Page:Doin - Le divorce du tailleur, 1873.djvu/16

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
17


Guillaume, (l’arrêtant par le bras)

Mais où allez vous donc si vite, mon oncle ?


Lefèvre

Je m’en vas porter 57 sous à madame Lefèvre… bonjour, bonjour, mon neveu, 57, 57, (il veut toujours marcher).


Guillaume

Que diable ! attendez donc, vous avez le temps ?


Lefèvre

Non pas, non pas, 57, 57.


Guillaume

Venez donc causer un peu avec moi, mon oncle ?


Lefèvre

Non pas, non pas, ma femme m’a défendu de te fréquenter 57, 57.


Guillaume (l’arrêtant toujours).

Both ?… Et pourquoi cela ?


Lefèvre

Elle dit que tu me perdrais, 57, 57.


Guillaume (riant)

Ah ! ah ! ah ! je reconnais bien là, ma respectable tante… allons, allons, mon oncle je ne suis pas un monstre, que diable ?… Venez boire un verre de vin avec moi ?


Lefèvre

Un verre !… Ah bien, il ne manquerait plus qu’ça, ma femme m’en dirait de belles, 57, 57.