Page:Doin - Trois pièces comiques propres à être jouées dans les collèges, maisons d'éducation, 1871.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
44

… pauvre vieille ! a va pleurer… elle qui m’aimait tant… allons, y a pus à r’culer.


Scène 12ème.


Scopette, Jocrisse, Laflûte



Scopette et Laflûte (en pleurant)

Jocrisse ! mon Jocrisse !


Jocrisse (pleurant)

Assez, mes amis, assez, vous m’ôtez ma vigueur, t’nez j’pleure comme un bœuf en bas âge !


Scopette et Laflûte (pleurant)

Jocrisse ! mon Jocrisse !


Jocrisse (pleurant)

Mes amis ! Toutes ! fini… y a plus moyen, faut s’dire adieu !… Puisqu’y faut mourir…mourissons !… puisqu’y faut périr… perons !…


Chœur (en pleurant tous les trois)

Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !
Que de peines, hélas !
Pauvre Jocrisse, que vas-tu faire ?
Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !
Que de peines, hélas !
Tout ça m’conduira z’au trépas !


Jocrisse (continuant)

Adieu donc, Adieu Scopette,
Adieu Laflûte, mon cousin.
Faut qu’tout ça touche à sa fin,
J’vas prendre la poudre d’escampette.


(reprise du chœur)

Ah ! Ah ! Ah ! Ah !
Adieu, les amis, Adieu pour toujours.

(il sort emportant le panier)