Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/308

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DIOGENE APOLLONIATE.


DIogene, fils d’Apollothemide, nâquit à Apollonie. Il fut grand Phyſicien & fort célebre pour ſon éloquence. Antiſthene le dit diſciple d’Anaximene. Il étoit contemporain d’Anaxagore, & Demetrius de Phalere, dans L’Apologie de Socrate, raconte qu’il faillit périr à à Athenes par l’envie que lui portoient les habitans.

Voici ſes opinions. Il regardoit l’air comme l’élement général. Il croyoit qu’il y a des mondes ſans nombre & un vuide infini ; que l’air produit les mondes, en ſe condenſant & ſe raréfiant ; que rien ne ſe fait de rien, & que le rien ne ſauroit ſe corrompre ; que la terre eſt oblongue en rondeur, & ſituée au milieu du monde ; qu’elle a reçu ſa conſiſtance de la chaleur, & du froid la ſolidité de ſa circonférence. Il entre en matiere dans ſon ouvrage par ces mots : Quiconque veut établir un ſyſtême, doit, à mon avis, poſer un principe certain, & l’expliquer d’une maniere ſimple & ſérieuſe.