Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 1.djvu/72

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


& il demeuroit toujours soûmis à son Evêque.

Comme il y avoit parmi les Abbés plusieurs Personnes savantes, ils s’opposerent vigoureusement aux hérésies qui s’éleverent de leur tems ; ce qui donna occasion aux Evêques de les appeller de leurs déserts, & de les établir d’abord aux environs des Faubourgs des Villes, & ensuite dans les Villes mêmes. C’est de ce tems que l’on doit dater l’époque de leur relâchement. Ainsi les Abbés étant bientôt déchûs de leur premiere simplicité, ils commencerent à être regardés comme une espece de petits Prélats. Ensuite ils affecterent l’indépendance de leurs Evêques, & devinrent si insupportables, que l’on fit contre-eux des lois fort séveres au Concile de Chalcédoine & autres, dont on a parlé.

L’Ordre de Cluny pour établir l’uniformité, ne voulut avoir qu’un seul Abbé. Toutes les Maisons qui en dépendoient, n’eurent que des Prieurs, quelques grandes qu’elles fussent, & cette forme de gouvernement a subsisté jusqu’à présent. Les Fondateurs de Cîteaux crurent que le relâchement de Cluny venoit en partie de l’autorité absolue des Abbés : pour y remédier ils donnerent des Abbés à tous les nouveaux Monasteres qu’ils fonderent, & voulurent qu’ils s’assemblassent tous les ans en Chapitre général, pour voir s’ils étoient uniformes & fideles à observer la Regle. Ils conserverent une grande autorité à Cîteaux sur ses quatre premieres Filles, & à chacune d’elles sur les Monasteres de sa filiation ; ensorte que l’Abbé d’une Mere Eglise présidât à l’élection des Abbés des Filles, & qu’il pût avec le conseil de quelques Abbés, les destituer s’ils le méritoient.

Les Chanoines Réguliers suivirent à peu près le gouvernement des Moines, & eurent des Abbés dans leurs principales Maisons, de l’élection desquels ils demeurerent en possession jusqu’au Concordat de l’an 1516, qui transporta au Roi en France le droit des élections pour les Monasteres, aussi-bien que pour les Evêchés. On a pourtant conservé l’élection aux Monasteres qui sont Chefs-d’Ordre, comme Cluny, Cîteaux & ses quatre Filles, Prémontré, Grammont, & quelques autres ; ce qui est regardé comme un privilége, quoiqu’en effet ce soit un reste du Droit commun.

Les biens des Monasteres étant devenus considérables, exciterent la cupidité des Séculiers pour les envahir. Dès le V. siecle en Italie & en France, les Rois s’en emparerent, ou en gratifierent leurs Officiers & leurs Courtisans. En vain les Papes & les Evêques s’y opposerent-ils. Cette licence dura jusqu’au Regne de Dagobert, qui fut plus favorable à l’Eglise : mais elle recommença sous Charles Martel, pendant le Regne duquel les Laïques se mirent en possession d’une partie des biens des Monasteres, & prirent même le titre d’Abbés. Pepin & Charlemagne réformerent une partie de ces abus, mais ne les détruisirent pas entierement ; puisque les Princes leurs successeurs donnoient eux-mêmes les revenus des Monasteres à leurs Officiers, à titre de récompense pour leurs services, d’où est venu le nom de Bénéfice, & peut-être l’ancien mot, Beneficium propter officium ; quoiqu’on l’entende aujourd’hui dans un sens très-différent, & qui est le seul vrai, savoir des services rendus à l’Eglise. Charles le Chauve fit des lois pour modérer cet usage, qui ne laissa pas de subsister sous ses successeurs. Les Rois Philippe I. & Louis VI. & ensuite les Ducs d’Orléans, sont appellés Abbés du Monastere de S. Aignan d’Orléans. Les Ducs d’Aquitaine prirent le titre d’Abbés de S. Hilaire de Poitiers. Les Comtes d’Anjou, celui d’Abbés de S. Aubin ; & les Comtes de Vermandois, celui d’Abbés de S. Quentin. Cette coûtume cessa pourtant sous les premiers Rois de la troisieme race ; le Clergé s’opposant à ces innovations, & rentrant de tems en tems dans ses droits.


Mais quoiqu’on n’abandonnât plus les revenus des Abbayes aux Laïques, il s’introduisit, surtout pendant le schisme d’Occident, une autre coûtume, moins éloignée en général de l’esprit de l’Eglise, mais également contraire au droit des Réguliers. Ce fut de les donner en commende à des Clercs séculiers ; & les Papes eux-mêmes furent les premiers à en accorder, toûjours pour de bonnes intentions, mais qui manquerent souvent d’être remplies. Enfin par le Concordat entre Léon X. & François I. la nomination des Abbayes en France fut dévolue au Roi, à l’exception d’un très-petit nombre ; ensorte que maintenant presque toutes sont en commende.

Malgré les Reglemens des Conciles dont nous avons parlé, les Abbés, surtout en Occident, prirent le titre de Seigneur, & des marques de l’Episcopat, comme la Mitre. C’est ce qui donna l’origine à plusieurs nouvelles especes d’Abbés ; sçavoir aux Abbés mitrés, crossés, & non crossés ; aux Abbés œcuméniques, aux Abbés Cardinaux, &c.

Les Abbés mitrés sont ceux qui ont le privilége de porter la Mitre, & qui ont en même tems une autorité pleinement épiscopale dans leurs divers territoires. En Angleterre on les appelloit aussi Abbés souverains & Abbés généraux, & ils étoient Lords du Parlement. Selon le Sr. Edouard Coke, il y en avoit en Angleterre vingt-sept de cette sorte, sans compter deux Prieurs mitrés. Voyez Prieur. Les autres qui n’étoient point mitrés, étoient soûmis à l’Evêque diocésain.

Le Pere Hay, Moine Bénédictin, dans son Livre intitulé Astrun inextinctum, soûtient que les Abbés de son Ordre ont non-seulement une Jurisdiction [comme] épiscopale, mais même une Jurisdiction [comme] papale. Potestatem quasi episcopalem, imo quasi papalem : & qu’en cette qualité ils peuvent conférer les Ordres inférieurs de Diacres & de Soûdiacres. Voyez Ordination.

Lorsque les Abbés commencerent à porter la Mitre, les Evêques se plaignirent amerement que leurs priviléges étoient envahis par des Moines : ils étoient principalement choqués de ce que dans les Conciles & dans les Synodes, il n’y avoit aucune distinction entre-eux. C’est à cette occasion que le Pape Clément IV. ordonna que les Abbés porteroient seulement la Mitre brodée en or, & qu’ils laisseroient les pierres précieuses aux Evêques. Voyez Mitre.

Les Abbés crossés sont ceux qui portent les Crosses ou le Bâton pastoral. Voyez Crosse.

Il y en a quelques-uns qui sont crossés & non mitrés, comme l’Abbé d’une Abbaye de Bénédictins à Bourges ; & d’autres qui sont l’un & l’autre.

Parmi les Grecs il y a des Abbés qui prennent même la qualité d’Abbés œcuméniques, ou d’Abbés universels, à l’imitation des Patriarches de Constantinople. Voyez Œcuménique.

Les Latins n’ont pas été de beaucoup inférieurs aux Grecs à cet égard. L’Abbé de Cluny dans un Concile tenu à Rome, prend le titre d’Abbas Abbatum, Abbé des Abbés : & le Pape Calixte donne au même Abbé le titre d’Abbé Cardinal. Voyez Cluny. (L’Abbé de la Trinité de Vendôme se qualifie aussi Cardinal-Abbé) pour ne rien dire des autres Abbés-Cardinaux, ainsi appellés, de ce qu’ils étoient les principaux Abbés des Monasteres, qui dans la suite vinrent à être séparés.

Les Abbés-Cardinaux qui sont séculiers, ou qui ne sont point Chefs-d’Ordre, n’ont point de jurisdiction sur les Religieux, ni d’autorité dans l’intérieur des Monasteres.

Les Abbés aujourd’hui se divisent principalement en Abbés Réguliers (ou Titulaires), & en Abbés Commendataires.

Les Abbés Réguliers sont de véritables Moines ou