Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/301

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


d’eſprit, non celle qu’on peut confondre avec la volupté,.comme quelques uns l’ont mal compris ; mais celle qui met l’ame dans un état de parfait repos ; de menièere que conſtamment ſatisfaite, elle n’eſt troublée, ni par la crainte, ni par la ſuperſtition, ou par quelque autre paſſion que ce ſoit. Cet état il le nomme la vraye ſituation de l’ame, & le diſtingue ſous d’autres différens noms. Il diſoit encore que les choſes faites ſont des ſujets d’opinion, mais que leurs principes, c’est-à-dire les atômes & le vuide, ſont tels par la nature [1]. Voilà ſa doctrine.

Thraſyllus a dreſſé le catalogue de ſes ouvrages, qu’il partage en quatre claſſes ſuivant l’ordre dans lequel on range ceux de Platon.

Ses ouvrages moraux ſont intitulés : Pythagore. Le Caractere du Sage. Des Enfers. La Triple Génération, ou De la Vertu. La Corne d’Abondance. De la tranquillité d’eſprit. Des Commentaires Moraux. Celui, qui porte le titre, Du bon État de l’Ame, ne ſe trouve point. Voilà ſes ouvrages de Morale. Ses Livres de Phyſique ſont intitulés : La grande Deſcription du Monde ; ouvrage que Théophraſte dit être de

  1. Voyez Menage