Page:Diderot - Œuvres complètes, éd. Assézat, IV.djvu/225

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

sur Zélaïs. Elle était jolie et soupçonnée de plusieurs aventures ; cependant son bijou ne fit que bégayer et ne proféra que quelques mots entrecoupés qui ne signifiaient rien et que les persifleurs interprétèrent comme ils voulurent… « Ouais, dit le sultan, voici un bijou qui a la parole bien malaisée. Il faut qu’il y ait ici quelque chose qui lui gêne la prononciation. » Il appliqua donc plus fortement son anneau. Le bijou fit un second effort pour s’exprimer ; et, surmontant en partie l’obstacle qui lui fermait la bouche, on entendit, très distinctement : « Ahi… ahi… J’ét… j’ét… j’étouffe. Je n’en puis plus… Ahi… ahi… J’étouffe. »

Zélaïs se sentit aussitôt suffoquer : son visage pâlit, sa gorge s’enfla, et elle tomba, les yeux fermés et la bouche entrouverte, entre les bras de ceux qui l’environnaient.

Partout ailleurs Zélaïs eût été promptement soulagée. Il ne s’agissait que de la débarrasser de sa muselière et de rendre à son bijou la respiration ; mais le moyen de lui porter une main secourable en présence de Mangogul ! « Vite, vite, des médecins, s’écriait le sultan ; Zélaïs se meurt. »

Des pages coururent au palais et revinrent, les docteurs s’avançant gravement sur leurs traces ; Orcotome était à leur tête. Les uns opinèrent pour la saignée, les autres pour le kermès ; mais le pénétrant Orcotome fit transporter Zélaïs dans un cabinet voisin, la visita et coupa les courroies de son caveçon. Ce bijou emmuselé fut un de ceux qu’il se vanta d’avoir vu dans le paroxysme.

Cependant le gonflement était excessif, et Zélaïs eût continué de souffrir si le sultan n’eût eu pitié de son état. Il retourna sa bague ; les humeurs se remirent en équilibre ; Zélaïs revint, et Orcotome s’attribua le miracle de cette cure.

L’accident de Zélaïs et l’indiscrétion de son médecin discréditèrent beaucoup les muselière. Orcotome, sans égard pour les intérêts d’Éolipile se proposa d’élever sa fortune sur les débris de la sienne ; se fit annoncer pour médecin attitré des bijoux enrhumés ; et l’on voit encore son affiche dans les rues détournées. Il commença par gagner de l’argent et finit par être méprisé. Le sultan s’était fait un plaisir de rabattre la présomption de l’empirique. Orcotome se vantait-il d’avoir réduit au silence quelque bijou qui n’avait jamais soufflé le mot ? Mangogul avait la cruauté de le faire parler. On en vint jusqu’à remar-