Page:Diderot - Œuvres complètes, éd. Assézat, XIX.djvu/240

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sortis de là pour aller dîner au restaurateur de la rue des Poulies ; on y est bien, mais chèrement traité. L’hôtesse est vraiment une très-belle créature. Beau visage, plutôt grec que romain ; beaux yeux, belle bouche, ni trop, ni trop peu d’embonpoint, grande et belle taille, démarche élégante et légère ; mais vilains bras et vilaines mains[1].

De là, j’allai passer la soirée chez Van Loo, qu’on avait saigné du bras et qu’on a depuis saigné du pied pour un mal de tête violent dont la cause est une dartre rentrée. Cette grosse bête de Lamotte, son médecin, ne voit pas que tant que la maladie cutanée ne reparaîtra pas, il tirerait à son malade jusqu’à la dernière goutte du sang vicié, qu’il ne le guérirait pas.

J’allai souper rue Neuve-Saint-Augustin où nous parlâmes beaucoup de vous. C’est vraiment un amoureux de toute pièce. Il ne s’accommode pas de l’absence : il est triste, mélancolique, ennuyé et jaloux. Je m’amusai, avec ce sang-froid que j’ai quelquefois, à le désespérer, en mettant les choses au pis aller, et en ne voyant aucun inconvénient à ce que M. d’Estaing mît des conditions à l’avancement des deux frères de la belle dame, parce que chaque chose a son prix. Raphaël nous joua, une heure ou deux, de la harpe et du clavecin, et nous nous souhaitâmes le bonsoir à l’heure accoutumée.

J’allai samedi à Monceaux avec l’ami Naigeon ; à neuf heures j’étais chez Mme Le Gendre. Elle revenait du spectacle ; elle était morte de lassitude, et elle tombait de sommeil. Nous nous assîmes sur des chaises de paille dans l’antichambre de son fils, où nous n’avions qu’un quart d’heure à passer. Cependant elle dénouait ses rubans ; elle détachait ses jupons, et nous y étions encore à une heure et demie du matin. Nous parlâmes beaucoup de M. … Je lui prédis qu’avant trois mois elle en entendrait

  1. Dans la rue des Poulies s’ouvrit, en 1765, le premier restaurant, qui fut ensuite transféré à l’hôtel d’Aligre. C’était un établissement de bouillon où il n’était pas permis de servir de ragoût comme chez les traiteurs, mais où l’on donnait des volailles au gros sel, des œufs frais et cela sans nappe, sur de petites tables de marbre. Boulanger, le maître, avait pris pour devise ce passage de l’Évangile : « Venite ad me omnes qui stomacho laboratis et ego vos restaurabo » : de ce dernier mot vint le nom de restaurant gardé par la maison de Boulanger et pris par tous ceux qui l’imitèrent. La maîtresse du lieu était jolie et la chalandise y gagna. Voir La Mésangère, Le Voyageur à Paris, 1797, in-12, t. II, p. 88, et Bachaumont, V. 49, cités par Ed. Fournier dans Paris démoli.