Romains, 5. — II denoncea et publia par affiches, que ce mesme four la il vouloit lever gens pour la guerre. ANEYoT, Camitie, 39. — On trouvait dénonciation pour annonce : La rigueur de ma peine n’est que la semonce et denonciation de la leur. Du VAnt, edit. sur les Lainent. de Jerernie, I. — Prononcer aussi s’employait pour annoncer : D’autre conté Foy la bise arriver Qui en soufflant me prononce l’y ver. MAROT, Eglogue au Roy.

Descrire se trouvait dans le sens d’escrire, d’inscrire et de transcrire Tesmoings ces pauvre Coriolanue, Sertorius, Lucullu, s, Scipion, et une infinité d’autres, desquels les nom.s seroient trop longs à cleserire. BRANTômE, M. de La Noue. — Je vous retiens… en estai et office de mes abstradeurs. Par Geber mon premier Tabachin y serez de-scrie. RABELms, V, 21. — Comme il appert par son Epitaphe… lequel je vous ay bien voulu d. cric iey en Fran- çois de mot à MW. THENET, COSMOgr., XIV, 15.

On disait très souvent nier pour dénier, pendre pour despendre, roide pour déroule La terre… _Nia son vin, ses pommes et son blé, Et de ses fils dete, çtant la misere, Devint marastre en lieu de bonne mere. _RoNsAnD, Elemens ennemis de l’Hydre. — ay veu que sous la Lune Tout n’estoii que hazard et pendoit de fortune. Rommin, Amours diverses, à N. de Neufville. — Les Sicyoniens inesprisans ceulx Aikenes pour ceste grande route qu’itz avoient receue pres de Delion, se rebellerent contre eulx. AMYOT ? trad. de Diodore, XII, 21.

On. employait souvent efforcer pour forcer, estancer pour lancer, espuiser pour puiser, change pour eschange : En. parlant et plaidant il efforçoit sa (eoix, FOUQU EI-1N Rhet, franç., 59 vo. — Le Moenetien… Eslança le premier eon javelot luisant. AM. JAm N i e, 16. — li espuisoit du vin hors d’un vase profond Et le vers’oit en. terre. ID., ib., 23. — Voulez-vous faire change D’un vrai père à un père estrang, e ?’1…1A110T1 Colloques d’Emme.

Nous voyons terrer pour enfermer, tramer pour entrainer, emporter pour comporter et pour importer, enluminer pour illuminer : ils virent le gouvern.eur s’estre teriné dedans sa maison avec ses gardes. E. PASQUIER ? Lettres’, XVII, 3. — Aux armes les fa rie sont irréparables. Une bien légère traîne souvent après soy une grande perte. MoNLue, Com- ment., L. I (I, 96-97). — II ne se met point à pari quant "adoration de Dieu, laquelle emporte aussi bien les siacrificeg. CALVIN ? Inelruet. contre les Anabaptistes. — Il emporte beaucoup._ de sçavoir lequel de ces deux langages.. approche plus de la perfection.. H. Es- TIENNE, Dial. Lang. franç. ital., II, 233. —— Une lumiere C riTC enrinne l’esclair du ton- nerre luy enlumina la teste tout alentour. A m1(0115 Fortune des Romains, 10,

Veue avait entre autres sens celui cl’entreveue A prés la prinse de Genes et la veue des deux ions à L.Çavonne, celluy de France repassa par sa ville de Al dan, LE LOYAL SER V ur L LT11, Hist. de ay ri, ch. 28.

Informer s’employait pour former, information pour formation, iinpnrtun pour inop- portun est force que quand on approche des choses, on soit informé ei pir icelles. YOT, Contre Coloies. — Ces deux [la comédie et la tragédie]… tendent plus à la corrup- tion que à la bonne information des mœurs. DEs Atrrns, Replique à Meigret. — Faire testament à ceste heure… me semble acte… importun et rital à propos. RAB ELAIS, IV, 21.