Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/213

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


aux deux autres ; sur quoi furent composés ces vers : Pythagore trouva cette fameuse ligne pour laquelle il offrit aux Dieux un grand sacrifice en actions de graces.

On pretend aussi qu’il fut le premier qui forma des Athletes, en leur faisant manger de la viande, & qu’il commença par Eurymene, dit Phavorin dans le troisieme livre de ses Commentaires. Cet Auteur ajoute, dans le huitieme livre de son Histoire diverse, que jusqu’alors ces gens ne s’étoient nourris que de figues seches, de fromages mous & de froment. Mais d’autres soutiennent que ce fut Pythagore le Baigneur qui prescrivit cette nouriture aux Athletes, & non celui-ci, lequel, tant s’en faut qu’il leur eût ordonné de se repaître de viande, défendoit au contraire de tuer les animaux, comme ayant en common avec les hommes un droit par rapport à l’âme, dont ils sont doués aussi bien que nous. Rien n’est plus fabuleux que ce conte ; mais ce qu’il y a de vrai, c’est qu’il recommandoit l’abstinence de toute viande, afin que les hommes s’accoutumassent à une maniere de vivre plus commode, qu’ils se contentassent d’alimens sas apprêt, qu’ils s’accommodassent de mêts qui n’eussent pas besoin de passer par le feu, & qu’ils apprissent à étancher leur soif en ne bûvant que de l’eau claire. Il insistoit d’autant plus sur la nécessité de sustenter le