Page:Dictionnaire topographique, historique et statistique de la Sarthe, Tome I - Julien Remy Pesche.djvu/116

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
XCII
PRÉCIS HISTORIQUE,

pays, s’y fit prêter serment de fidélité, et ravagea les terres des seigneurs de Ballon, et de Saint-Célerin, près Alençon, qui le lui refusèrent, et qu’il força à la soumission.

1087. — Guillaume-le-Conquérant étant mort le 9 septembre, Robert, à qui il avait légué la Normandie et le Maine, s’en mit en possession, sous l’hommage à rendre au roi de France, alors Philippe I.er.

Mais ses différens avec son frère puîné Henri, attirèrent les armes de celui-ci dans le Maine, qu’il voulut enlever à Robert. Hélie, fils de Jean de la Flèche et de Paule, fille de Hugues II du Maine, renouvella les prétentions de sa famille, s’avança dans la province et s’empara du château de Ballon. D’un autre côté, Geoffroy de Mayenne toujours rebelle au joug normand, et toujours forcé de s’y soumettre, rappela le jeune Hugues, fils d’Azon, que sa mauvaise administration, ou plutôt celle de la comtesse Hersende, sa mère, avait forcé de renvoyer auprès de son père en Italie. Geoffroy reçut le jeune comte dans son château de la Chartre, où les bourgeois du Mans furent lui promettre fidélité, et d’où ils le ramenèrent comme en triomphe, ce qui força Hélie de la Flèche à se retirer chez lui, et l’évêque Hoël, attaché au parti normand, à s’enfuir dans la ville de Sablé, d’où il excommunia les ennemis de son parti, lança un interdit sur le diocèse, dont personne ne tint compte pour le moment, mais qui produisit pourtant son effet ordinaire avec le tems.

1095. — Le pape Urbain II ayant publié une croisade pendant la tenue du concile de Clermont, trouva un grand nombre de seigneurs français accessibles à cette pieuse séduction. Robert, duc de Normandie, fut un des premiers et des principaux qui prirent la croix pour cette expédition. Il engagea ses domaines à ses frères Guillaume et Henri, en leur empruntant de grandes sommes d’argent, et partit pour la Palestine où, à la tête d’une nombreuse armée, il combattit vaillamment.