Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 2.djvu/474

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ches, pour garantir les végétaux d’une trop grande humidité.

On dit encore buter un jalon haut ; c’est y faire apporter de la terre au pié pour le mettre à la hauteur du nivellement, de même qu’on décharge un jalon du pié quand il se trouve trop bas.

BUTERA, (Géog.) petite ville avec titre de principauté en Sicile, dans la vallée de Noto.

BUTHOW ou BUTON, (Géog.) ville de la Cassubie, aux frontieres de la Prusse royale, capitale d’un petit pays de même nom qui appartient au roi de Prusse. Elle est sur la riviere de Stolpe, à dix milles de Dantzic.

BUTIN, s. m. (Art milit.) on donne en général ce nom à tout ce que l’on enleve à l’ennemi. Quelques-uns distinguent le butin du pillage ; ils disent que le butin est le gros de la prise, & le pillage, la dépouille des habits, hardes & coffres de l’ennemi, & l’argent qu’il a sur sa personne jusqu’à trente livres. (Z)

BUTOR, s. m. (Hist. nat. Ornith.) butorius, botaurus, ardea stellaris ; oiseau aquatique que l’on a aussi appellé héron paresseux. Il est de la grosseur du héron gris ; il a environ trois piés de longueur depuis la pointe du bec jusqu’au bout des ongles, & près de deux piés & demi jusqu’à l’extrémité de la queue : la tête est petite, étroite, c’est-à-dire, applatie par les côtés ; le sommet est noir ; il y a de chaque côté auprès des coins de la bouche une tache noire ; la gorge & les côtés du cou sont roussâtres, & marqués de petites bandes transversales de couleur noire ; le cou est couvert de grandes plumes, de sorte qu’il paroît plus court & plus gros qu’il ne l’est en effet : les plus longues plumes de la poitrine sont noires dans le milieu ; la face intérieure des cuisses & le bas-ventre, sont d’un blanc mêlé de roux, & la face extérieure est parsemée de taches noires ; le dos est marqueté de roux pâle & de noir, avec un peu de cendré, & des taches noires qui sont plus larges & plus grandes que sur toute autre partie du corps ; le bas des plumes de la gorge est blanc ; les grandes plumes des ailes sont plus courtes que dans le héron gris ; la pointe des grandes plumes est noirâtre ; le reste est marqueté de taches transversales, rousses & noires ; les petites plumes qui recouvrent les grandes sont d’un roux foncé ; la queue est courte, petite, composée de dix plumes qui sont de même couleur que les grandes plumes des ailes ; les raies & les taches noires qui se trouvent entre les épaules, sont larges & inclinées en-bas : le bec est droit & fort ; il est gros à sa racine ; il diminue insensiblement de grosseur jusqu’à son extrémité qui est pointue ; il est tranchant par les côtés, & entierement de couleur verdâtre ; les côtés de la piece inférieure du bec entrent dans la piece supérieure : la langue est pointue ; elle ne s’étend pas jusqu’au milieu du bec : l’iris des yeux est de couleur jaune, mêlée de couleur de noisette ; on l’a vûe rougeâtre dans un autre oiseau de cette espece : l’ouverture de la bouche est fort grande ; elle s’étend jusqu’au-delà des yeux, de sorte qu’ils paroissent être dans le bec : il y a sous les yeux un petit espace qui est dégarni de plumes, & de couleur verte : les oreilles sont grandes ; les jambes sont dégarnies de plumes au-dessus de l’articulation ; les piés sont verts ; les doigts allongés, & les ongles longs & forts : le doigt extérieur tient au doigt du milieu à sa naissance : l’ongle du doigt du milieu a le côté intérieur dentelé, comme tous les autres oiseaux de ce genre ; ils se servent de ces pointes pour retenir les anguilles, & les autres poissons glissans : l’ongle du doigt de derriere est le plus gros & le plus long. On dit qu’à chaque ponte les petits du butor sont en nombre impair, comme trois ou cinq. Les œufs sont arrondis &


blanchâtres, avec quelques teintes de cendré ou de verd. Le nid est fait en terre. On a comparé le cri de cet oiseau au mugissement d’un bœuf ou d’un taureau ; d’où vient le nom de botaurus, butor. Il se cache dans les joncs des marais : souvent il se tient dans des buissons la tête levée. Willughby. Voyez Oiseau.

L’oiseau que l’on nomme grand butor rougeâtre, est une espece moyenne entre le butor & le héron gris, de sorte que l’on pourroit dire que c’est un héron gris, dont la poitrine & les côtés sont roux.

Le butor hupé, ardea hæmatopus, seu Cirris Virgilii Scaligero Ald. est presque le plus petit de tous les oiseaux de ce genre ; il a le cou fort & court ; sa couleur dominante est roussâtre, plus foncée sur le dessous de l’oiseau, plus pâle sur le dessus & sur les ailes ; la queue est si petite qu’elle ne paroît pas ; l’iris des yeux est jaune & environné d’un cercle rouge, qui est dans un autre cercle de couleur noire. Il y a sur la tête une aigrette, qui est renversée en arriere & formée par des plumes en partie jaunes & en partie noirâtres. Le bec est long, pointu, fort, & mi-parti de deux couleurs. La base est verte ou bleuâtre, & la pointe est noire ; les jambes & les piés sont d’un rouge foncé, & les ongles noirs ; les doigts sont fort longs & joints par une petite membrane. Willughby. Voyez Oiseau. (I)

BUTRINTO, (Géog.) ville & port de Grece, dans l’Épire ou Albanie, sur le golfe de même nom, appartenant aux Vénitiens.

BUTTELSTAD ; (Géog.) petite ville d’Allemagne, dans la Thuringe, à deux milles de Weimar.

BUTTIMAN, (Commerce.) c’est un poids d’usage en Perse, qui revient aux environs de 25 livres.

BUTTONS-BAY ou la BAYE de BUTTON, (Géog.) golfe de l’Amérique septentrionale, dans les terres Arctiques ; c’est la partie occidentale de la baie de Hudson.

BUTUA, (Géog.) ville & royaume d’Afrique, au Monomotapa, sur la riviere de Zambre.

BUTZBACH, (Géog.) petite ville d’Allemagne, dans la Weteravie, à 4 milles de Francfort, sur le Mein.

BUTZOW, (Géog.) petite ville d’Allemagne, dans la principauté de Schwerin, sur le Warnon.

BUVETTE, s. f. (Hist. mod.) endroit établi dans la plûpart des cours & jurisdictions de France ; c’est là que les magistrats & autres gens de robe vont se rafraîchir, après le long & pénible exercice de leurs fonctions.

BUVETTIER, s. m. c’est le nom de celui qui tient la buvette.

Bûvettier, s. m. (Art méchan.) celui chez qui l’on va boire. Les maîtres Vinaigriers-Moutardiers de Paris prennent la qualité de bûvettiers, parce qu’il leur est permis de donner à boire dans leurs boutiques, l’eau-de-vie qu’ils ont la permission de distiller. Voyez Vinaigrier.

BUVEUR, (en Anatomie.) on donne ce nom à un muscle droit de l’œil, autrement appellé adducteur de l’œil. Voyez Œil & Droit. (L)

BUXHEIM, (Géog.) petite ville d’Allemagne, dans le comté de Richebourg, cercle de Souabe.

BUZANÇOIS, (Géog.) petite ville de France, en Berry, sur la riviere d’Indre, aux frontieres de la Touraine.

BUZARD de marais, milvus æruginosus, (Hist. nat. Ornith.) oiseau de proie, plus petit que la buse, & à peu près de la grosseur de la corneille ; il n’a pas la tête si grande que la buse, & le sommet n’en est pas si large ; il a plus d’un pié & demi de longueur depuis la pointe du bec jusqu’à l’extrémité de la queue, l’envergure est de plus de quatre piés ; le bec a presque un pouce & demi de longueur, il est crochu ; la base