Page:Doin - Trois pièces comiques propres à être jouées dans les collèges, maisons d'éducation, 1871.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
19

mes charges ; quant à vous, Mr. Mélange, vous me ferez une facture générale et je vous paierai toutes les dépenses faites par mes deux farceurs.


Mélange (avec soumission)

Ah ! Mr. Bois-sec, je suis content, très content, je n’ai rien à vous refuser et certainement… que… (aux hommes de Police). Allons vous autres, entrons chez moi, je vais vous régaler.

(ils sortent)

Scène 10ème.

Les mêmes exceptés Mélange.



Mr. Bois-sec

Eh bien, mes gaillards, hein ! Comment vous trouvez vous et surtout comment trouvez vous le trésor de l’oncle de Perse !


Lagouèpe

Comment, Patron, c’était…


Mr. Bois-sec

Eh ! parbleu, oui, c’est moi qui ai tout conduit, le facteur, la lettre, le trésor, cette maison qui appartient à mon ami Renard, j’ai tout fait, on vous a suivis, mais j’ai voulu vous laisser aller jusqu’au bout, — bien persuadé que je vous ramènerai (à Lagouèpe.) Comment, imbécille, tu ne devinais pas que tu n’as jamais eu d’oncle en pays étranger et surtout en Perse ? tu n’en as qu’un, tu le connais cependant, Jérôme Cornouillac, sabotier à Versailles ! Mais le vin t’avait ôté toute mémoire.


Lagouèpe (ébahi)

Tiens ! tiens ! tiens !… Et toi, Camerluche ?


Camerluche (avec force)

Moi ! Moi ! J’dis qu’nous avons l’plus grand meilleur de tous les patrons passés, présents et à venir !