Page:Dictionnaire topographique, historique et statistique de la Sarthe, Tome I - Julien Remy Pesche.djvu/119

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
XCV
QUATRIÈME ÉPOQUE.

déclara avec sa franchise accoutumée, que, puisqu’il ne voulait pas de lui pour ami, il le retrouverait son constant ennemi ; à quoi Guillaume lui répondit généreusement qu’il eût à faire à cet égard tout ce qu’il voudrait, et lui fit délivrer un sauf-conduit.

Les historiens normands traitent généralement Guillaume-le-Roux avec défaveur, lorsqu’ils comblent d’éloges son père, Guillaume-le-Conquérant. Nous avons vu deux fois celui-ci cruel et inexorable ; deux fois aussi nous avons vu le fils magnanime et généreux. On explique cette partialité des historiens, par les deux différens dégrés d’estime dans lesquels étaient les deux rois vis-à-vis du clergé, qui seul écrivait alors.

1099. — De retour dans le Maine, Hélie se retire au château du Loir, où il est reçu avec joie, et s’occupe de faire réparer les lieux environnans qu’avaient dévastés les Normands. Ayant levé secrètement une armée, il recommence les hostilités et s’avance jusqu’aux portes du Mans. Une sortie est faite contre lui par la garnison normande, commandée par le comte d’Evreux ; Hélie la repousse, entre pêle-mêle avec elle dans la ville, attaque le château, dont la garnison, pressée vivement, se débarasse de l’assiégeant, en jetant sur lui et sur la ville, avec des machines, des matières enflammées qui l’embrasèrent presque en entier.

Guillaume-le-Roux, à la nouvelle des hostilités d’Hélie, repasse d’Angleterre, où il était alors, en Normandie, vole dans le Maine et reprend le Mans qu’il trouve en ruines. Hélie se retire à son approche ; Guillaume le poursuit jusqu’au château du Loir, et saccage en passant le château de Vaux et le bourg d’Oustillé. Ayant échoué dans le siège du château du Loir, Guillaume entreprend celui de Mayet, qu’il prend et démolit, disent certains historiens ; où il est blessé selon d’autres, forcé de lever le siège et de se retirer à Luché. Cette dernière version paraît être la plus généralement adoptée.