Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/291

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LEUCIPPE.


LEucippe étoit d’Elée, ou d’abdere ſelon quelques-uns, ou de Milet ſelon d’autres.

Ce diſciple de Zénon croyoit que le monde eſt infini ; que ſes parties ſe changent l’une dnas l’autre ; que l’Univers eſt vuide & rempli de corps ; que les mondes ſe forment par les corps qui tombent dans le vuide & s’accrochent l’un à l’autre ; que le mouvement, qui réſulte de l’accroiſſement de ces corps, produit les aſtres ; que le ſoleil parcourt le plus grand cercle autour de la lune ; que la terre eſt portée comme dans un chariot, qu’elle tourne autour du centre, & que ſa figjure eſt pareille à celle d’un tambour. Ce Philoſophe eſt le premier qui ait établi les atômes pour principes. Tels ſont ſes ſentimens en général, les voici plus en détail.

Il croyoit, comme on vient de dire, que l’Univers eſt infini ; que par rapport à quelques-unes de ſes parties il eſt vuide, & plein par rapport à quelques autres. Il admettoit des élemens, qui ſervent à produire des mondes à l’infini, & dans leſquels ils ſe diſſoivent. Les mondes, ſuivant ce Philoſophe, ſe font de cette maniere : un grand nombre de corpuſcules, détachés de l’infini & différens en toutes ſortes de figures, voltigent