Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 13.djvu/63

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nombre de chevaux nécessaires à la conduite des pontons de cuivre, se trouve nécessaire pour le transport des ponts de bateaux qui vont sur les haquets. Ces ponts sont beaucoup plus commodes pour l’usage que les pontons de cuivre : l’intervalle entre chaque bateau est grand ; il faut beaucoup moins d’ancres & d’agrêts ; mais la nécessité d’atteler à chaque voiture un si grand nombre de chevaux, prouve assez qu’on est embarrassé à charger & à décharger des bateaux de ces dimensions.

Puisqu’il faut pour conduire ce pont un nombre de chevaux égal à celui qui est nécessaire pour le pont de pontons de cuivre, nous n’entrerons dans aucun détail sur son poids particulier, faute d’instruction sur les dimensions de ses pieces, & nous le confondrons avec celui du pont construit par les pontons ; ce sera au poids de celui-là que nous allons comparer le poids du pont proposé par M. Guillote.

Le pont de M. Guillote, ainsi que nous en avons donné les dimensions dans le corps du rapport ; dimensions que nous allons rappeller de même que les poids qu’il donne par le mémoire, & dont nous avons vérifié plusieurs articles pris au hasard que nous avons trouvés conformes pour le poids aux dimensions données, est tout de chêne, & le poids du pié cubique est évalué à 60 livres.

Nous distinguerons en trois le poids de chaque travée du nouveau pont ; l’un qui sera du chêne employé ; le second, le poids du fer & des agrêts nécessaires ; le troisieme qui sera le poids du fer & des matieres employées à l’ornement.

Poids du chêne.
Faces latérales du bateau, 758 liv.
Faces de pouppe & de proue, 408
Fond du bateau, 607
Bec du fond, 121
13 traverses, 324
Sommier inférieur, 410
2 pieces de pouppe & proue, 225
26 montans, 826
9 supports, 197
18 arcboutans, 425
26 arcboutans assemblés, 148
4 arcboutaus de pouppe & de proue, 90
Arcboutans horisontaux, 51
Sommier supérieur, 189
Pieces d’une travée, 2821
31 madriers, 5126
  Total du chêne employé en poids, 12776 liv.
Ferremens ou agrêts nécessaires.
60 boulons, 116 liv.
2 diagonales, 72
Vis, clous & ferrure, 300
Mâts, cordes & agrêts, 300
  Total des agrêts en poids, 788 liv.
Poids de l’ornement.
2 pilastres, 80 liv.
Chassis de la balustrade, 324
15 balustres de tole, 160
  Total du poids de l’ornement, 564 liv.

En supposant 34 travées pour le pont de 102 toises, & prenant 34 bateaux au lieu de 31 qui étoient demandés pour le pont de 100 toises, afin de suppléer aux chevalets, l’on trouve que le poids total du bois de chêne employé à ce pont est de 434384 l.

Le poids des fers & agrêts nécessaires étant de 788 livres par travée, sera pour tout le pont, qui a 34 travées, de 26792 l.


Le poids de l’ornement étant de 564 liv. par travée, sera pour les 34 travées du pont, de 19176 l.

Récapitulation.
Poids du bois de chêne, 434384 liv.
Poids des fers & agrêts, 26792
Poids de l’ornement, 19176
Où l’on voit que le poids total du pont fait en chêne & avec l’ornement, est de 480352 liv.

Mais si on laisse à l’auteur la liberté de construire son pont en sapin, & d’y employer cette espece de bois qui est en usage pour tous les autres, & d’en retrancher l’ornement, le poids du bois employé à son pont, en prenant 35 + pour le poids du pié cubique de sapin, sera de 255803 liv.

Et ce poids, joint à celui des ferremens & agrêts nécessaires, qui est de 26792

Donnera pour le poids total du pont, 282595 liv.

Ensorte que comme dans le premier cas où le nouveau pont seroit construit de chêne, son poids surpasseroit d’environ 100000 livres le poids du pont fait par les pontons de cuivre, qui a été trouvé de 381902 l.

Dans le second cas où le nouveau pont seroit construit en sapin, il verroit son poids surpassé d’environ 100000 livres par celui des ponts faits avec les pontons de cuivre, & de même moins pesant que les ponts de bateaux en usage, auxquels il faut pour être charriés un même nombre de chevaux qu’aux pontons. Il n’est pas douteux que les bois des travées, les madriers & plusieurs pieces des bateaux, comme celles du bord & le doublage, ne doivent être mises en sapin, & que cela ne puisse se faire sans rien diminuer de la bonté & de la solidité de la machine, si l’on observe de laisser subsister en chêne tout ce qui est d’assemblage pour le chevalet de l’intérieur du bateau. Ainsi l’on peut assurer qu’en faisant ce changement, l’auteur rendra son pont beaucoup plus leger que les ponts ordinaires, & il est à observer que ses madriers de sapin auront en laissant subsister leurs dimensions comme il les a données en chêne, le double de l’épaisseur des madriers employés aux ponts de pontons de cuivre, puisque ces madriers n’ont que deux pouces d’épais, & que les siens en ont quatre. Enfin le pont proposé doit avoir 16 piés de large, c’est sur cette dimension que nous en avons fait le calcul ; & les autres ponts n’ont en largeur que 12 piés : si on laisse encore à l’auteur la liberté de diminuer cette largeur, qui nous paroît néanmoins devoir être d’une grande commodité en bien des rencontres, on sentira aisément qu’en admettant les changemens que nous avons indiqués, ce pont auroit encore bien plus d’avantage sur les ponts ordinaires de cuivre, par la commodité du transport.

La base moyenne du bateau est de 127 piés quarrés & quelque chose, de sorte qu’un enfoncement de 10 pouces répond au poids de la piece d’artillerie de 24 livres de balle ; mais il est à observer que la piece arrivée au milieu de la travée après avoir monté de cinq pouces sur un plan incliné de 9 piés 6 pouces, commencera de descendre en passant le point du milieu de l’intervalle qui se trouve entre les deux bateaux, ce qu’il est aisé de voir & qui ne demande pas d’autre discussion.

Nous croyons donc pouvoir conclure qu’indépendamment du mérite de l’invention que nous avons fait observer dans la méchanique du pont proposé, ce pont peut être utile & d’un transport plus facile que les ponts de pontons ordinaires, si celui qui le propose observe de faire les changemens que nous avons indiqués, tant par rapport à quelques-unes