Page:Diderot - Œuvres complètes, éd. Assézat, XIX.djvu/283

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nous n’aurons ni raisin ni vin. Du reste, je le trouve très-bien employé. J’avais deux Anglais à promener ; ils s’en sont allés après avoir tout vu. Je trouve qu’ils me manquent beaucoup. Ceux-là n’étaient pas enthousiastes de leur pays, ils remarquaient que notre langue avait atteint le dernier point de perfection, tandis que la leur était restée presque barbare. « C’est, leur dis-je, que personne ne se mêle de la vôtre, et que nous avons quarante oies qui gardent le Capitole », comparaison qui leur parut d’autant plus juste, qu’ainsi que les oies romaines, les nôtres gardent le Capitole et ne le défendent pas.

Les quarante oies viennent de couronner une mauvaise pièce[1] ; pièce plus jeune encore que l’auteur ; pièce dont on fait honneur à Marmontel ; pièce que celui-ci a lue à l’assemblée publique, sans que sa déclamation séduisante en ait pu dérober la pauvreté ; pièce qui a ôté le prix à un certain M. de Rulhières, qui avait envoyé au concours une satire excellente sur l’inutilité des disputes, excellente pour le ton et pour les choses, et qu’on a cru devoir exclure sous prétexte de personnalités. Ce jugement des oies a donné lieu à une scène assez vive entre Marmontel et un jeune poëte appelé Chamfort, d’une figure très-aimable, avec assez de talent, les plus belles apparences de la modestie, et la suffisance la mieux conditionnée. C’est un petit ballon dont une piqûre d’épingle fait sortir un vent violent. Voici le début du petit ballon. « Il faut, messieurs, que la pièce que vous avez préférée soit excellente. — Et pourquoi cela ? — C’est qu’elle vaut mieux que celle de La Harpe. — Elle pourrait valoir mieux que celle de La Harpe et n’être pas excellente. — Mais j’ai vu celle-ci. — Et vous l’avez trouvée bonne ? — Très-bonne. — Cela prouve que vous ne vous y connaissez pas. — Si celle de La Harpe est mauvaise, et si pourtant elle est meilleure que celle de M. de Langeac, celle-ci est donc détestable ? — Cela se peut. — Et pourquoi récompenser une pièce détestable ? — Et pourquoi n’avoir pas fait cette question-là quand elle a couronné la vôtre ?… » etc., etc. Quoi qu’il en soit, tandis que Marmontel donnait les étrivières à Chamfort, le public, de son côté, n’épargnait pas l’Académie.

  1. Tout ce paragraphe se retrouve presque textuellement t. XI, p. 374. L’épisode du prix de sculpture y figure aussi ; on peut le lire en outre, avec quelques variantes, t. XVIII, p. 297.