Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/239

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


vraiſemblable, puisqu’Ariſtote obſerve qu’Héraclite & Empedocle moururent à l’âge de ſoixante ans. Mais, continu Glaucus, ce qui êut avoir donné lieu à l’erreur, c’eſt que celui, qui dans la LXXI. Olympiade remporta le prix à la courſe du cheval, portoit le même nom, comme il conſte par cette époque, que rapporte Apollodore ». Satyrus dans ſes Vies, dit qu’Empedocle étoit fils d’Exænete ; qu’il eut un fils appellé de ce nom ; que dans la même Olympiade le pere fut vainqueur à la courſe du cheval, & le fils à la lutte, ou à la courſe ; ſelon le témoignage d’Héraclide dans ſon Abrégé. J’ai lû dans les Commentaires de Phavorin qu’à cette occaſion Empedocle ſacrifia pour les ſpectateurs la figure d’un bœuf, qu’il avoit pêtrie de miel & de farine. Ce même Auteur lui donne un frere, qu’il nomme Callécratide.

Telauge, fils de Pythagore, aſſûre, dans une lettre à Philolaus qu’Empedocle étoit iſſû d’Archinomus. Au reſte, on fait de lui-même qu’il nâquit à Agrigente en Sicile. Voici ce qu’il dit de ſa patrie dans l’exorde de ſes vers ſur les purifications.

Chers Amis, qui habitez la fameuſe Cité, ſituée près du fleuve Acragas, cette ville ſi conſidérable.

C’en est assez ſur ſon origine. Timée raconte dans ſon neuvieme livre qu’il fut diſciple de