Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 14.djvu/888

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


a été érigé dans le cinquieme siecle ; il peut valoir environ quinze mille livres ; son diocèse comprend 497 paroisses, partagées en seize doyennés. Long. suivant Cassini, 17. 41. 15. latit. 48. 36. 25. (D. J.)

SEFSIS, ou TEFSIS, (Géog. mod.) riviere d’Afrique, dans la Barbarie, au royaume d’Alger. Elle a sa source dans les montagnes d’Atlas, traverse le Téleusin du sud au nord, & se décharge dans la mer Méditerranée. (D. J.)

SEGARELIEN, s. m. (Hist. ecclésiast.) disciple de Segarel, hérésiarque du xiij. siecle. Segarel étoit de Parme ; il nommoit sa secte la congrégation spirituelle choisie de Dieu, & envoyée dans ces derniers tems ; il donnoit à ses disciples le nom d’apôtres ; il prétendoit qu’ils formoient la véritable église ; que toute l’autorité que Jesus-Christ avoit donnée à saint Pierre & à ses successeurs avoit pris fin, & qu’elle étoit transférée en sa personne ; que le pape n’avoit ni commandement à lui faire, ni condamnation à fulminer contre lui ; que les femmes pouvoient quitter leurs maris, les maris leurs femmes, pour entrer dans sa congrégation ; que le vrai moyen d’être sauvé étoit d’en être ; qu’il étoit plus parfait de vivre sans vœux que d’en faire ; qu’il falloit mépriser les lieux destinés particulierement au service divin ; que le temple de Dieu étoit par-tout, au fond d’une étable comme dans le sanctuaire d’un édifice somptueux ; & que l’attachement à sa doctrine consacroit les actions les plus criminelles. Il fut brûlé à Parme, & sa secte s’éteignit.

SEGEBERG, (Géog. mod.) ville de Danemarck, au duché de Holstein, dans la Wagrie, capitale de la petite préfecture de même nom, avec un château sur une montagne, à douze milles au nord-est de Hambourg ; elle appartient au roi de Danemarck. Long. 27. 15. latit. 54. 13. (D. J.)

SEGEDA, (Géog. anc.) nom de deux villes de l’Espagne Bétique ; Pline, l. III. c. j. surnomme la premiere Augurina, & dit qu’elle étoit très-célebre. Il donne à la seconde le surnom de Restituta-Julia ; Appien parle d’une autre Segida dans la Celtibérie ; c’est la même que Strabon nomme Segida ; & quelques-uns croyent que c’est aujourd’hui Carceres. (D. J.)

SEGEDIN, ou SEGEDI, (Géog. mod.) ville de la basse ou de la haute-Hongrie, comme on voudra, au confluent de la Teisse & de la Marisch, à deux lieues au sud-est de Colocza, dans le comté de Czougrad : les Impériaux prirent cette ville sur les Turcs en 1686. Long. 38. latit. 46. 16.

Kis, (Etienne) surnommé Segedinus, de Segedin, lieu de sa naissance, souffrit beaucoup de persécutions pour avoir embrassé le Luthéranisme, indépendamment de la dure captivité qu’il éprouva pendant trois ans chez les Turcs. Il a publié des tables analytiques sur plusieurs livres du vieux & du nouveau Testament. Elles ont été imprimées à Schaffhouze en 1562, à Basle en 1588 & 1610 in-fol. il mourut en 1572, âgé de 67 ans. (D. J.)

SEGEDUNUM, (Géog. anc.) ville de la grande-Bretagne, selon la notice des dignités de l’empire. Cambden veut que ce soit aujourd’hui Séthon, dans le Northumberland, à côté du chemin de New-Castie à Berwick, & à la droite sur la côte. D’autres savans conjecturent que c’est Stighill, village voisin du bourg de Séthon. (D. J.)

SEGELMESSE, ou SEGELMESSALS, (Géogr. mod.) comme disent les Arabes, ville du Biledulgérid, aux confins du Zaara. Cette ville aujourd’hui détruite, étoit la capitale de la province de son nom, & séparoit le pays des Arabes d’Afrique, d’avec celui des Negres : elle a été le premier siege de l’empire des Moravides, qu’ils étendirent depuis ce lieu-là, jusques sur les bords de la mer Atlantique, & ensuite


du côté de la Méditerranée bien avant dans l’Espagne. La puissance des Fatimites qui fonderent le kalifat d’Egypte, prit ses commencemens dans le même endroit ; car ce fut dans Ségelmesse qu’Obeïdallah fut reconnu par le méhedi, c’est-à-dire, le directeur général des Musulmans. Cette ville, selon les géographes arabes, étoit située dans le second climat, sous les 37 degrés de longitude, & les 31. 30. de latitude septentrionale. (D. J.)

SEGELOCUM, (Géog. anc.) ville de la grande-Bretagne ; l’itinéraire d’Antonin la marque sur la route de Londres à Luguvallium, près du retranchement, entre Lindum & Danum, à 14 milles du premier de ces lieux, & à 21 milles du second. Le même itinéraire (mais dans une autre route) écrit Angelocum, au lieu de Segelocum, & quelques manuscrits lisent Segilocum. La distance de ces lieux fait croire que ce doit être aujourd’hui Littleboroug, où M. Thomas Gale dit qu’il a trouvé une urne de terre rouge, & une médaille sur laquelle étoit la tête de Domitien. (D. J.)

SEGEME, (Géog. mod.) montagne d’Afrique, dans la province de Tedla ; cette montagne est peuplée de Béréberes de la tribu de Zenega, & soumis aux chérifs, depuis qu’ils ont conquis les provinces de Dara & de Tafilet. (D. J.)

SEGESTA, SEGESTE, (Géog. anc.) ville de Sicile ; Ptolomée, l. III. c. iv. la marque dans les terres, & lui donne un port appellé Segestanorum emporium. La ville de Ségeste étoit bâtie sur une riviere, qui un peu au-dessous en recevoit une autre, & toutes deux avoient des noms troyens ; car l’une s’appelloit Simoïs, & l’autre Scamander. (D. J.)

Segesta, (Mytholog.) déesse des anciens Romains qu’on croyoit avoir soin des blés, tant qu’ils étoient en herbe ; c’est Numa Pompilius qui imagina cette déesse : Pline en parle, l. X. c. ij. on voit bien qu’elle étoit ainsi nommée du mot latin seges, qui signifie blé. (D. J.)

SEGESTAN, Sedgestan, Segistan, Sigestan, Sagestan, Sitzistan, Sostan, Sistan, (Géog. mod.) car ce nom d’un pays de Perse, s’écrit de toutes ces manieres différentes ; & c’est une homonymie dont il faut se ressouvenir, pour n’en pas faire autant d’articles différens.

Le Ségestan est une province de Perse, qui a le Khorassan à l’occident, le Makeran à l’orient, le desert de Fars au midi, & le Sind au septentrion : c’étoit autrefois la demeure des peuples appellés Drongæ : ses villes principales sont Ségestan capitale, Schaluk, & Ketz. Houssain-Schah fut dépouillé de cette province par Tamerlan, qui en fit la conquête l’an de l’hégire 785. Le Schah fut envoyé à Samarcande, ainsi que les généraux d’armée & les gouverneurs des provinces. La capitale du pays est située sur la riviere Senarond, à 97 degrés de longitude, & à 32. 20. de latitude.

C’est dans cette capitale qu’est né le grand Rostan, si célebre dans l’histoire de Perse, & le principal héros des romans persans. C’est encore dans la même ville, que naquit Aboulfarah, célebre poëte persan, qui composa plusieurs traités de l’art poétique ; il s’étoit attaché au service des princes de la famille de Samgiour, & avoit mis au jour de beaux ouvrages à leur gloire, dans lesquels il laissa échapper quelques traits piquans contre le sultan Mahmoud, qui l’ayant fait prisonnier, vouloit le punir de son insolence ; mais Onseri, le prince des poëtes persans, éleve d’Aboulfarah, obtint sa grace, & partagea sur le champ avec lui un présent considérable qu’il venoit de recevoir de la libéralité du sultan. (D. J.)

SEGESTANAE AQUAE, (Géog. anc.) eaux minérales dans la Sicile, près de la ville Segesta, d’où elles tiroient leur nom ; elles étoient chaudes, sul-