Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 14.djvu/456

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


neuf chefs renferment diverses especes, par exemple, limer est une dépendance de moudre ; & les rabbins ont exposé toutes ces especes avec de grands raffinemens.

Le sabbat commence chez eux environ une demi-heure avant le coucher du soleil, & alors toutes ces défenses s’observent. Les femmes sont obligées d’allumer dans la chambre une lampe qui a ordinairement six lumignons, au-moins quatre, & qui dure une grande partie de la nuit : de plus, elles dressent une table couverte d’une nappe blanche, & mettent du pain dessus qu’elles couvrent d’un autre linge long & étroit, en mémoire, disent-elles, de la manne qui tomboit de la sorte, ayant de la rosée dessus & dessous. On va ensuite à la synagogue, où on récite des prieres ; de retour à la maison, chaque chef de famille bénit du pain & du vin, en faisant mémoire de l’institution du sabbat, puis en donne aux assistans. Le matin du sabbat, on s’assemble à la synagogue où l’on chante des pseaumes ; on lit une section du Pentateuque & une des Prophetes ; suit un sermon ou exhortation qui se fait quelquefois l’après-dînée. Quand la nuit vient, & qu’après la priere du soir faite dans la synagogue chacun est de retour dans sa maison, on allume un flambeau ou une lampe à deux méches ; le maître du logis prend du vin dans une tasse & quelques épiceries de bonne odeur, les bénit, puis flaire les épiceries & jette le vin par terre en signe d’allégresse : ainsi finit la cérémonie du sabbat.

Les auteurs profanes qui ont voulu parler de l’origine du sabbat, n’ont fait que montrer combien peu ils étoient instruits de ce qui concernoit les Juifs. Tacite, par exemple, a cru qu’ils chommoient le sabbat en l’honneur de Saturne, à qui le samedi étoit consacré chez les payens. Tacit. histor. lib. V. Plutarque au contraire, sympos. liv. IV. avance qu’ils le célébroient en l’honneur de Bacchus qui est nommé sabbos, parce que dans les fêtes de ce dieu on crioit saboï. Appion le grammairien soutenoit que les Juifs célébroient le sabbat en mémoire de ce qu’ils avoient été guéris d’une maladie honteuse nommée en égyptien sabboni. Enfin Perse & Pétrone reprochent aux Juifs de jeûner le jour du sabbat. Or il est certain que le jeûne leur étoit défendu ce jour-là. Calmet, Dict. de la Bible, tom. III. lettre s, page 407.

Le sabbat étoit institué sur un motif aussi simple que légitime, en mémoire de la création du monde, & pour en glorifier l’auteur. Les Chrétiens ont substitué au sabbat le dimanche, en mémoire de la résurrection de Jésus-Christ. Voyez Dimanche.

Sabbat se prend encore en différens sens dans l’Ecriture sainte ; 1°. simplement pour le repos, & quelquefois pour la félicité éternelle, comm. hebr. ix. 9. & iv. 4. 2°. pour toutes les fêtes des Juifs : sabbatha mea custodite, Levit. xix. 3°. gardez mes fêtes, c’est-à-dire la fête de pâques, de la pentecôte, des tabernacles, &c. 4°. sabbatum se prend aussi pour toute la semaine : jejuno bis in sabbatho, je jeûne deux fois la semaine, dit le pharisien superbe, en S. Luc, xviij. 12. Una sabbati, le premier jour de la semaine, Joan. xx. 1. Calmet, Dict. de la Bible, tome III. lettre s, page 403.

Sabbat, (Divinat.) assemblée nocturne à laquelle on suppose que les sorciers se rendent par le vague de l’air, & où ils font hommage au démon.

Voici en substance la description que Delrio donne du sabbat. Il dit que d’abord les sorciers ou sorcieres se frottent d’un onguent preparé par le diable, certaines parties du corps, & surtout les aines, & qu’ensuite ils se mettent à cheval sur un bâton, une quenouille, une fourche, ou sur une chevre, un taureau ou un chien, c’est-à-dire, sur un démon qui prend la forme de ces animaux. Dans cet état ils sont transportés avec la plus grande rapidité, en un clin d’œil, à des distances très éloignées, & dans quelque


lieu écarté, tel qu’une forêt ou un désert. Là, dans une place spacieuse, est allumé un grand feu, & paroit élevé sur un trône le démon qui préside au sabbat sous la forme d’un bouc ou d’un chien ; on fléchit le genouil devant lui, ou l’on s’en approche a reculons tenant à la main un flambeau de poix ; & enfin on lui rend hommage en le baisant au derriere. On commet encore pour l’honorer diverses infamies & impuretés abominables. Après ces préliminaires, on se met à table, & les sorciers s’y repaissent des viandes & des vins que leur fournit le diable, ou qu’eux-mêmes ont soin d’apporter. Ce repas est tantôt precédé, & tantôt suivi de danses en rond, où l’on chante, ou plutôt l’on hurle d’une maniere effroyable ; on y fait des sacrifices ; chacun y raconte les charmes qu’il a employés, les maléfices qu’il a donnés ; le diable encourage ou reprimande, selon qu’on l’a bien ou mal servi ; il distribue des poisons, donne de nouvelles commissions de nuire aux hommes. Enfin un moment arrive, où toutes les lumieres s’éteignent. Les sorciers & même les démons se mêlent avec les sorcieres, & les connoissent charnellement ; mais il y en a toujours quelques-unes, & surtout les nouvelles venues, que le bouc honore de ses caresses, & avec lesquelles il a commerce. Cela fait, tous les sorciers & sorcieres sont transportés dans leurs maisons de la même maniere qu’ils étoient venus, ou s’en retournent à pié, si le lieu du sabbat n’est pas éloigné de leur demeure. Delrio, disquisit. magic. liv. II. quest. XVI. pag. 172. & suiv.

Le même auteur prouve la possibilité de ce transport actuel des sorciers par le vague de l’air. Il n’oublie pour cela ni la puissance des démons, ni celle des bons anges, ni le transport d’Habacuc à Babylone par un ange, ni celui du diacre Philippe, qui baptisa l’eunuque de Candace, & qui du desert se trouva tout-d’un-coup dans la ville d’Azoth. La fleche d’Abaris, le vol de Simon le magicien, d’Eric, roi de Suede, rapporté par Joannes Magnus, celui de l’hérétique Berenger, qui dans la même nuit se trouva à Rome, & chanta une leçon dans l’église de Tours, si l’on en croit la chronique de Nangis, & quelques histoires des sorciers, lui suffisent pour conclure de la possibilité à l’existence. Peu s’en faut qu’il ne traite d’hérétiques ceux qui soutiendroient le contraire, au moins maltraite-t-il fort Wyer & Gocelman, pour avoir prétendu que tout ce que les sorciers racontent du sabbat, n’est que l’effet d’une imagination vivement échauffée ou d’une humeur atrabilaire, une illusion du démon, & que leur voyage en l’air à cheval sur un manche à balai, aussi bien que tout le reste, n’est qu’un rêve dont ils sont fortement affectés. Idem, ibid.

Les preuves de Delrio montrent qu’il avoit beaucoup d’érudition & de lecture ; mais il n’y regne pas une certaine force de raisonnement qui satisfasse le lecteur ; aussi pensons-nous que tout ce qu’on a dit jusqu’à présent de plus raisonnable sur le sabbat, se trouve dans ce qu’on va lire du p. Malebranche qui explique fort nettement pourquoi tant de personnes se sont imaginées ou s’imaginent avoir assisté à ces assemblées nocturnes.

« Un pastre dans sa bergerie, dit cet auteur, raconte après souper à sa femme & à ses enfans les avantures du sabbat. Comme il est persuadé lui-même qu’il y a été, & que son imagination est modérément échauffée par les vapeurs du vin, il ne manque pas d’en parler d’une maniere forte & vive. Son éloquence naturelle étant donc accompagnée de la disposition où est toute sa famille, pour entendre parler d’un sujet aussi nouveau & aussi effrayant. Il n’est pas naturellement possible que des imaginations aussi foibles que le sont celles des femmes & des enfans, ne demeurent persuadées.