Page:Dionne - Le Parler populaire des Canadiens français, 1909.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Harmonisation — voir la page de discussion du livre

— Avoir le dessus, prévaloir. Ex. Son opinion n’aboutira pas plus aujourd’hui qu’autrefois.
À brasse-corps, loc. adv.
À bras-le-corps. Ex. Allons, les enfants, vous allez colleter, prenez-vous à brasse-corps.
Abre, âbre, n. m.
Arbre. Ce mot est d’origine normande : « Pour l’amour du buisson va la brebis à l’abre. » — Proverbe du XVe siècle, cité par Leroux de Lincy. (Prov. français, t. I, p. 97.)
Abrier, v. a.
— Abriter. Se dit surtout du fait de couvrir une personne couchée et qui veut se mettre à l’abri du froid ou de l’air. Dans le sens propre, abrier signifie se mettre à couvert sous un arbre. (Lac. de S. Pallaye.)
— Excuser. Ex. Ne cherche pas à l’abrier (ou l’abriller), il est certainement coupable.
Abrier (s’), v. pr.
S’envelopper, se couvrir, se mettre à l’abri.
Abriller, v. a.
V. Abrier.
Abriller (s’), v. pr.
V. S’abrier.
Abroué, n. m.
Abreuvoir, mare d’eau. Ex. Va mener le cheval à l’abroué.
* Abuser, v. a.
Injurier, dire des paroles dures. Ex. C’est un polisson qui m’a abusé. (Angl.)
* Abutment, (m. a.)
Culée, arc-boutant, but, borne, contre-fiche.
Acadien, enne, adj.
Nom donné à tout Français né dans les Provinces Maritimes, bien que l’ancienne Acadie ne comprît que la Nouvelle-Écosse actuelle. Il se rencontre encore un bon nombre de familles acadiennes dans la Province de Québec.
Acagnardi, part. pas.
Bourru et misanthrope.
Acagnardir (s’), v. pr.
Devenir paresseux, bourru, d’humeur acariâtre, misanthrope. L’Acad. dit s’acagnarder, se plaire dans la solitude.
À cause que, loc.
Parce que. Ex. Je suis allé me promener à cause qu’il faisait beau.