Page:Doin - Trois pièces comiques propres à être jouées dans les collèges, maisons d'éducation, 1871.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
30


Jocrisse (três-fort)

Et demie, not’ maître !


Plumet

Oh ! le bourreau !… Il me rendra sourd, tais-toi et réponds, tu ne fais que des sottises, tu es gourmand, menteur, réponds.

(Silence de Jocrisse.)

Plumet

Entends-tu ?… réponds-moi.

(Silence de Jocrisse.)

Plumet (le secouant)

Mais, me répondras-tu ? Imbécille !…


Jocrisse

Dame ! Not’ maître, quand j’parle vous m’dites de m’taire ; quand je m’tues, vous m’dites de parler, êtes-vous fou ou ben moi ?


Plumet (en colère)

A t’on vu un insolent semblable ! (il lui donne un coup de pied au derrière) Tiens !…


Jocrisse (riant aux éclats)

Ah ! ah ! ah ! ah ! not’ maître, ah ! ah ! faut avouer qu’vous avez l’coup d’œil juste, vous avez donné en plein d’dans.


Plumet

Oh ! le misérable imbécile !… bourreau !… Animal !…


Jocrisse

Allons ! allons, Monsieur Plumet, faut pas vous faire des colères comme ça ? voyez-vous ? ça vaut rien pour la santé.