Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/215

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


prix de cent mines. On ne lui comptoit pas moins de six cens disciples, qui venoient de nuit prendre ses lecons ; & quelques-uns avoient mérité d’être admis à le voir, ils en écrivoient à leurs amis comme s’il avoient à leur faire part du grand bonheur qui eût pû leur arriver. Au rapport de Phavorin dans ses Histoires diverses, les habitans de Metapont appelloient sa maison le Temple de Cérès, & la petite rue, oz-elle étoit situ.e, un Endroit cpnsacré a Muses. Au reste les autres Pythagoriciens disoient qu’il ne falloit point divulger toutes choses à tout le monde, comme s’exprime Aristoxene dans le dixieme livre de ses Loix d’Institution, où il remarque que Xenophile Pythagoricien étant interrogé comment on devoit s’y prendre pour bien élever un comment on devit s’y prendre pour bien élever un enfant, il érpondit qu’il falloit qu’il fût né dans une ville bein gouvernée. Pythagore forma en Italie plusieurs grands hommes célebres par leur vertu, entre autre les Législateur Zaleucus & Charondas. Il étoit sur-tout zélé partisan de l’amitié, & s’il apprenoit que quelqu’un participoit à ses symboles, aussitôt il recherchoit sa compagnie & s’en faisoit un ami.

Voici quels étoient ces symboles : Ne remuez point le feu avec l’épée. Ne passez point par-dessus la balance. Ne vous asséyez pas sur le boisseau. Ne mangez point votre cœur. Otez les fardeaux de consert, mais n’aidez pas à les imposer. Ayez toujours