Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/290

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


On raconte que piqué au vif à l’occaſion de quelques injures que l’on vomiſſoit contre lui, quelqu’un l’ayant repris de ſa colere, il répondit : Si je ne ſuis pas ſenſible aux invectives, le ſerai-je aux louanges ?

En parlant de Zénon Cittien, nous avons fait mention de huit perſonnes de même nom. Celui-ci fleuriſſoit vers la LXXXIX. Olympiade.