Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/90

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les marques de votre passion. Examinant quelqu’un qui était parfumé, il s’informa qui était cet homme qui sentait la femme. Denys le Transfuge demandait à Zénon d’où vient qu’il était le seul à qui il n’adressât point de corrections ; il répondit que c’était parce qu’il n’avait point de confiance en lui. Un jeune garçon parlait inconsidérément : Nous avons, lui dit-il, deux oreilles et une seule bouche, pour nous apprendre que nous devons beaucoup plus écouter que parler. Il assistait à un repas, où il ne disait mot ; on voulut en savoir la raison : Afin, répondit-il, que vous rapportiez au Roi qu’il y a ici quelqu’un qui sait se taire. Il faut remarquer que ceux, à qui il faisait cette réponse, étaient venus exprès de la part de Ptolémée pour épier la conduite du Philosophe et en faire rapport à leur Prince. On demandait à Zénon comment il en agirait avec un homme qui l’accablerait d’injures : Comme avez un Envoyé que l’on congédie sans réponse, répliqua-t-il. Apollonius Tyrien rapporte que Cratès le tira par son habit pour l’empêcher de suivre Stilpon, et que Zénon lui dit : Cratès, on ne peut bien prendre les Philosophes que par l’oreille, Quand vous m’aurez persuadé, tirez-moi par là ; autrement si vous me faites violence, je serai bien présent de corps auprès de vous, mais j’aurai l’esprit auprès de Stilpon.

Hippobote dit qu’il conversa avec Diodore,