Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 15.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


naire françois-latin, que porter se rend en latin par ferre, invidere, alloqui, valere ? jamais mittere n’a eu la signification de retenir, d’arrêter, d’écrire, dans l’imagination d’un homme qui parloit latin. Quand Térence a dit, (Adelph. III. ij. 37.) lacrymas mitte, & (Hec. V. ij. 14.) missam iram faciet ; mittere avoit toujours dans son esprit la signification d’envoyer : envoyez loin de vous vos larmes, votre colere, comme on renvoie tout ce dont on veut se défaire : que si en ces occasions nous disons plutôt, retenez vos larmes, retenez votre colere, c’est que pour exprimer ce sens, nous avons recours à une métaphore prise de l’action que l’on fait quand on retient un cheval avec le frein, ou quand on empêche qu’une chose ne tombe ou ne s’échappe : ainsi il faut toujours distinguer deux sortes de traductions. (voyez Traduction, Version, syn.) Quand on ne traduit que pour faire entendre la pensée d’un auteur, on doit rendre, s’il est possible, figure par figure, sans s’attacher à traduire littéralement ; mais quand il s’agit de donner l’intelligence d’une langue, ce qui est le but des dictionnaires, on doit traduire littéralement, afin de faire entendre le sens figuré qui est en usage dans cette langue à l’égard d’un certain mot ; autrement c’est tout confondre.

» Je voudrois donc que nos dictionnaires donnassent d’abord à un mot latin la signification propre que ce mot avoit dans l’imagination des auteurs latins : qu’ensuite ils ajoutassent les divers sens figurés que les latins donnoient à ce mot ; mais quand il arrive qu’un mot joint à un autre, forme une expression figurée, un sens, une pensée que nous rendons en notre langue par une image différente de celle qui étoit en usage en latin ; alors je voudrois distinguer : 1°. si l’explication littérale qu’on a déja donnée du mot latin, suffit pour faire entendre à la lettre l’expression figurée, ou la pensée littérale du latin ; en ce cas, je me contenterois de rendre la pensée à notre maniere ; par exemple, mittere, envoyer ; mitte iram, retenez votre colere ; mittere epistolam alicui, écrire une lettre à quelqu’un. 2°. Mais lorsque la façon de parler latine, est trop éloignée de la françoise, & que la lettre n’en peut pas être aisément entendue, les dictionnaires devroient l’expliquer d’abord littéralement, & ensuite ajouter la phrase françoise qui répond à la latine ; par exemple, laterem crudum lavare, laver une brique crue, c’est-à-dire, perdre son tems & sa peine, perdre son latin ; qui laveroit une brique avant qu’elle fût cuite, ne feroit que de la boue, & perdroit la brique ; on ne doit pas conclure de cet exemple, que jamais lavare ait signifié en latin, perdre ; ni later, tems ou peine ».

II. Sens déterminé, sens indéterminé. Quoique chaque mot ait nécessairement dans le discours une signification fixe, & une acception déterminée, il il peut néanmoins avoir un sens indéterminé, en ce qu’il peut encore laisser dans l’esprit quelque incertitude sur la détermination précise & individuelle des sujets dont on parle, des objets que l’on désigne.

Que l’on dise, par exemple, des hommes ont cru que les animaux sont de pures machines ; un homme d’une naissance incertaine, jetta les premiers fondemens de la capitale du monde : le nom homme, qui a dans ces deux exemples une signification fixe, qui y est pris sous une acception formelle & déterminative, y conserve encore un sens indéterminé, parce que la détermination individuelle des sujets qu’il y désigne, n’y est pas assez complette ; il peut y avoir encore de l’incertitude sur cette détermination totale, pour ceux du moins qui igno-


reroient l’histoire du cartésianisme & celle de Rome ; ce qui prouve que la lumiere de ceux qui ne resteroient point indécis à cet égard, après avoir entendu ces deux propositions, ne leur viendroit d’ailleurs que du sens même du mot homme.

Mais si l’on dit, les Cartesiens ont cru que les animaux sont de pures machines ; Romulus jetta les premiers fondemens de la capitale du monde : ces deux propositions ne laissent plus aucune incertitude sur la détermination individuelle des hommes dont il y est question ; le sens en est totalement déterminé.

III. Sens actif, sens passif. Un mot est employé dans un sens actif, quand le sujet auquel il se rapporte, est envisagé comme le principe de l’action énoncée par ce mot ; il est employé dans le sens passif, quand le sujet auquel il a rapport, est consideré comme le terme de l’impression produite par l’action que ce mot énonce : par exemple les mots aide & secours sont pris dans un sens actif, quand on dit, mon aide, ou mon secours vous est inutile ; car c’est comme si l’on disoit, l’aide, ou le secours que je vous donnerois, vous est inutile : mais ces mêmes mots sont dans un sens passif, si l’on dit, accourez à mon aide, venez à mon secours ; car ces mots marquent alors l’aide ou le secours que l’on me donnera, dont je suis le terme & non pas le principe. (Voyez Vaugelas, Rem. 541.) Cet enfant se gate, pour dire qu’il tache ses hardes, est une phrase où les deux mots se gâte, ont le sens actif, parce que l’enfant auquel ils se rapportent, est envisagé comme principe de l’action de gâter : cette robe se gate, est une autre phrase où les deux mêmes mots ont le sens passif, parce que la robe à laquelle ils ont rapport, est considerée comme le terme de l’impression produite par l’action de gâter. Voyez Passif.

« Simon, dans l’Andrienne, (I. ij. 17.) rappelle à Sosie les bienfaits dont il l’a comblé : me remettre ainsi vos bienfaits devant les yeux, lui dit Sosie, c’est me reprocher que je les ai oubliés ; (isthæc commemoratio quasi exprobratio est immemoris beneficii.) Les interprètes, d’accord entr’eux pour le fond de la pensée, ne le sont pas pour le sens d’immemoris : se doit-il prendre dans un sens actif, ou dans un sens passif ? Made. Dacier dit que ce mot peut être expliqué des deux manieres : exprobratio mei immemoris, & alors immemoris est actif ; ou bien, exprobratio beneficii immemoris, le reproche d’un bienfait oublié, & alors immemoris est passif. Selon cette explication, quand immemor veut dire celui qui oublie, il est pris dans un sens actif ; aulieu que quand il signifie ce qui est oublié, il est dans un sens passif, du moins par rapport à notre maniere de traduire littéralement. » (Voyez M. du Marsais, Trop. part. III. art. iij.) Ciceron a dit, dans le sens actif, adeonè rerum à me gestarum esse videor ; & Tacite a dit bien décidément dans le sens passif, immemor beneficium. C’est la même chose du mot opposé memor. Plaute l’emploie dans le sens actif, quand il dit fac sis promissi memor ; (Pseud.) & memorem mones, (Capt.) au contraire, Horace l’emploie dans le sens passif, lorsqu’il dit :

Impressit memorem dente labris notam.

I. Od. 13.

M. du Marsais, (Loc. cit.) tire de ce double sens de ces mots, une conséquence que je ne crois point juste ; c’est qu’en latin ils seroient dans un sens neutre. Il me semble que cet habile grammairien oublie ici la signification du mot de neutre, c’est-à-dire, selon lui-même, ni actif ni passif : or on ne peut pas dire qu’un mot qui peut se prendre alternativement dans un sens actif & dans un sens passif, ait un sens neutre, de même qu’on ne peut pas dire qu’un nom comme finis, tantôt masculin & tantôt féminin, soit