Page:Diderot - Œuvres complètes, éd. Assézat, V.djvu/266

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


gerbe sous le fléau ; il délivre un champ de ses pierres ; il aiguise un pieu ; il plante une haie ; il fend l’osier ; il s’assied en rond avec les filles et les femmes du village ; il écoute leurs contes et leurs chansons ; il danse avec elles ; il est témoin de leurs amours et de leurs jeux ; et il finit cette saison et son poëme par la peinture de la vie heureuse d’un grand seigneur avancé en âge, retiré dans sa terre, secourant l’indigence, et excitant l’industrie.

Si vous redoutez la lecture entière de ce chant, vous ne pouvez au moins vous dispenser de jeter les yeux sur les morceaux que je vais vous marquer.

La tempête qui ouvre ce chant et qui commence par ce vers :


Quel bruit s’est élevé des forêts ébranlées ?


Le coup d’œil sur l’ordre général de l’univers, à l’endroit où le poëte se parlant à lui-même, dit :


Ces orages… et ces tristes hivers,
Nos maux et nos plaisirs, nos travaux et nos fêtes, etc.


Je ne vous indique pas la formation de la société. J’aime mieux que vous la lisiez dans Lucrèce.

Mais n’oubliez pas le retour en idée du poëte à sa campagne ; arrêtez-vous surtout à son apostrophe aux Muses :


Muses, guides de l’homme, ornements de son être.


Reprenez à cet endroit :


Ô peuple des hameaux, que votre sort est doux !
Peut-être un seul mortel est plus heureux que vous.|90}}


Et allez jusqu’à la fin du poëme.

Ma foi, mon ami, ils en diront, et vous [1] aussi, tout ce que vous voudrez ; mais un poëme où l’on peut citer autant d’endroits remarquables, et où ceux qu’on ne cite pas sont encore remplis de vers heureux, n’est point un ouvrage sans mérite.

  1. Grimm faisait peu de cas du poëme des Saisons, et il en avait fait l’aveu à Diderot. (N.) — On l’a vu de reste par les notes que nous avons rapportées.