Page:Didon, Influence morale des sports athlétiques, 1897.djvu/4

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Ce discours, recueilli par la sténographie, a été prononcé dans la réunion plénière du Congrès olympique international, dans l’hôtel de ville du Havre.

Siègent au bureau, à côté de M. de Coubertin, président, M. le docteur Tissié, représentant M. le Ministre de l’Instruction publique, et M. Cathala, sous-préfet du Havre, etc., etc.

M. le Président. — Mesdames, Messieurs, le sujet qui doit être traité dans cette séance est celui-ci :

De l’action morale des exercices physiques sur l’enfant, sur l’adolescent et de l’influence de l’effort sur la formation du caractère et le développement de la personnalité.

C’est le R. P. Didon qui veut bien traiter ce sujet. Je lui donne la parole. (Vifs applaudissements. — Mouvement d’attention.)