Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/305

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Quant à la queſtion s’il y en a ou s’il n’y en a point, pluſieurs raiſons empêchent qu’on ne puiſſe le ſavoir, entre autres l’obſcurité de la queſtion, & la courte durée de la vie. Cette propoſition lui attira la disgrace des Athéniens, qui le chaſſenrent de leur ville, comdamnerent ſes œuvres à être brulées en plein Marché, & ceux, qui en avoient des copies, à les produire en Juſtice ſur la ſommation leur en faite par le Crieur public. Il eſt le premier qui ait exigé cent mines de ſalaire, qui ait traité des parties du tems & des propriétes des ſaiſons, qui ait introduit la dispute & inventé l’art des Sophismes. Il eſt encore auteur de ce genre leger de diſpute qui a encore lieu aujourd’hui, & qui conſiſte à laiſſer le ſens, & à diſputer du mot. De là les épithetes d’embrouillé, d’habile disputeur que lui donne Timon. Il eſt auſſi le premier qui ait touché à la maniere de raiſonner de Socrate & au principe d’entiſthene, qui a prétendu, dit Platin dans ſon Euthydeme, prouver qu’on ne peut diſputer contre ce qui eſt établi. Artemidore le Dialecticien, dnas ſon traité contre Chryſippe, veut même qu’il ait été le premier qui enſeigna à former des argumens ſur les choſes miſes en queſtion. Ariſtote à ſon tour lui attribue, dans ſon traité de l’Education, l’invention de l’engin qui ſert à porter les fardeaux, étant lui-même porte-faix ſelon Epicure dans quelque endroit