Page:Diderot - Œuvres complètes, éd. Assézat, XIX.djvu/159

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LXXXV


À Paris, le 20 mai 1765.


Voilà, chère amie, la troisième fois que nous allons, M. Vialet et moi, chez M. de Sartine, pour son projet, et trois matinées de perdues pour mon atelier. Quoiqu’à midi je sois à votre porte, je n’aurai pas le plaisir de vous voir. La même voiture qui me conduira rue Neuve-Saint-Augustin me ramènera ici, où je suis rappelé par une masse énorme de besogne laissée en arrière. Je suis bien las d’être commandé par les besoins. Quand serai-je donc délivré de toute autre occupation que celle de vous plaire ? Jamais, jamais. Je mourrai sans avoir pu vous apprendre combien je sais aimer. Faites bien mes excuses à Mme Le Gendre. Tout s’éloigne, tout se sépare ; une infinité de choses tyranniques s’interposent entre les devoirs de l’amour et de l’amitié ; et l’on ne fait rien de bien ; on n’est ni à son ambition, ni à son goût, ni à sa passion : l’on vit mécontent de soi. Un des grands inconvénients de l’état de la société, c’est la multitude des occupations, et surtout la légèreté avec laquelle on prend des engagements qui disposent de tout le bonheur. On se marie ; on prend un emploi ; on a une femme, des enfants, avant que d’avoir le sens commun. Ah ! si c’était à recommencer ! c’est un mot de repentir qu’on a perpétuellement à la bouche. Je l’ai dit de tout ce que j’ai fait, excepté, chère et tendre amie, de la liaison douce que j’ai formée avec vous. Si je regrette quelque chose, ce sont tous les moments qui lui sont ravis. Je vous salue et vous embrasse de tout mon cœur. Voilà un fardeau de lettres que vous remettrez à leurs adresses.