Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 17.djvu/266

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mains des évêques, il embrassoit leurs genoux ; tout retentissoit d’acclamations ; toutes les meres étoient comblées d’aise. Tel est l’effet du penchant naturel des peuples pour les choses sensibles qui entrent dans ses dévotions. Le titre de mere de Dieu, qu’on donna la premiere fois dans ce concile à la Ste Vierge, étoit une relation qui s’accommodoit aux idées grossieres dont ils étoient remplis. Aussi dès-lors on rendit des hommages singuliers à la mere de Dieu ; toutes les aumônes étoient pour elle, & dans certains tems Jesus-Christ notre rédempteur n’avoit aucune offrande.

En France, pays plus éclairé que l’Espagne, il y a six églises métropolitaines & trente-trois cathédrales, dediées à la mere de Dieu. Chaque roi à son avénement à la couronne, fait présent à Notre-Dame de Boulogne sur mer, d’un cœur d’or, valant 6 mille livres. Louis XIII. en 1638 consacra sa personne, sa famille royale & son royaume à la Ste Vierge, par un vœu dont il ordonna la publication dans toute la France. Le chœur de Notre-Dame de Paris achevé par Louis XIV. est l’effet de ce vœu solemnel ; enfin, c’est à ce culte, que sont dûes tant de processions solemnelles en l’honneur de la mere de Dieu, & où assistent les corps les plus illustres des villes où elles se font. (D. J.)

Vierge sainte, (Peint.) tous les Peintres se sont exercé à l’envie à faire des tableaux de la Ste Vierge ; & plusieurs d’eux ont pris leurs maîtresses pour modele. Raphaël qu’on doit mettre de ce nombre, a perfectionné la nature, en peignant une multitude de Vierges, qui sont d’une beauté admirable ; mais son chef-d’œuvre, au jugement de tous les connoisseurs, est celui du palais Chigi, représentant la Ste Vierge, tenant l’enfant Jésus par la main, & Joseph qui s’approche pour le baiser. (D. J.)

Vierge, (Astronomie.) nom d’une constellation d’un des signes du zodiaque dans lequel le soleil entre au commencement d’Août.

Les étoiles de la constellation de la Vierge, suivant le catalogue de Ptolomée, sont au nombre de 32, suivant celui de Tycho de 39, & suivant le catalogue britannique, de 89.

Vierge, la, (Mythol.) ce signe du zodiaque où le soleil entre au mois de Septembre, est chez les poëtes, la maison de Mercure. Hésiode disoit que la Vierge étoit fille de Jupiter & de Thétis ; Aratus la prétendoit fille d’Astrée & de l’Aurore. Hygin soutient que c’est Erigone fille d’Icare, & d’autres que c’est Cérès. (D. J.)

Vierge, la, (Iconolog.) les uns ont cru qu’elle étoit Cérès, Manilius dit Isis, la même que la Cérés des Grecs ou Erigone. D’autres auteurs ont pensé que la Vierge étoit déesse de la justice. Les orientaux donnent aussi à ce signe le nom de la Vierge ; les Arabes l’appellent Eladari, qui signifie une vierge ; les Persans la nomment secdeidos de darzama qu’on traduit par virgo munda puella.

Sur les monumens anciens & modernes, la Vierge tient tantôt un épi, & tantôt une balance ; quelquefois elle est représentée avec les attributs de la paix, portant d’une main une branche d’olivier, & de l’autre un caducée.

On ne connoît presque qu’une pierre gravée du cabinet du roi, & un camée du cabinet de M. le duc d’Orléans, où la Vierge soit représentée avec la licorne. C’étoit une opinion presque générale que la licorne naturellement sauvage & féroce ne pouvoit être prise que par une fille vierge. La licorne que les naturalistes modernes regardent comme un animal fabuleux, étoit représentée par les anciens comme le symbole de la pureté, & c’est d’après une ancienne tradition sans doute, que la Vierge, signe du zodiaque, a été représentée sur quelques monumens


sous l’image d’une fille qui prend une licorne. (D. J.)

Vierge salienne, (Antiq. rom.) prêtresse de la suite des Saliens ; ces sortes de femmes portoient des especes d’habits de guerre avec des bonnets élevés comme les Saliens, & les aidoient dans leurs sacrifices. Voyez Rosinus, l. III. c. vj.

Vierge, île des, (Géog. mod.) c’est un amas de petites îles & de rochers situés en Amérique, dans la partie du nord-ouest & du nord-ouest quart de nord des îles Antilles, à l’orient de celle de S. Jean de Portorico ; les principales sont S. Thomas, S. Jean, Paneston ou la grande Vierge, Anegade, Sombrero & plusieurs autres. Voyez S. Thomas, Sombrero & l’épithete Saint ou Sainte. Les passages qui se trouvent entre ces îles servent de débouquement aux vaisseaux qui retournent des Antilles en Europe, lorsqu’étant contrariés par les vents & les courans, ils ne peuvent débouquer entre Nieves & Mont-Serate.

On ne croit pas hors de propos d’avertir ici que le mot débouquer s’emploie dans ces parages pour dire franchir un détroit, & s’éloigner des terres, afin de pouvoir cingler en haute-mer. Sur les côtes d’Europe on dit décaper, se mettre au large des caps.

VIERRADEN, (Géog. mod.) ville d’Allemagne, au cercle de basse-Saxe, vers les confins de la Poméranie, dans la Marche de Brandebourg, sur la Welse. Elle a été prise & reprise plusieurs fois dans les guerres du dernier siecle. (D. J.)

VIERTEL ou VIERTELLE, s. m. (Com.) nom que les Hollandois donnent à une sorte de jauge ou instrument qui sert à jauger les tonneaux ou futailles à liqueurs pour découvrir la quantité des mesures qu’elles renferment. Ces mesures font aussi appellées du nom de cet instrument viertel ou viertelle. Voyez Jauge.

Viertel, qu’on appelle aussi vierge, est une mesure à laquelle on vend les eaux-de-vie à Amsterdam. Chaque virtel est de six mingles & un cinquieme de mingle, ce qui fait un peu plus de deux pintes de Paris, à raison de deux pintes par mingle. Le viertel pour le vin est de six mingles justes. Voyez Mingle. Diction. de Comm.

VIERUEDRUM, (Géogr. anc.) promontoire de la Grande-Bretagne. Ptolomée, l. II. c. v. le place entre les promontoires Taruedum & Veruvium. Il semble de-là, que ce promontoire doit être un cap entre Hoya & Dunsby. (D. J.)

VIERZON, (Géog. mod.) en latin Brivodurum, Virzo, Virzio, Virisio, Virzonum ; ville de France, dans le Berry, sur les rivieres d’Eure & du Cher, à 8 lieues au nord-ouest de Bourges, & à 43 au sud-ouest de Paris. Il y a dans cette petite ville des capucins, des religieuses hospitalieres, & des chanoinesses du S. Sépulcre. Vierzon étoit un simple château dans le x. siecle, qui eut des seigneurs particuliers. François I. réunit cette place au domaine. (D. J.)

VIESTI, (Géog. mod.) ville d’Italie, au royaume de Naples, dans la Capitanate, sur le golfe de Venise, au pié du mont Gargan, à 1-2 lieues au nord-est de Manfredonia, dont son évêché releve. Plusieurs géographes prétendent que c’est l’Apanestæ de Ptolomée, l. III. c.j. D’autres pensent que cette pauvre ville a été bâtie des ruines de l’ancienne Merinum. Long. 33. 52. latit. 41. 56.

VIEUSSENS, valvule de, (Anatom.) Vieussens de Montpellier a suivi les traces de Willis ; il s’est appliqué particulierement à l’anatomie du cerveau, & on a donné son nom à la grande valvule du cerveau qui regne depuis la partie inférieure des testès jusqu’à l’endroit où les cuisses du cervelet se séparent l’une de l’autre.